Question Pratique : Pensez-vous que les bougies doivent se consumer entièrement à chaque rituel ?

Arnaud THULY avril 24, 2016 9
Question Pratique : Pensez-vous que les bougies doivent se consumer entièrement à chaque rituel ?

Je reçois régulièrement des questions au sujet de la pratique. Comment faire un rituel? est-ce que le choc en retour existe? doit-on pratiquer de jour ou de nuit? Comment fonctionnent les prières? Un rituel d’amour va-t-il à l’encontre du libre arbitre? Etc etc etc.
J’ai eu l’occasion de traiter certains de ces sujets longuement, mais je sais que tout le monde n’a pas forcément le temps ou l’envie de lire des pavés de dizaines de pages à chaque fois ^_^
C’est pourquoi j’ai décidé de faire une petite série de question-réponse simple (sur les thèmes non abordés précédemment, faut pas exagérer je ne vais pas mâcher le travail! On a rien sans rien!), qui j’espère permettra à ceux qui cherchent de trouver aisément des réponses tout en comprenant le comment du pourquoi. Mon but ne sera pas de vous répondre par Oui ou Non, mais bien d’expliquer les choses afin de comprendre. J’espère que cela vous plaira.

Bref, aujourd’hui commençons avec l’une des questions les plus courants : Les bougies doivent-elles se consumer entièrement?

La réponse casse-pied est… pas nécessairement.

Dans l’absolu la raison de cette habitude de laisser brûler la bougie jusqu’au bout vient de deux motivations. La première, aux yeux de certains la bougie sert d’offrande. On la laisse donc brûler jusqu’au bout, à la manière dont on laissait normalement pourrir les offrandes animales ou fruitières que l’on offrait aux dieux. Mais soyons sincère, à une époque où 99% des bougies sont en paraffine (issue du pétrole) et ne coutent plus que quelques centimes, brûler les bougies jusqu’au bout en tant qu’offrande fait un peu radin.

Non, la principale raison de cette habitude ne vient pas (ou plus) de l’offrande, mais de la charge (en plus de la représentation élémentaire du feu, bien entendu). Au cours d’un rituel, nous focalisons notre énergie dans un but bien précis, nous la chargeons d’une intention. Cette énergie, prise dans un cercle de confinement (souvent présenté comme un cercle de protection) y est condensée et charge donc un peu tous les outils qui y sont présents. Les bougies, qui constituent souvent notre point d’accroche visuel, ont donc tendance à se charger davantage. En véhiculant une partie de la charge, il peut donc devenir important de les faire se consumer jusqu’au bout, afin de libérer la charge qu’elles véhiculent. De plus, si vous décidiez de les éteindre en cours de route, elles continueraient donc à véhiculer la charge. Et en les réutilisant ultérieurement dans un autre rituel, cette charge pourrait venir perturber le bon déroulement de celui-ci. Imaginez, un jour vous avez fait un rituel de retour d’affection, et le lendemain vous faites un rituel de guérison pour quelqu’un d’autre en utilisant les mêmes bougies… Il y a des chances que vous ayez de mauvaises surprises :-p

Pourtant, comme nous l’avons dit au début, la réponse n’est pas forcément aussi tranchée.

       -  Premièrement parce que comme également dit, la plupart des bougies sont en paraffine désormais. Or la paraffine se charge mal, ce n’est pas un bon condensateur fluidique. Par conséquent, une simple purification basique peut suffire pour retirer le peu de charge absorbée au cours du rituel, et donc permettre de les réutiliser en toute quiétude.

      -  Deuxièmement, qui va dans le sens de la précédente, la quantité de charge étant faible dans les bougies, cela n’influera absolument pas sur la réussite du rituel que de ne pas les laisser brûler jusqu’au bout (à la condition qu’elles soient en paraffine! Si elles sont en cire d’abeille il n’en ira pas de même (voir plus bas)).

