Spiritisme Partie III : Les 10 règles de base à suivre…

Arnaud THULY septembre 27, 2013 25
Spiritisme Partie III : Les 10 règles de base à suivre…

Bonjour à tous,

Nous voilà enfin arrivés au terme de ce dossier consacré au spiritisme. La publication de ce dernier chapitre aura pris pas mal de temps et j’en suis navré, j’ai hélas été très occupé ces derniers mois (et cela va difficilement s’arranger dans l’avenir ^_^).
Après avoir rapidement survolé l’histoire du spiritisme et sa doctrine , puis avoir abordé le sujet des raisons qui peuvent pousser à pratiquer en énumérant celles qui présentent un réel intérêt et celles qui représentent potentiellement un risque pour celui qui s’y essaye, il est maintenant temps d’en venir aux règles de base à suivre pour s’éviter bien des déconvenues en spiritisme.

Ces règles découlent des expériences que j’ai pu faire ou auxquelles j’ai pu assister au cours des 12 dernières années. Elles n’ont rien de formelles et ne sont pas exhaustives. Elles n’ont vocation qu’à servir de garde-fou contre la plupart des erreurs ou des dérives qui peuvent avoir lieu dans cette pratique qu’est le spiritisme et sur laquelle circulent, hélas, tant de superstitions.

_ Maîtriser ses peurs

La première règle, la plus essentielle, la plus fondamentale, la plus importante, celle qui devrait être gravée dans TOUS les livres traitant du spiritisme: NE JAMAIS PRATIQUER SI ON A PEUR DU SPIRITISME!
Rien n’est pire que la peur, rien n’est plus dangereux que la peur. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, la plupart des gens qui se lancent dans cette pratique, que ce soit avec de vraies bonnes intentions ou simplement par jeu, sont sujettes à cette peur (parfois inconsciente), liée à la mort, à l’inconnu ou à toute la mythologie que traine derrière lui le spiritisme.
Gardez toujours en mémoire le fait suivant: une entité qui cherche à augmenter sa capacité d’action sur le « plan physique » se nourrit d’énergie la plus dense possible, et la peur & la colère sont les deux principaux générateurs de ce type d’énergie chez l’être humain. En clair, en ayant peur, vous risquez de nourrir l’entité ou l’esprit qui pourra alors agir plus fortement et directement sur les participants, ce qui engendrera une peur encore plus grande qui nourrira encore plus l’entité qui gagnera encore plus en capacité d’action, qui engendrera une peur encore plus grande etc etc etc.
Et c’est ainsi qu’on en arrive à des situations extrêmes avec des maisons « hantées », des gens pourchassés qui trainent des esprits pendant des années, vivent des catastrophes etc. Il suffit de voir le nombre de personnes racontant leurs « mauvaises expériences » du spiritisme pour se rendre compte de la portée que de tels agissements peuvent avoir!
Il est INDISPENSABLE de commencer par combattre ces peurs que l’on peut avoir en soi, à la fois vis à vis de la pratique et des entités, mais également vis à vis de ce qu’elles pourraient nous révéler.

Si vous avez peur ou que vous craignez ce qui peut arriver, alors passez votre chemin! Ne pratiquez pas!
Cette prérogative est vraie pour toutes les disciplines à caractère ésotérique. J’y ai consacré un chapitre complet dans mon premier ouvrage « la voie du mage ».

_ Bien choisir les participants

Pour la même raison que celle évoquée précédemment, il est essentiel de bien choisir les participants avec lesquels vous allez pratiquer. Non seulement vous devez être certain que vous ne gardez pas de peur du genre de celles évoquées précédemment, mais vous devez également vous assurer que les personnes avec lesquelles vous allez pratiquer ne sont pas sujette à la peur du spiritisme. Il suffit souvent d’une seule personne pour qu’une séance puisse véritablement dégénérer. Le plus « amusant », c’est ce qu’on appelle l’effet de groupe. La peur a quelque chose de très contagieux, même quand il n’y a pas de raison. Pour illustrer, c’est exactement ce qui se passe quand deux personnes sont dans le noir et que l’une d’elles se met à crier de peur, naturellement la seconde va la suivre sans même savoir ce qui se passe réellement ni pourquoi la première a crié.
Cet effet de groupe est très problématique en spiritisme, car cela fini par empêcher de réfléchir correctement, et si la situation dégénère, elle ne fait alors qu’empirer.

