Le respect dû aux entités…

Arnaud THULY décembre 1, 2014 39
Le respect dû aux entités…

*Pour information* : La discussion avec l’entité dont il est question dans l’article date d’il y a plus de 5 ans maintenant, et était intervenue dans un cadre très spécifique d’une conversation que je n’aborderai pas ici. Sa remarque ne décrivait clairement qu’une frange de tous les praticiens, juste ceux qui l’énervaient le plus par leur comportement. Mais comme j’ai eu l’occasion d’entendre et de lire des sujets parallèles dernièrement (encore ces derniers jours) qui m’ont un peu hérissé le poil et rappelé cette conversation, je me suis dit qu’il serait bon de faire un article sur le sujet afin de sensibiliser sur la question. Cela n’a évidemment pas pour objectif de mettre tout le monde dans le même panier (puisque beaucoup de praticiens ont un grand respect pour les entités avec lesquelles ils travaillent), mais simplement de faire un rappel de bon sens dans un monde qui tend à oublier le sens du mot respect.

Je discute assez régulièrement avec des praticiens de tout bord, et force m’est de constater depuis déjà bien des années que peu à peu, la considération vis à vis des entités avec lesquelles nous travaillons et pour lesquelles nos ancêtres avaient la plus grande révérence, est en train de se perdre. Les complotistes penseront certainement à un complot franc-maçon/reptilien/illuminati réalisé pour diriger le monde, mais pour ma part j’y vois davantage le fruit de sape profond (et surtout involontaire, nourri par le seul appât du gain facile, le matérialisme et la paresse intellectuelle ambiante) qui s’est insinué au fil des dernières décennies au travers des ouvrages de vulgarisation de nos disciplines et du « prêt à consommer » digne d’un Mac Do magique. La plupart des praticiens ne connaissent plus rien des divinités/entités avec lesquelles ils travaillent. Pire, nombre s’en fichent royalement. Ils se fient aveuglément aux quelques bouquins écrits généralement par des écrivains paresseux et pas mieux documentés qu’eux, se mettent à faire des appels/rituels à des entités sans aucun rapport avec leur demande simplement parce qu’un obscur inconnu a fait des amalgames rapides, passent d’une entité à l’autre comme on change de chemise et offrent trois fruits ou une offrande quelconque (quand ils ont la décence de le faire, ce qui est rarement le cas..) en se disant que « basta, c’est bien suffisant de toute façon ».

J’aimerais donc vous parler aujourd’hui du respect vis à vis des entités avec lesquelles nous travaillons.
Alors bien sûr, je suis d’une certaine façon mal placé pour en parler ou faire la morale, moi qui pratique la traque et qui n’a aucun culte ni aucune tradition spécifique (et qui suis en supplément un anti-dogme). Je fais un peu figure d’ovni dans nos disciplines car je suis une sorte d’athée raté (dans le sens où de base, si je n’avais pas vécu tout ce que j’ai vécu, je ne croirais pas en l’existence d’un dieu, des divinités et autres entités (cette remarque éclairera peut-être certaines personnes avec qui j’ai pu en discuter il y a peu autour d’un verre ;-) ). Soyons clair, je sais que les entités existent (et non pas « je crois que » au demeurant), je travaille avec en direct depuis des années donc je suis bien placé pour le savoir, mais encore aujourd’hui, c’est leur place dans la chaîne « alimento-hierarchique » (oui, j’ai conscience que ce terme pris tout seul n’est pas très clair ^_^ ) vis à vis de laquelle je ne partage pas les vues de mes contemporains (ou de nos ancêtres).

