Question Pratique : Les rituels, le jour ou la nuit ?

Arnaud THULY mai 7, 2016 5
Question Pratique : Les rituels, le jour ou la nuit ?

Continuons aujourd’hui notre série de Questions/Réponses.
On m’a posé il y a quelques temps la question suivante : « Faut-il pratiquer de jour ou de nuit? Cela a-t-il véritablement de l’importance?« .
Voilà une question que beaucoup de débutants (ou non) se posent quand ils commencent à pratiquer. Mais qu’en est-il vraiment?soleil-lune

Si l’on regarde la plupart des ouvrages modernes de magie (basée donc sur des systèmes religieux occidentaux), on constatera sans difficulté que les pratiques sont généralement nocturnes, les praticiens étant le plus souvent invités à réaliser leurs rituels de nuit et/ou à s’aligner sur les phases de la lune pour adapter les thématiques de leurs rituels, selon une « coutume » (pas si ancestrale que ça…) du lune croissante : construction, pleine lune : plein potentiel, lune décroissante : déconstruction, lune noire : ne rien faire (pour simplifier).
Bien entendu il s’agit d’une version très… culturelle… et donc analogique de voir et de comprendre la chose, mais c’est celle qui perdure aujourd’hui.
Ainsi, la plupart de nos systèmes occidentaux ont adapté leurs pratiques à ces considérations culturelles selon lesquelles la magie, pour être pleinement effective, devrait se pratiquer la nuit.
Et le jour? Heuuu on est au boulot, on peut pas être partout! ^_^

terre-lune-soleil-captures-0001_1375273213292Pourtant, si aujourd’hui toutes les pratiques magiques ou presque semblent être devenues nocturnes, il n’en a pas forcément toujours été de même, pratiques nocturnes et diurnes se sont longtemps cotoyées.
A une époque les affinités « religieuses » jouaient un rôle bien plus grand. Si la plupart des divinités occidentales liées à la magie ont souvent été associées à la lune, force est de reconnaître que la plupart des pratiques magiques ne se limitaient pas à elles, et faisaient également appel à des divinités associées au soleil (pensons à l’égypte ou au moyen-orient par exemple). Evoquer ce genre d’entité de nuit n’aurait eu aucun sens. C’est la raison pour laquelle il existait alors une magie « diurne » et une magie « nocturne », la première étant souvent assimilée à des rites qu’on pourrait aujourd’hui qualifier de « haute magie » et généralement pratiquée par les mages et prêtres, et la seconde étant souvent plus associée à ce qu’on pourrait aujourd’hui qualifier de « sorcellerie » (pour ne pas dire de magie dite « noire »). N’oublions pas, pour comprendre cela, que dans l’antiquité la nuit revêtait souvent une symbolique sombre. C’était la période où les âmes des morts pouvaient revenir à la vie et venir se repaître des âmes des vivants alors que le jour ils étaient obligés de fuir devant la lumière divine (toutes les cultures antiques n’avaient cependant pas un tel point de vue, bien entendu)

sun-moon-togetherPourrait-on dire alors que nos pratiques magiques modernes nocturnes sont « sombres » par essence puisque nous pratiquons de nuit? Non évidemment pas. Soyons lucides, cette suprématie nocturne moderne n’a plus rien à voir avec ces considérations antiques et vient tout simplement de l’héritage de la sorcellerie du moyen-âge, et du fait que la plupart des rituels étaient réalisés de nuit non pas parce que les énergies mobilisées y sont plus fortes (comme certains se plaisent à le raconter) ou à cause de pratiques inavouables, mais parce qu’il s’agissait du seul moment tranquille, où il était possible de pratiquer sans être vu de qui que ce soit. Quelle que soit la nature du rite pratiqué, la magie comme la sorcellerie n’ont jamais eu très bonne grâce aux yeux du public du moyen-âge, et comme beaucoup de pratiques ne se faisaient pas dans l’enceinte d’un temple fermé mais bien en extérieur, il fallait minimiser les risques de se faire prendre. Paradoxalement cela eu pour effet de faciliter les justifications du genre « magie/sorcellerie = démon » puisque l’association de la nuit et du mal perdura tardivement.

Alors au final, qu’en est-il vraiment? Doit-on pratiquer de jour ou de nuit? La réponse est finalement assez simple.
-  Si vous pratiquez avec des divinités nocturnes (ou que la tradition à laquelle vous adhérez est nocturne), faites ça de nuit en vous alignant sur les cycles lunaires. Si vous pratiquez avec des divinités diurnes, faites ça de jour en vous alignant sur les solstices et équinoxes (et si vous ne savez pas si la divinité évoquée est du premier ou du second type, commencez par ouvrir un dictionnaire de mythologie avant de pratiquer à l’aveugle en suivant bêtement ce que les livres vous disent de faire. La connaissance est la clé d’une pratique réussie).
- Et si vous n’utilisez pas d’évocation, faites ça quand vous voulez en fonction de vos propres affinités. Certains parmi nous se sentent à leur plein potentiel énergétique en plein jour, quand d’autres se sentent au contraire plus en accord avec leur pratique de nuit, quand seuls les rayons lunaires sont là pour les éclairer. A titre personnel par exemple j’ai plutôt une affinité solaire, ce qui fait que je réalise mes pratiques magiques le plus souvent de jour (comme ça je bosse la nuit :-D ) .

Au delà de ces 2 points, le reste n’a que très très peu d’importance et ne joue finalement que pour une part ridiculement minime dans la réussite de votre pratique.

Comme souvent, ce sont votre propre sensibilité et le respect des entités avec lesquelles vous travaillez qui joueront ici les rôles les plus importants!

124855_sun-moon-ying-yang-1440x900-wallpaper_www.wall321.com_21

5 commentaires »

  1. Linotte Hope Samedi 7 mai 2016 à 21 h 27 min - Reply

    Merci pour ton article, avec lequel je me sens en adéquation.
    A vrai dire, pour moi, ça a paru logique dès le départ. Sans trop étaler mon parcours, je trouve que si tu veux travailler avec une Entité, tu le fais pas sans savoir qui elle est. Donc, tu fini par savoir si elle est lunaire ou solaire et tu bosses en conséquences.
    Pero j’ai davantage travaillé avec des Divinités lunaires, parce que j’ai moi même une affinité très lunaire. Je ne pratique donc que le soir, au calme, parce que le soir, la nuit, c’est là où je me sens à ma place. D’ailleurs, pour tout t’avouer, si je devais travailler en journée, ça me poserait problème je pense, j’aurai du mal a dépasser ça.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Samedi 7 mai 2016 à 21 h 30 min - Reply

      Je le conçois tout à fait :-) . La partie de l’affinité personnelle avec le soleil ou la lune joue un rôle majeur dans la réalisation des rituels. Se forcer à aller contre sa nature c’est se mettre des bâtons dans les roues avant même de commencer ^_^

      • Linotte Hope Dimanche 8 mai 2016 à 22 h 22 min - Reply

        Voilà, c’est exactement ce que je pense aussi :)

  2. Elfina Dimanche 8 mai 2016 à 19 h 36 min - Reply

    je suis plutôt d’accord le principale est d’être à l’aise énergétiquement.

    Pour les rituel proprement dit j’aime la nuit. Pour les élixir je préfère à l’aube. Le bon sens également:
    Mes minéraux recharge la nuit
    Les elementaux sont très présent à l’aube
    Je fait ma ceuillette au lever du soleil puis le rituel suit jusqu’au matin où je filtre l’élixir.

Leave A Response »