Il est donc essentiel de bien choisir les personnes avec lesquelles vous allez pratiquer, de vous assurer qu’elles soient dans la même démarche que vous, et qu’elles n’aient pas de peurs enfouies qui pourraient être utilisées contre elles, au risque que le groupe tout entier en pâtisse.

_ Ne pas croire aux superstitions

Haaaa les superstitions. En spiritisme cela ne manque pas. Je crois d’ailleurs qu’après le voyage astral, il s’agit très probablement de la pratique qui se voit la plus targuée de mythes et de superstitions sans fondement, véhiculées le plus souvent par des personnes n’ayant soit jamais pratiquées mais adorant donner leur avis, soit par des personnes ayant pratiquée et ayant vécu une expérience mal gérée qu’ils ont ensuite élevé au rang de vérité absolue et indiscutable.
Quelques exemples de ce genre:
- il est nécessaire d’avoir un verre en cristal pour pratiquer sans quoi cela ne marche pas,
- l’esprit est dans le verre, il faut donc le casser en cas de problème ou mieux, le noyer en le mettant dans l’eau (si si, je vous JURE que j’entends régulièrement ce genre de légende urbaine digne des pires ouvrages de spérandio)
- il faut à tout prix pratiquer sur une table en chêne, et si cette table n’a pas 3 pieds vous risquez votre vie,
- il faut toujours faire un cercle de protection avant de pratiquer,
- les esprits sont super méchants et même démoniaques parfois,
- il ne faut jamais rire sinon ca les énerve,
- il faut uniquement pratiquer à la pleine lune,
- seuls les médiums ayant un don depuis 36 générations peuvent pratiquer correctement,

Cette liste n’a rien d’exhaustive, je suis persuadé qu’en cherchant un peu sur internet ou en vous baladant sur les forums ou les groupes FB traitant du sujet, vous serez en mesure d’en trouver de nombreux autres, mais ce sont ceux que j’ai encore entendu il y a très peu de temps.
Alors bien entendu, ce genre de superstition n’a absolument aucun fondement, mais cela continue de faire parler, cela arrive à convaincre bien souvent les débutants qui ont encore moins de connaissance que ceux qui profèrent ces inepties, et c’est ainsi que cela perdure.Et pire, la plupart des craintes issues du spiritisme (qui sont responsables donc de la plupart des gros problèmes) découlent directement de ces superstitions.
Paradoxal n’est-ce pas?

Gardez toujours en mémoire qu’une séance de spiritisme dépend essentiellement de vous et pas des babioles que vous utilisez pour pratiquer.

_ Pratiquer pour de bonnes raisons

Nous en avons déja parlé dans le deuxième chapitre de ce dossier donc je ne m’étendrai pas sur ce sujet. Gardez simplement en mémoire qu’il est très important lorsqu’on pratique, de ne pas faire cela pour de mauvaises raisons. Plus qu’une question de « risque », il s’agit aussi d’une question de respect.