Pour autant, c’est un sujet qui me tient à cœur depuis que l’une de ces entités, divinité révérée dans l’antiquité et pour laquelle j’ai la plus grande affection, m’a dit, voilà bien des années maintenant et à peu près en ces termes : « ils n’ont plus aucun respect pour rien. A l’époque, on me vénérait, on entrait dans mon temple en suivant les règles, on me dressait de vrais autels, on édifiait des temples, on faisait des pèlerinages, certains passaient des années à connaître mon histoire, mon passé, des vies entières m’étaient dédiées! Aujourd’hui? Ils pensent que nous sommes uniquement à leur service! Qu’ils peuvent nous appeler chaque fois qu’ils ont un petit problème avec deux bougies posées sur une boîte à chaussures dans leur chambre à coucher! Et tant pis s’ils font appel à nous alors que nous ne sommes pas en mesure de les aider ou pas les plus à même de le faire! Ils iront ensuite dire que c’est de notre faute ou que nous sommes imaginaires! A mon époque, on aurait utilisé leur cadavre pour faire un holocauste en mon nom pour de tels propos! Mais aujourd’hui tout cela semble devenu normal! A nous de nous exécuter et de nous taire, en remerciant presque d’avoir fait appel à nous! Où est le respect dans tout ça? Si nous n’étions pas aussi dépendants d’eux, je leur arracherais moi-même la tête !  » (certains reconnaîtront certainement l’entité en question à son tempérament ^_^ )

Voilà qui est dit.

Je ne vais pas faire la morale, chacun (qui suit mon travail) sait ce que je pense de la nature réelle des entités avec lesquelles nous travaillons. Mais pour autant, l’importance de savoir qui de l’œuf ou de la poule est venu en premier est toute relative, minime même en vérité, et quelle que soit notre position à ce sujet, elle ne nous donne pas droit de considérer ce à quoi on fait appel comme un serviteur docile là pour répondre à nos moindres exigences et nos moindres problèmes. D’autant plus quand la dite entité existe depuis des milliers d’années, possède un passé riche, a vu défiler les époques et est en mesure d’offrir bien davantage qu’une simple réponse au problème diablement gravissime du « ma copine (mon copain) il est parti avec un(e) autre, je veux qu’il revienne » (ou tout autre du même genre).

Soyons lucides, si l’existence même de ces entités repose sur notre interaction avec elles, il serait fort présomptueux de croire que l’inverse n’est pas vrai également. Certes, les entités évoluent au rythme des croyances qui leurs sont apposées, mais gardons-nous toujours de penser que le changement de surface implique la disparition de l’être profond, sans quoi nous pourrions bien un jour en venir à le regretter amèrement…

Alors, je n’aurais qu’une chose à dire: gardez en mémoire que tout cela n’est pas un jeu. Que cela peut être expérimenté dans le plus grand plaisir et la plus grande liberté avec à la clé un véritable enrichissement, mais que cela doit toujours se faire dans le respect du partenaire auquel on fait appel (oui, comme pour le sexe!). Par pitié, avant de réaliser aveuglément un rituel trouvé dans un bouquin ou sur la toile et qui ferait appel à une divinité, prenez la peine d’ouvrir un livre d’histoire (un vrai!), renseignez-vous sur l’entité que vous allez convier, sur son passé, sur ses anciens rites, sur son tempérament, sur ses véritables attributions, sur sa mythologie etc. Et seulement après, voyez si cela peut réellement s’accorder avec ce que vous tentez de faire, et si par ailleurs, cela peut s’accorder avec vous, vos intentions et votre propre foi! Votre place dans la relation compte tout autant que celle de l’entité. C’est un duo qui doit avancer, et pas une traversée en solitaire.

La contrainte aveugle est rarement la bonne réponse, et ce quelle que soit la situation…

39 commentaires »

  1. Elanaï / Énora Lundi 1 décembre 2014 à 12 h 01 min - Reply

    Effectivement le respect général ce perd facilement.
    Ne serait – ce que concernant les rituels de remerciement que peu de personnes font vraiment, une fois la demande exaucée.

