Livres Français VS Livres Anglais : FIGHT!

Arnaud THULY novembre 30, 2013 2
Livres Français VS Livres Anglais : FIGHT!

« Ouaiiiiiis mais les livres éso anglais, ils sont vachement mieux que les livres éso français! C’est pas le même niveau!« 

Combien de fois ais-je pu entendre ce genre de propos dans notre milieu? A vrai dire, je devrais peut-être poser la question à l’envers: combien de jours passent sans que j’entende cette phrase? Généralement pas beaucoup.

Il faut bien l’avouer, le milieu littéraire ésotérique français est assez pathétique. On ne compte plus les livres écrits par des « écrivains/journalistes » qui envahissent chaque mois les étales des vendeurs, alors que les livres écrits par des « praticiens », des vrais, ont tendance à déserter de plus en plus nos bonnes vieilles librairies.
Force est de constater que les libraires comme les lecteurs ont peu à peu pris la fâcheuse habitude de se complaire dans les fadaises écrites par des auteurs à la plume certes forte agréable (donc vendeuse) mais dont le fond sonne le plus souvent complètement creux voire carrément sectaire. Sous le couvert d’une plume agréable, d’une parution dans une grande maison d’édition, d’un nom déjà connu ou d’un grand renfort marketing, on emplit ainsi les étals des librairies et on inonde le marché grâce à des thèmes classiques comme « les anges sont vos amis », « les thérapies ******** révélées par channeling » (remplacez par le nom d’une ancienne civilisation de votre choix), « les 1001 vrais rituels de la vraie magie vraiment vraie », « le chamanisme pour les citadins », « j’ai vécu l’après vie et je le vis bien », « développez vos supers pouvoirs pour diriger le monde », « apprenez à tirer le tarot avec un jeu des 7 familles », « comment atteindre l’illumination en un week-end » etc etc etc.

Sérieusement, si vous pensez que ces thèmes sont juste une bonne blague (et ils le sont ^_^), allez sur Amazon et découvrez les dernières nouveautés des livres en « ésotérisme et paranormal », et vous aurez la surprise de voir que tous ces thèmes (que j’ai bien sûr légèrement caricaturé) correspondent aux thèmes des derniers navets publiés au cours des derniers mois. Haaaaa ça plaisante moins d’un coup hun? Haha!

Entre les auteurs qui sortent un livre tous les 2 mois, les auteurs qui écrivent n’importe quoi mais le justifient sur leur simple nom et tous les auteurs qui n’écrivent que parce que certains domaines ont de toute façon un public qui a arrêté de réfléchir voilà des années, il y a effectivement de quoi pas mal s’inquiéter pour le niveau des livres éso en français. Et je précise bien en français et non juste en France, parce que malheureusement, nos amis québécois n’aident pas à redresser le niveau.

Alors, la vraie question, c’est « est-ce que les livres en anglais valent mieux »?

Commençons par définir « livres en anglais ». On entend par là les livres produits aux Etats Unis, les livres produits en Angleterre, mais aussi ceux produits en Australie ou au Canada.

Aloooors, revenons-en à cette grande question: l’herbe est-elle plus verte ailleurs?

Quand on parle du niveau général de publications, on doit rester objectif et parler de TOUT ce qui se fait, et pas juste d’un ou deux auteurs, ou d’une ou deux maisons d’éditions qui font du bon boulot. Par exemple, j’aime beaucoup les éditions Avalonia Books en Angleterre. Ils font un boulot vraiment intéressant au niveau des anciens cultes par exemple (notamment avec Hécate, d’où mon intérêt ). Mais je n’oublie pas que Judy Hall vient aussi d’Angleterre, et que niveau compréhension des systèmes énergétiques, c’est juste du groooos n’importe quoi (j’aurai l’occasion d’en parler). Et que bien sûr, elle est loin d’être la seule…

Prenons l’exemple des états unis. Il y a de bons auteurs praticiens là bas, qui écrivent (ou ont écrit) plutôt de bons bouquins (greer, buhlmann, kraig, U.D, fortune, hine etc.), et puis il y a les autres, beaucoup plus nombreux encore, qui font des livres tout pourris (zell-ravenheart, willowroot, laveau, conway, anderson, riva, furie etc…)

Alors peut-on vraiment dire que le niveau des livres anglais soit mieux?