_ Ne jamais se prendre trop au sérieux

Les esprits aussi ont de l’humour ^_^

Nous en avons parlé deux paragraphes plus haut, l’une des superstitions les plus communes tient aux « règles de bienséance » qui sont censées être d’usage en spiritisme. Vous lirez ainsi très souvent par exemple qu’il ne faut pas demander l’age ou la date de décès de l’esprit, ni sa date de naissance. Vous lirez également qu’il est important de rester courtois, sobre, de ne pas rire sous peine que l’esprit se vexe et vous punisse.
En toute franchise, ces « règles » servent avant tout à donner un statut « sérieux » à la discipline et n’ont surtout rien d’une vérité absolue.
Rien n’est pire en spiritisme que de se prendre trop au sérieux, au détriment d’un peu de « lâcher-prise », pourtant essentiel. N’oubliez jamais qu’un esprit est un ancien humain. De la même manière qu’il existe des personnes coincées, il existe des esprits coincés, mais la majorité du temps, les gens « normaux » aiment plaisanter, rire, s’amuser, parler de choses légères sans s’enfermer dans un protocole complètement fermé.

Il en va strictement de même avec l’énorme majorité des esprits. La plupart aiment plaisanter, d’autres au contraire gardent une certaine réserve. Adaptez-vous à la situation mais ne cherchez pas à imposer un ton à la conversation.
A l’inverse, ne soyez pas non plus désinvolte, n’oubliez pas qu’il s’agit d’un esprit et non d’un copain de classe.
Encore une fois, adaptez-vous à la situation, écoutez ce que l’esprit a à vous dire et ne l’assommez pas non plus de questions pour savoir si vous étiez telle ou telle personne dans une vie antérieure ou que sais-je encore.

De la même manière, ne prenez jamais la séance ou les réponses trop au sérieux. Quelle que soit l’importance ou la gravité de la « révélation », prenez toujours du recul sur ce qui vous est dit et ne prenez jamais cela pour parole d’évangile (même si l’esprit se fait appeller « saint michel » « saint germain » ou autre). Nous y reviendrons plus loin.

_ Garder son calme

Nous avons parlé précédemment de l’importance de ne pas avoir peur du spiritisme ni de peurs ancrées dont pourrait se servir un esprit belliqueux.
Dans de telles situations ou lorsque vous tombez sur un esprit moqueur, il est important de toujours garder son calme et son sang-froid. Quoi qu’il puisse être dit au cours de la séances, gardez toujours en tête que certaines choses peuvent vous être dites dans le seul but de vous énerver ou de vous faire peur (ou vous faire de la peine). Il est très important de toujours garder votre calme en toute circonstance, afin de ne pas laisser de points d’accroche dans lequel un esprit, même bien intentionné en apparence, pourrait s’engouffrer.

_ Ne pas chercher à évoquer un esprit spécifique

Beaucoup de personnes pratiquant le spiritisme le font pour contacter un proche disparu, comme nous en avons précédemment parlé dans la partie 2 (les objectifs du spiritisme). Cette pratique, si elle peut paraître noble de prime abord, ne l’est pas autant que ce que certains médiums aiment à faire croire.
- Tout d’abord, vouloir à tout prix pratiquer pour contacter une personne spécifique revient à refuser de laisser partir celle-ci, c’est s’assurer qu’elle reste auprès de ses proches pour les « consoler ». Sauf que ce n’est pas son chemin naturel. Cela ne fait qu’empêcher l’esprit de poursuivre sa route. Il existe d’ailleurs dans de nombreuses régions (y compris en france) des « cérémonies » où tout le monde se réuni et fait la fête après l’enterrement pour rire et discuter gaiement. Cette tradition prend justement ses racines dans cette volonté de montrer au défunt que l’on est pas triste et que la vie continue afin qu’il puisse lui aussi continuer son chemin comme le veut l’univers (et ce quelle que soit la croyance sur l’après vie).
- Ensuite, vouloir évoquer un esprit spécifique entraîne toujours la volonté de « vérifier » qu’il s’agit bien de la bonne personne. Nous y reviendrons plus loin mais le fait qu’un esprit ou une entité soit en mesure de donner toutes les réponses justes aux questions que vous vous posez n’implique pas pour autant qu’il s’agisse bien de la personne à laquelle vous vous attendez. C’est par contre le meilleur moyen d’être berné et d’être manipulé pour en revenir au point 1. Ce genre de désagrément est TRES courant. Il représente plus de 80% (peut-être même plus de 90%) des situations d’évocation d’un défunt! (et je ne préfère même pas parler des pratique de channeling…)