    Suggère – tu d’avoir des autres de rituels plus fournis en offrandes ? Des rites plus « pompeux » en formulation pour plus marquer le respect envers les entités appelles ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Lundi 1 décembre 2014 à 12 h 10 min - Reply

      Plus pompeux non, je pense que c’est totalement inutile. Le blabla n’est pas le respect au final. L’exemple typique est de voir ce qui se passait dans les cours européennes du temps des rois, où ceux qui venaient leur parler faisaient courbettes et discours bienveillants et pompeux en face, et prévoyaient de l’assassiner dans le dos. Pas vraiment une preuve de respect sincère.
      Ce qui importe c’est la foi, la ferveur, mais aussi le respect avant et après le rite vis à vis de l’entité. Par exemple, apprendre les anciens gestes ou prières qui étaient faites pour appeler l’entité; chercher les anciennes offrandes qui lui étaient faites; dresser un véritable autel à son nom et faire régulièrement une offrande et une prière, en période de rituel ou pas etc. C’est comme l’amitié, ça s’entretient.
      Tout ça participe du respect aux entités.
      Je ne pense pas qu’elles demandent forcément autant, mais le respect est plus un problème de fond qu’un souci uniquement de forme. Déjà, s’intéresser réellement à l’entité et à son histoire est une preuve de respect qui est nécessairement apprécié. Rien que si tout le monde partait déjà de là, je crois fermement que le respect serait beaucoup plus présent dans de telles relations, ce qui créerait un climat plus favorable au travail et à l’échange mutuel.

  2. gisele Lundi 1 décembre 2014 à 13 h 02 min - Reply

    Merci pour eux, car nous savons les trouver dans notre malheur et les oublier quand tout va bien.
    Tu as raison, il faut faire des offrandes, juste un geste pour ne pas les oublier

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Lundi 1 décembre 2014 à 14 h 09 min - Reply

      Comme dit, l’offrande n’est que la partie visible de l’iceberg. Le respect ne passe pas par des cadeaux, mais par l’intention qui amène à en faire. Cette nuance est souvent mal comprise et oubliée de nos jours.

  3. Diane Wiedenhoff (Ko'chka) Lundi 1 décembre 2014 à 13 h 47 min - Reply

    Merci pour ce bel article ! Tu as mis en mot quelque chose qui me trottait dans l’esprit depuis un moment, grâce à toi : pouf, sorti de ma tête :)
    Je ne suis pas très matériel, grand rituel etc… et ma pratique se focalise surtout sur l’énergie, le ressenti, la méditation, je demande d’ailleurs très rarement de l’aide aux entités qui font déjà énormément sans qu’on ne demande quoi que ce soit. Alors les rares fois où je les contacte c’est pour leur exprimer ma gratitude pour tout ce qui est fait à chaque instant sans même que je le sache ou en fasse la demande.
    Je trouve dommage qu’à l’heure actuelle tout soit dans la demande et non le partage alors qu’envoyer un peu d’énergie, partager son amour inconditionnel (ou sa foi peu importe le mot^^) et remercier coûte si peu et apporte tant. A chaque fois que j’exprime mon respect je suis étonnée de tout ce que je peux recevoir comme « bonnes surprises » que ça se traduise par de belles prises de conscience ou le chemin qui se dessine devant moi éloignant les obstacles qui étaient présents peu avant. Je crois qu’un des plus gros soucis est que les gens ont oublié qu’il faut travailler avec les entités et non les faire travailler comme des esclaves…
    Enfin comme tu l’as bien exprimé dans ton article, aujourd’hui le respect fait bien souvent défaut à notre société, et il me semble que le manque de respect dans nos disciplines est un reflet/miroir parfait de ce qui se passe dans tous les domaines.
    Encore merci pour ces mots.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Lundi 1 décembre 2014 à 14 h 10 min - Reply

      Tu décris parfaitement dans tes derniers mots l’un des soucis que je voulais aussi soulever à mots couverts :-) Merci à toi!