Clairement NON (et je ne le répèterai pas!). Il y a des centaines de très bons livres en anglais, mais aussi des centaines de milliers de très mauvais, ce qui nous amène finalement à un ratio général ramené à la taille de la population qui n’est pas si éloigné que cela entre les livres francophones et les livres anglophones. Ne nous leurrons pas, l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs, il existe aussi plein de petites maisons d’éditions françaises qui font du bon boulot (et parfois même quelques bons titres dans les grosses maisons d’éditions, mais c’est souvent contre leur volonté), proportionnellement autant qu’aux états unis ou en angleterre, mais il est certain qu’aux états unis tout est représenté et que tout a sa place, alors qu’en france la majeure partie de la visibilité en librairie est accordée à la new-agerie nianian et aux fumisteries très commerciales qui sont le fond de commerce grandissant de l’ésotérisme moderne. Soyons lucides, pour 1000 bouquins new ageux vendus, 1 seul livre au vrai contenu est vendu, alors forcément, cela donne rapidement l’illusion que l’herbe est bien plus verte que chez nous.

Mais c’est faux, vraiment. Pour avoir travaillé beaucoup avec les USA, tant comme vendeur que comme éditeur et comme simple praticien, pour m’y rendre de temps en temps et être en contact avec tous ces gens, je n’ai aucun souci pour affirmer que les livres anglais ne valent globalement pas mieux que les livres francophones. Encore une fois, tout est question de ratio. Il y a certes plus de bons livres, mais uniquement parce qu’il y a aussi plus de monde pour les lire et les écrire. Le niveau global, en lui-même, est exactement le même qu’en France. Je dirais même qu’il est peut-être pire en réalité, simplement parce que si vous regardez bien, les grands pontes du nianian qui marche si bien sous nos latitudes viennent généralement d’où? Angleterre ou USA. CQFD. Et s’ils sont des grands pontes en France, c’est parce qu’ils ont commencé par vendre des centaines de milliers de livres dans leur propre contrée et qu’ils ont ensuite été traduits en 36 langues. C’est ainsi que cela fonctionne, puisque la culture n’est devenue aujourd’hui que du business.

Il y a cependant quelques réalités qu’il faut bien prendre en compte:

En premier lieu, chaque fois que c’est possible, il est préférable de lire la version originale, car les traductions françaises sont souvent, avouons-le, très mauvaises et pervertissent assez régulièrement des contenus qui pourraient être très intéressants et très instructifs.

Ensuite, il est vrai que certains domaines spécifiques sont peu travaillés en France alors qu’ils ont été beaucoup plus et beaucoup mieux abordés outre manche ou outre atlantique. Certains sujets sont carrément totalement délaissés sous nos latitudes alors qu’elles trouvent un vrai public dans les pays étrangers. Alors dans ce sens, oui, les livres anglais c’est parfois (et seulement parfois) mieux.

La France est évidemment en retard sur de nombreux points, elle est d’ailleurs peut-être le pays le plus en retard d’Europe au niveau éso, mais pour autant il ne faut pas se leurrer, ce que nous dénonçons en France existe aussi partout ailleurs.

Le monde global de l’ésotérisme est à plaindre, et pas juste le notre.

Et vous, quels sont vos livres préférés? Les livres anglais ou les livres français?

2 commentaires »

  1. Lise-Marie Dimanche 1 décembre 2013 à 6 h 44 min - Reply

    Et vous, quels sont vos livres préférés (anglais ou français) ?
    Les deux : j’ai trouvé dans (certains) livres en anglais des réponses que je n’avais pas trouvées ailleurs, mais aussi parmi de (rares) livres en français.
    Il est quand même dommage que les livres les plus intéressants en anglais ne seront sans doute jamais traduits en français « because » ils font plus de 400 pages et que ça coûte plus cher. N’avez-vous jamais remarqué que les livres éso traduits ne dépassent que rarement une certaine épaisseur ?

  2. Mayrick Dimanche 1 décembre 2013 à 23 h 08 min - Reply

    J’ai adoré « Comment atteindre l’illumination en un week-end? » Mais comme je lis vite je l’ai atteinte en 2 heures. Mon prochain livre? « Se faire du pognon au 21eme siècle. »

    On se prend vite au jeu d’inventer de nouveaux titre je cite « légèrement caricaturé » :)

    Je n’ai malheureusement pas lu assez de livre pour dire lesquels je préfère, mais comme vous le dites Arnaud l’herbe semble toujours plus verte ailleurs, j’ai eu la même conversation cette après-midi avec un ami qui portait sur un sujet différent mais le résultat est le même on ne peut savoir qu’après en avoir fait l’expérience.

    Lire de très mauvais livres anglais/français est parfois plus hilarant que d’inventer des noms d’ouvrages pour répondre à un article en faisant de l’humour douteux et le rire est excellent dans cette période, mais je m’égare.

    Finalement hormis la langue de l’auteur tous les livres sont écrits par des hommes ou femmes qui ont leur personnalité propre, une maison d’édition ou un auteur profitant de la crédulité du « client » peuvent un jours pondre une phrase intelligente dans un bouquin quel qu’il soit.

Leave A Response »