En clair, si une personne qui vous est chère est encore là, il y a de forte chance qu’elle cherche à vous contacter d’elle-même sans que vous ayez le besoin d’aller « la chercher » en l’évoquant spécifiquement. Quand un esprit reste, il continue souvent à fréquenter des lieux qui lui étaient chers et à rester auprès de ses proches. Ils sont alors souvent les premiers esprits à se présenter quand on pratique en spiritisme.
Inutile donc d’aller le chercher à tout prix, soit il sera encore là et il se présentera de lui-même, soit il n’y sera plus et vous ne feriez que prendre le risque de faire venir un usurpateur ou peut-être de forcer l’original à quitter sa route normale pour revenir vous répondre.

_ Bien purifier l’espace avant et après

Peu de gens prennent la peine de commencer leur séance par une bonne purification de l’espace. Pourtant cette prérogative qui ne prend que quelques minutes à mettre en place permet d’éviter une grande partie des désagréments possibles lors d’une séance de spiritisme. Il n’est nul besoin de faire des grandes protections comme se complaisent à le faire certains (de telles protections contribuent principalement à nourrir la paranoïa vis à vis du spiritisme et des esprits et est potentiellement générateur de plus de problèmes qu’autres choses).  A l’inverse, bien purifier permet de garder une atmosphère propice au partage, à l’échange, à la tranquillité et non à mettre tout le monde sur ses gardes.
Il existe un mélange parfaitement adapté pour de telles purifications: Benjoin et menthe fraiche (on en trouve aujourd’hui dans tous les supermarchés au rayon frais). Le tout broyé finement et brûlé sur un charbon ardent permettra de vous débarrasser des énergies résiduelles et des charges néfastes accumulées afin de retrouver un lieu tout à fait propice au spiritisme (au demeurant ce petit mélange marche pour toutes les pratiques éso).