       -  Enfin parce qu’il est tout à fait possible de réutiliser des bougies sans les purifier, pour peu que le rituel aille dans le même sens ou qu’elles aient été chargées volontairement à l’avance. Si vous avez fait hier un rituel de guérison pour un ami et faites demain le même rituel mais pour un autre ami, la charge sera la même, seul le destinataire sera différent, ce qui ne pose donc pas le même genre de souci. Cela marche aussi pour les simples bougies que vous pouvez utiliser pour représenter vos divinités tutélaires ou l’entité évoquée ou pour les bougies de sanctuaire par exemple (qui mettent des jours voire des semaines à brûler!)

Au final, il est donc possible de réutiliser la plupart des bougies avec une simple purification de base ou en les employant dans un rituel de même nature. Pourtant, se pose quand même la question des motivations derrière cette volonté.

Si vous souhaitez réutiliser une bougie parce que cela vous saoule de payer 1 euro de bougie à chaque fois… j’aurais tendance à vous inviter à réfléchir à la place que vous accordez à l’argent comparativement à l’acte que vous êtes en train de faire. Si vous estimez que votre rituel ne vaut pas les quelques euros que vous y investissez alors ne le faites pas, c’est que vous n’avez pas foi en votre rite, ce qui signifie que soit vous n’avez pas foi en vous, soit vous ne croyez pas à ce que vous faites. Dans les deux cas ce n’est guère encourageant sur votre volonté… Son efficacité sera certainement faible sinon nulle. Autant s’abstenir et faire autre chose.

Si vous souhaitez éviter de consumer une bougie parce qu’elles mettent longtemps à brûler et que votre environnement ne vous permet pas d’avoir facilement accès à des plages horaires suffisantes pour cela, il existe deux solutions. Soit couper la bougie en deux dès le départ, elle brûlera ainsi en 4 heures au lieu de 8, soit utiliser des mini bougies comme on peut en trouver dans certaines boutiques ésotériques. Elles brûlent en 2 à 3 heures, ce qui est quand même beaucoup plus simple. Néanmoins gardez à l’esprit que le temps est aussi une forme d’offrande, surtout pour nous qui courrons constamment après. Prendre le temps fait donc aussi partie du jeu. N’oubliez pas que rien ne vous empêche de finir votre rituel, de briser votre cercle sans pour autant éteindre les bougies destinées à brûler jusqu’au bout. Il vous suffit ensuite de les mettre sur un meuble, à l’abri de tout ce qui pourrait prendre feu, et de les laisser se consumer tranquillement pendant que vous vaquez à votre vie quotidienne. (n’oubliez jamais de bien vous assurer que la bougie ne peut pas tomber (chandelier) et que rien à plus d’un mètre autour n’est inflammable (rideaux, tissus, etc.).

Dernière précision : Nous avons essentiellement parlé des bougies en paraffine, parce que ce sont celles qui sont les plus simples à réutiliser, et celles qui sont aussi les plus utilisées et les plus facilement trouvables à prix très abordable. Mais ce ne sont pas les seules bougies disponibles. Cire végétale naturelle, Suif et Cire d’abeille sont les véritables bougies de rituel à l’origine et les puristes continuent à les préférer, et ce n’est pas pour rien. Outre le fait qu’elles soient naturelles, elles sont constituées de très bons condensateurs fluidiques, qui donc préservent la charge et la libèrent à mesure qu’elles brûlent. Si les bougies de ce type sont aussi appelées bougies divines, ce n’est pas sans raison. Pour de telles bougies, il est déconseillé de les réemployer même dans un rituel de même nature, pour la simple raison que la charge est tellement imprégnée et conservée qu’elle en devient difficile à modifier pour des praticiens non aguerris. Cela pourrait rendre votre rituel suivant caduc. Autant donc les laisser brûler jusqu’au bout, cela ne fera que renforcer les effets de votre rite et contribuera, par leur nature, à jouer aussi le rôle de petite offrande. (attention à ne pas utiliser de cire d’abeille dénaturée (blanche), la cuisson qui engendre cette perte de couleur diminue ses capacités de rétention de charge)

9 commentaires »

  1. Wlad Dimanche 24 avril 2016 à 17 h 24 min - Reply

    Merci pour cet article. Je me posais justement la question l’autre jour si on pouvait laisser de côté la bougie qui était encore en train de brûler en vaquant à ses occupations quotidiennes.
    Vous dites que la paraffine se charge moins. Avez-vous néanmoins utiliser une bougie en paraffine pour vos rituels et est-ce qu’il y a eu quand même un résultat ?
    Ma bougie était en paraffine mais j’ai voulu renforcé sa charge en mettant de l’huile d’olive dessus et en passant du bas vers le haut, en visualisant mon désir. Après j’ai brûlé la bougie sur un pentagramme (j’ai pensé que la charge fluidique pourrait être plus forte si je mettais la bougie imprégnée de l’huile sur cette figure). Qu’en pensez-vous ? La capacité de la charge fluidique de la bougie aura-t-elle été renforcée ?