  4. Marie Lundi 1 décembre 2014 à 14 h 35 min - Reply

    Bonjour, une fois un ami pratiquant les mêmes choses que moi et entrer chez moi. Il m’a dit « tu pratiques comme ma grand mère » et il s’est sauvé. « Surtout ne me fait rien ». En fait, il y a des autels partout dans ma maison, je leurs fait des offrandes de manière hebdomadaire voire quotidienne pour certains. Chacun à son jour, parfois je me déplace pour dormir avec eux. Même si je n’ai pas de demande particulière, je leurs allume la bougie. Certaines fois je suis en forme, d’autres pas, alors je les salue brièvement et je vais me coucher, sinon, je leurs fait la conversation, je leur demande d’intervenir sur tel ou tel chose. Chez moi, il y en a pour toute chose, chacun à sa place dans la maison en fonction de leur caractéristique. C’est tout un mode de vie.

  5. rhi-peann Lundi 1 décembre 2014 à 19 h 56 min - Reply

    Pour ma part, je ne pratique quasiment aucun rite de demande. Je ne suis peut-être pas une dévote modèle parce que je n’arrive pas à être très protocolaire, mais je fais partie des gens qui pensent qu’un rite c’est d’abord une célébration. Si je dois demander quelque chose, je commence par me poser la question de savoir si je ne peux pas me démerder par moi-même :D C’est une question de style.
    Aussi, je pense que cette mise au point est pertinente et importante, mais je pense aussi que nous sommes plus nombreux qu’on le croit à avoir une véritable sincérité et démarche de respect profond vis à vis des divinités et autres entités. Je crois que la cause n’est pas perdue :) mon pti coté optimiste !

  6. Dune Lundi 1 décembre 2014 à 23 h 23 min - Reply

    Non la cause n’est pas perdue, c’est l’information qui l’est. Arnaud merci pour cet article même s’il est un peu court pour moi ;-) c’est un livre à ce sujet que je te serai reconnaissante d’écrire ! A qui on s’adresse, d’oû ils viennent, pourquoi, les dangers des uns et des autres, les bienfaits qu’on peut s’apporter mutuellement ect…
    Moi je veux bien être respectueuse, mais j’apprends tout toute seule alors forcément je fais des bourdes.

    Quant à les remercier moi je leur fait une boule d’énergie avec plein d’amour dedans, ça prend moins de place qu’un autel ;-)) et mon mari ne serait pas très très content… Déjà quand je vais lui expliquer pourquoi je mets du gros sel dans la maison… il va un peu faire la tête…

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mardi 2 décembre 2014 à 14 h 52 min - Reply

      Les bourdes n’ont rien de grave, comme dit dans l’article, le respect vient de l’intention, c’est là le plus important.
      Pour ce qui est d’écrire un ouvrage traitant du sujet, cela viendra, c’est prévu car il y a beaucoup à en dire. Maintenant la vraie question est « pour quand? », et là par contre c’est le moment où j’en profite pour disparaître dans un écran de fumée ^_^

      • Dune Dimanche 7 décembre 2014 à 23 h 10 min - Reply

        j’m'en fiche … J’attendrai ;-)

        • Arnaud THULY
          Arnaud THULY Mercredi 10 décembre 2014 à 18 h 21 min - Reply

          La patience est une vertu :D :D :D :D

  7. Ingrid Mardi 2 décembre 2014 à 12 h 59 min - Reply

    Merci pour cet article Arnaud, tu viens de lever un voile sur un monde qui m’est totalement inconnu… J’espère que tu auras encore l’occasion d’écrire d’autres articles sur le sujet, et de développer un peu plus… ;) Merci d’avance!

  8. Raymond Samedi 13 décembre 2014 à 7 h 08 min - Reply

    Excellent article qui remet en place les choses. j’ai adoré le passage sur les deux bougies posées sur une boite à chaussure et la petite claque au passage aux complotistes. j’ai d’autant plus d’affinité avec ce que tu dis, que l’entité avec laquelle tu travailles, ressemble beaucoup, par son caractère, à celle que je vénère. C’est vrai qu’il est navrant de voir que les gens peu à peu succombent à toutes les paresses, et ne consomme plus que du « fast food », de la « fast music » de la « fast magic »…je tenais à t’exprimer ma gratitude car il est extrêmement rare de croiser sur sa route des personnes qui sont de véritables chercheurs. Je vois souvent sur les groupes une tendance au syncrétisme facile et l’on voit, associés, les entités, les anges, archanges, maîtres ascensionnés et extraterrestres bienveillants et j’en passe. Alors merci encore et que puissent, pour toi, s’ouvrir, les portes du savoir.