_ Ne rien croire sur parole

Il s’agit de l’un des points les plus importants (avec la règle sur la peur): NE JAMAIS CROIRE SUR PAROLE CE QUE VOUS DIT UN ESPRIT.
Il est terrifiant de voir à quel point les gens peuvent être bouleversés par les propos tenus lors d’une séance de spiritisme, simplement parce qu’ils sont ingurgités tels quel, sans prendre ce recul pourtant indispensable pour éviter les désagréments.
Tout d’abord, sachez que si un esprit est là pour vous parler et répondre à vos question, c’est qu’il est encore dans des sphères très proches. En clair, il est encore rattaché au plan physique, et reste soumis à beaucoup de ses règles.
Êtes-vous là tout de suite en mesure de me dire quel est le PIB du Nicaragua? Non? Un esprit non plus.
Soyons clair, un esprit n’a pas accès aux « annales akashiques », il n’a pas accès à la connaissance universelle et n’a pas plus idée que vous de ce qu’il y a réellement après. Je sais bien que certains auteurs se plaisent à écrire des livres pour raconter l’inverse mais ils ne font que surfer sur un filon plaisant (et ca marche…). La notion de bas astral et de haut astral n’est rien de plus qu’une convention humaine (occidentale qui plus est), mais n’a pas de réalité dans la pratique. Demander à un esprit s’il est du bas astral ou du haut astral (comprenez, savoir s’il débarque ou si c’est un esprit plus avancé spirituellement) revient à demander à un ministre si il a un compte bancaire en suisse! La réponse sera évidemment fréquemment biaisée et selon les participants et l’esprit, celui-ci s’adaptera pour paraître plus crédible.
La capacité à construire des phrases d’un certain niveau ou à donner des réponses qui vous semblent justes n’est pas non plus gage de vérité, vous allez comprendre.
Faisons un petit jeu.
Je veux que vous choisissiez un chiffre de 1 à 5 dans votre tête. Allez-y :-)
C’est fait?
Formidable.
A ce stade, un esprit saura déjà quelle réponse vous avez choisie.
Sans même vous en rendre compte, quand vous avez réfléchi à quel chiffre vous alliez prendre, et même si c’est venu sans que vous ayez eu l’impression d’y réfléchir, vous avez automatiquement pensé au dit chiffre. Il y a même des chances que vous vous soyez dit mentalement le numéro voire que vous ayez pensé à une phrase du genre « ok je vais prendre le numéro x ». Je ne vais pas faire tout un cours sur le sujet, mais vous le savez probablement, nos pensées influent sur nos corps énergétiques, et plus encore, nos pensées peuvent être perçues dans une certaine mesure sur les plans subtils. C’est aussi pour cette raison que notre pensée peut être créatrice. Et bien un esprit se trouve justement dans ces « plans subtils ». En clair, il a naturellement accès à tout ce qui vous passe par la tête.
Lorsque vous posez une question à laquelle vous connaissez déja la réponse (ou avez une idée à son sujet), elle est nécessairement également présente involontairement dans vos pensées et donc peut être captée par l’esprit. Ainsi, rien d’étonnant à ce que l’esprit sache que votre chien s’appelait rex et que c’était votre grand mère qui vous l’avait acheté pour vos 11 ans. Cela ne prouvera pas l’identité de l’esprit.
Pour appuyer un peu plus mon propos, si vous avez déja pratiqué en spiritisme, vous avez certainement déja du essayer au moins une fois de poser la question directement dans votre tête et sans le faire à haute voix, et que l’esprit réponde correctement —> il a simplement capté la question de la même manière.
Le seul moyen d’éviter ce genre de désagrément est d’apprendre à fermer son esprit et à le barricader. Cela demande déja un certain apprentissage.
Et puis, n’oubliez pas que vous n’êtes pas forcément confronté réellement à un esprit… formes pensées et égrégores sont aussi parfois (souvent) de la partie…

Bref, ne croyez pas aveuglément ce qu’un « esprit » vous dira, c’est là encore le meilleur moyen d’être manipulé et que les choses finissent mal (voir 1).

_ Croire qu’un esprit est forcément malheureux

Dernier point de ce petit recensement: il n’y a pas de pire erreur que de croire qu’un esprit est forcément malheureux d’être là. Qu’il est fatiguant de voir tous les pseudo médiums nous faire des crises d’amour universel à coup de « il faut envoyer de l’amour aux esprits pour qu’ils aillent vers la lumière« . Non!
Si un esprit demande de l’aide, aidez-le, mais ne faites pas la bêtise de croire que tous les esprits demandent à poursuivre leur chemin. Au même titre qu’il est injuste de retenir un esprit contre sa volonté, il est injuste de vouloir à tout prix le mettre à la porte. Il est beaucoup plus courant que ce que l’on croit de voir des esprits qui restent délibérément au lieu de continuer. C’est le cas par exemple pour les couples fusionnels, où le premier à mourir attend le second; pour les parents qui continuent à veiller sur leurs proches ou leurs enfants; pour les enfants décédés qui continuent à « vivre » dans un espace qui leur est familier…
Tous ces esprits poursuivront un jour leur route, mais cette volonté doit venir d’eux et surtout pas leur être imposée comme quelque chose d’obligatoire. De toutes les séances qui ont dégénérées et auxquelles j’ai pu assister (il y en a eu plusieurs :-D ), la pire dans ma mémoire reste celle où un pseudo médium a voulu à tout prix « élever » un esprit qui avait clairement indiqué qu’il ne le souhaitait pas et qui restait pour protéger ses petits enfants. A l’inverse des cas ayant dégénéré par la peur des participants et qui restent gérables si tout le monde reprend ses esprits (c’est le cas de le dire ^_^) cette situation a vraiment failli très mal finir pour tout le monde. On ne touche pas à une maman lion qui protège ses petits… (même si là c’était plutôt une grand mère lion).