  2. André Lundi 25 avril 2016 à 8 h 09 min - Reply

    Merci pour cet article passionnant. Juste une seule question . Qu’est ce qui selon vous est le plus important , la consistance de la bougie ou la présence de l’ élément feu quand celle-ci est allumée ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Vendredi 29 avril 2016 à 23 h 26 min - Reply

      A mon sens (et ce n’est donc que mon seul point de vue), je privilégierai la composition de la bougie. L’élément feu n’a d’importance que dans un système où l’aspect élémentaire joue un rôle prédominant, c’est à dire essentiellement dans les traditions issues des rituels plus ou moins découlant de la kabbale chrétienne (et donc paradoxalement dans toutes les traditions païennes qui se sont inspirées des rites de la golden dawn pour fonder leurs propres rites). Ce n’est pour moi pas le vrai intérêt. Dans l’absolu l’aspect élémentaire est minime dans son action intrinsèque en comparaison de la composition de la bougie. Mais encore une fois, selon le système dans lequel on s’inscrit, cette donne peut changer puisqu’à défaut d’être intrinsèque, l’importance peut être grande dans un rituel à forte présence symbolique.

  3. Énora Lundi 25 avril 2016 à 12 h 27 min - Reply

    Et qu’en est-il de l’habitude populaire de briser et enterrer les bougies pas totalement consumées d’un rituel ?
    On voit souvent beaucoup conseiller de faire cela quand on a pas le temps de laisser la bougie brûler jusqu’au bout.
    Cela rentrerais t-il dans le cadre de l’offrande ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Vendredi 29 avril 2016 à 23 h 28 min - Reply

      Normalement ce sont plutôt les « restes » que l’on enterre ou que l’on jette à l’eau. Les « restes » ce sont normalement la cire de bougie qui a coulé. Le but est à la fois de servir d’offrande mais aussi de permettre la dispersion des charges en mettant les objets en contact avec l’énergie tellurique.
      Après le faire pour des outils non utilisés ou peu utilisés, je ne connais pas cette mode, mais j’y vois juste une extrapolation de la version d’origine :)

  4. le tirage en croix Lundi 25 avril 2016 à 13 h 51 min - Reply

    Je pense Wlad que chacun possède un rituel plus ou moins propre, dans ce domainbe il n’y a pas de règles gravaient dans le marbre c’est une question de ressentie beaucoup.

  5. Sultana Vendredi 24 mars 2017 à 20 h 49 min - Reply

    Cela a-t-il une signification si le bougeoir se brise juste après que la bougie se soit complètement consumé ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Dimanche 26 mars 2017 à 0 h 38 min - Reply

      Cela signifie simplement qu’il n’a à priori pas supporté la chaleur résiduelle de la bougie. Il faut savoir que cela peut monter à plus de 200°C quand la bougie termine de se consumer, et beaucoup de bougeoirs, pour peu qu’ils soient faits de verre par exemple, supportent mal cette variation de température. Il arrive alors qu’ils « claquent » et se brisent. Mais pas d’inquiétude, à priori il s’agit simplement d’un phénomène physique :-)

  6. Fred Dimanche 19 août 2018 à 15 h 36 min - Reply

    Dans le cas d’une bougie offerte pour remercier des entités qui m’ont beaucoup données à différentes périodes de ma vie, j’ai eu des sensations de cuisson dans m’on corps et des sensations négatives d’angoisse (en quelques sortes). aurai-je dut éteindre la bougie ou la laisser se consumer entièrement? J’ai eu le sentiment que ma vie était foutu!

Leave A Response »