Tout ca pour dire: ne partez pas avec des idées préconçues. Un esprit n’est pas forcément méchant (au contraire), pas plus qu’un esprit n’est forcément malheureux d’être resté. N’oubliez jamais que ce genre de préjugé n’appartient qu’à vous et n’est qu’une projection de vos propres conceptions. Ce n’est pas à nous de juger du bonheur ou du malheur d’une personne ou d’un esprit, mais à lui seul.

11ème règle subsidiaire: évitez les « incarnations »

Cela revient très à la mode depuis quelques années maintenant: les phénomènes de possession. Nous en avons parlé rapidement dans les précédents chapitres, au début du spiritisme il y a eu pas mal d’accidents à cause de ce type de pratique (le médium servait souvent de réceptacle). Face à ces soucis, on a peu à peu migré vers une pratique où l’esprit intervenait par l’intermédiaire des participants sans pour autant s’incarner au travers de l’un d’eux. Et peu à peu, on a mis de côté ces cas et nous revenons de plus en plus à des possessions volontaires partielles ou complètes sous l’influence du new age et de médiums en manque de gloire. A croire que l’on apprend jamais rien.

Mon conseil reste simple: certains se sont cassés la tête à créer de nouvelles techniques pour éviter ce genre de désagréments, utilisez-les. Si vous êtes en groupe, le oui-ja est bien pratique. Si vous êtes seul, le pendule avec planche oui-ja pour pendule est parfait. Evitez tant que possibles les techniques qui impliquent un investissement complet de votre personne. Tout le monde n’est pas apte à gérer une situation de ce genre qui tourne mal, et il y a beaucoup plus régulièrement des soucis que ce qu’on ne le pense. On en parle juste peu ou pas.

 

Ainsi se termine ce dossier, je referme cette parenthèse pour revenir prochainement dans les dossiers que j’affectionne le plus: celui des entités, du vampirisme énergétique, de la traque et de plein d’autres surprises.
J’espère de tout coeur que ces quelques règles de conduite vous seront utiles pour découvrir sereinement le spiritisme sans faire de bêtise et sans prendre de risques inutiles.
Gardez toujours en mémoire que les problèmes dans toutes nos disciplines viennent toujours de l’humain et de son comportement.
Toutes les clés sont entre vos mains désormais :-)

25 commentaires »

  1. B.H Lundi 14 octobre 2013 à 15 h 19 min - Reply

    Bonjour, je suis entrain de faire un peu le tour du blog, j’y ai lu des petites choses intéressantes mais j’aurai aimé connaitre vos sources.
    Où avez-vous trouvé toutes ces informations ? Le net ? Livres ? Etc…

    Et je ne trouve pas de description de qui vous êtes et ce que vous faites, c’est dommage. On lis le blog mais nous ne savons pas qui s’adresse à nous.

    Cordialement.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Lundi 14 octobre 2013 à 15 h 43 min - Reply

      Bonjour,
      L’énorme majorité des informations que vous trouverez sur ce site sont avant tout le fruit de mon propre parcours, de mes expérimentations et de celles réalisées avec bien des confrères à travers le monde. Elles viennent parfois de livres, mais ont en ce cas toujours été passé par le crible de la pratique. Quant à internet, cela me sert surtout pour montrer les dérives qu’on y constate, plus que de support de recherche ou de travail.
      Quant à savoir qui je suis, il me semble en avoir un peu parlé dans la partie « édito » du blog. Pour le reste, vous pouvez trouver ça par ici:
      http://www.amazon.fr/Arnaud-Thuly/e/B00896B7Q8/ref=sr_ntt_srch_lnk_1?qid=1381761682&sr=1-1-spell
      J’espère que cela répondra à vos questions :-)

  2. Dune Dimanche 12 janvier 2014 à 21 h 46 min - Reply

    Très interessant ! enfin un thème simple et précis. Ras le bol des superstitions, on finit par ne plus s’y retrouver. Merci merci merci !

  3. Marie Samedi 12 avril 2014 à 21 h 09 min - Reply

    ahhhhh ! je comprends mieux la qualité de la rédaction grâce au lien ! :D

  4. Zoziau Lundi 19 mai 2014 à 8 h 47 min - Reply

    Ne pas « croire » aux esprits peut être une bonne protection en soi… La rationalité est une barrière efficace, qui bloque d’ailleurs souvent, semble-t-il, les tentatives de démonstration objective.

    Les gens qui croient aux « sorciers noirs », aux envoûtements, aux fantômes, etc. sont plus sujets à la malchance et vivent bien plus souvent des phénomènes inhabituels, effrayants, que les personnes bien cartésiennes qui refusent de sortir du cadre de la réalité ordinaire, et restent aveugles et sourdes à tout ce qui n’est pas tangible et matériel.

    Etre un peu obtus a son utilité aussi, du moins lorsqu’il s’agit de faire tourner les tables… :-)

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Lundi 19 mai 2014 à 10 h 02 min - Reply

      Je ne crois pas vraiment que « ne pas croire » soit une solution. La seule différence n’est pas tant qu’il ne leur arrive rien mais que les problèmes ne sont pas identifiés comme ayant une origine « occulte » et les personnes mettent parfois des années à comprendre la nature du problème, le temps d’écarter toutes les hypothèses logiques. En revanche je suis entièrement d’accord quand tu dis que les personnes qui par contre « y croient trop » sont les plus sujettes à problèmes. C’est l’effet d’auto-envoutement bien connu, qui fait qu’au moindre souci les gens s’imaginent être victime d’un sorcier vaudou ou n’importe quoi d’autre de similaire. Au final mieux vaut être en mesure de se détacher sans pour autant rejeter complètement l’idée :) Ne serait-ce que parce qu’une personne qui voit ses « anti croyances » se briser est alors une proie très facile car soumise au doute…

  5. nathalie Vendredi 23 mai 2014 à 14 h 51 min - Reply

    Bonjour, ma fille est prise avec un entité de classe b et il lui fait peur, elle pense que cet entité a fait une mauvaise vie et qu il est mort dans d atroce souffrance. Elle n a pas dormit de la nuit et il lui a touché un pied et un peu plus tard durant une sommeil de 10 min il lui a empoigné le bras( elle a des marques) que faire pour qu il la laisse tranquille. Lorsqu elle lui demande ce qu il veut il l a pointe . Merci

  6. Sébastien G.A. Le Maôut Samedi 6 septembre 2014 à 13 h 00 min - Reply

    Article parfait encore une fois. J’ai adoré la petite pique à Spérandatio hahaha quel charlatan celui-là.

  7. David Vendredi 19 décembre 2014 à 13 h 50 min - Reply

    Merci pour cet article très complet. Vous donnez de précieux conseils. Je suis particulièrement d’accord avec le fait qu’il faut maitriser ses peurs. Les séances de spiritisme doivent être préparées et appréhendées sans stress.

  8. +ACKERMANN Steve Mardi 24 mars 2015 à 14 h 35 min - Reply

    Bonjour, il me semble qu’il manque une petite précision…à moins qu’elle soit inutile, mais si c’est le cas j’aimerais être éclairé.

    Peut-on inviter les esprits à toute heure ou est ce qu’il y a une heure bien particulière pour faire appel?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mardi 24 mars 2015 à 15 h 03 min - Reply

      Bonjour,
      Les esprits peuvent être appelés à toute heure, mais le côté « théâtral » de ce genre de pratiques (accompagnées de bougies et se faisant dans des ambiances sombres) a parfois donné l’impression que cela devait se faire de nuit. Dans l’absolu il n’y a pas d’heure plus adaptée que d’autres pour cela. J’ai eu l’occasion de pratiquer à toute heure du jour et de la nuit sans que la moindre modification n’ait vraiment pu se faire sentir.

  9. +ACKERMANN Steve Mardi 24 mars 2015 à 17 h 07 min - Reply

    Merci beaucoup pour le conseil.

  10. Effy Mardi 21 juillet 2015 à 14 h 26 min - Reply

    J’avais une question, pour « clore » une séance, y a-t-il quelque chose de précis à faire, se termine-t-elle d’elle même ou…?
    Sinon merci pour ses trois articles très aidant :-)

  11. Emmanuel Samedi 25 juillet 2015 à 22 h 14 min - Reply

    Très interessant, merci !

  12. Tiki Lundi 27 juillet 2015 à 2 h 14 min - Reply

    Bonjour, j’ai une question, je m’intéresse beaucoup au spiritisme et j’aimerai en pratiquer, seulement j’ai besoin de toutes les informations possible afin que cela se déroule correctement. J’aurai donc voulu avoir une réponse que je ne trouve nulle part sur le net. Que faut-il faire lorsque un esprit malin maléfique, qui dit nous vouloir du mal se présente afin de mettre fin à la séance sans répercussion?

  13. Nathan Samedi 9 avril 2016 à 14 h 00 min - Reply

    Coucou,

    Ce billet est super intéressant et met les choses à plat… C’est vraiment bien parce qu’on lit tout et n’importe quoi sur Internet.

    J’ai une petite question cependant : Comment apprendre à fermer son esprit, à le barricader ? :D

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Samedi 23 avril 2016 à 9 h 36 min - Reply

      Cela demande d’apprendre à maîtriser son mental. Ce sont des exercices que vous pouvez trouver dans la plupart des bons livres d’initiation en magie, ou dans La Voie du Mage par exemple. Cela demande un peu de travail mais cela s’avère très utile dans bien des aspects de nos vies!
      Bon courage!

  14. Julie Samedi 15 octobre 2016 à 9 h 21 min - Reply

    C’est très intéressent tout cela.. Moi même je crois énormément au spiritisme et j’aurais voulu savoir si le pratiquer seul pouvait être un risque ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Jeudi 20 octobre 2016 à 18 h 37 min - Reply

      Pas plus seul qu’en groupe, les mêmes règles de base s’appliquent. Par contre la plupart des techniques classiques de pratiques spirites ne seront pas praticables seules. Mieux vaut alors partir vers l’usage d’un pendule, comme conseillé dans l’un des articles :-)

  15. virginie Jeudi 20 octobre 2016 à 19 h 31 min - Reply

    article tres interressant mais voici ma question j ai personne avec qui faire du spiristisme puis je le pratiquer seule merci a vous

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Dimanche 23 octobre 2016 à 10 h 45 min - Reply

      Bonjour,
      Je vous invite à consulter la réponse plus haut faite à Julie, vos questions se rejoignent :-)
      Bonne journée
      Arnaud THULY

  16. Azan Lundi 25 décembre 2017 à 6 h 35 min - Reply

    Bonsoir,

    Un medium m’avait dit qu’un esprit (surement un membre de ma famille) m’avait choisi pour me protéger en permanence. C’est tout ce qu’il m’a dit.
    Du coup, je me posais la question, est-il possible que j’essaie de demander à cet esprit de communiquer avec lui ou est-ce aller à l’encontre de son chemin ? Car si il me protège, c’est qu’il ne choisit pas d’évoluer, ou bien je me trompe ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mercredi 27 décembre 2017 à 11 h 46 min - Reply

      Il arrive en effet que des membres de la famille restent pour protéger une personne (ou l’accompagner). Certes il n’évolue pas, mais c’est généralement un choix temporaire, la durée d’une vie humaine n’étant que très peu de chose dans le fil de l’histoire. Mais vous pouvez en effet prendre contact avec cet esprit, s’il est resté près de vous il se peut que vous ayez des choses à apprendre de lui à ce sujet :-)

Leave A Response »