  9. Thibault Samedi 20 décembre 2014 à 12 h 53 min - Reply

    Merci pour cet article, il a permis de me faire prendre conscience de ce respect que l’on peut oublier parce qu’on ne voit pas l’autre ou qu’on pense qu’elle ne nous entend pas. Merci infiniment.

    Grace a toi, j’ai compris beaucoup plus que les simples mots ecrit, j’ai compris pourquoi tout avait une importance.

  10. Robin Samedi 20 décembre 2014 à 18 h 55 min - Reply

    J’ajouterai en prime qu’aujourd’hui les jeunes praticiens (dont j’ai fait partie sur une longue période après mes débuts) ont tendances à vouloir collectionner les dieux comme ils le feraient avec des skylanders, et il n’est pas rare de trouver un « adepte » ayant un panthéon de plus de vingt dieux a 16 ans. Je pense pour ma part que le respect vient aussi du temps consacré à chaque divinité et qu’au départ au moins, il est plus sage de se choisir un panthéon spécifique, dans lequel on est en contact avec une entité, deux à la rigueur. Les choses se feront ensuite naturellement au fil du temps et les relations croîtront et d’autre entités s’y ajouteront. On a pas idée d’entretenir 500 relations amicales en même temps même si facebook entretient ce mythe !

  11. Neferoura Vendredi 6 février 2015 à 23 h 59 min - Reply

    Je rejoins Robin. J’ai mon ami depuis très très longtemps. Il n’a pas d’autel mais je lui parle très souvent. D’ailleurs mon prochain tattoo sera son pentacle. Il ne me demande rien en retour, je suis vrai avec lui et il sait que si je lui demande un coup de pouce c’est que j’en ai vraiment besoin.
    Cette année, j’ai un nouvel ami qui vient m’aider. J’ai pu lui faire un autel et on est en train de s’apprivoiser et s’apprendre. Je sais que je suis encore à l’essaie à ses yeux. Mais je veux me montrer digne de notre échange.
    Après, il y a deux autres que je prie très souvent. Juste parce que je les aime beaucoup tout simplement. Je ne leur demande que très rarement quelque chose parce que c’est un moment très fort et angoissante. Ils m’apaisent même si la réponse n’est pas forcément celle que j’aurai voulu. Je sais en revanche que ce sera le mieux pour moi.
    Le respect est très important à mes yeux. J’ai beaucoup de mal quand je lis dans les propos de certains qu’il faut leur ordonner. Ce n’est pas vrai, pas dans ce que je vis avec eux au quotidien. Ils sont certes très très vieux, mais ce sont des êtres sensibles et qui éprouvent des sentiments. Dommage que cela s’oublie.

  12. nelly boileau (niloute) Samedi 7 février 2015 à 8 h 56 min - Reply

    merci Arnaud, pour ce petit rappel !
    je trouve aussi qu’il y a un manque de respect envers les entités, esprits, et c’est bien de le dire !
    c’est peut être l’effet pervers de l’ouverture de la spiritualité à tous ; c’est bien que l’on puisse contacter nos défunts, échanger avec eux, quand on est dans le deuil, la peine… savoir qu’ils sont bien, qu’ils sont heureux est apaisant ! mais de là à contacter des entités inconnues, juste pour le jeu, la curiosité, là, c’est une autre affaire…
    si c’est fait dans les règles de l’art, avec un rituel respectueux, d’amour, d’attente, c’est bien…
    mais on voit sur YouTube tout et n’importe quoi !!! des gens qui appellent avec un oui-ja, des entités, n’importe comment, sans protection, sans intention particulière ! juste pour voir si ça marche !!! et les résultats ne se font pas attendre ! colère de l’entité, réaction violente, attaque de la personne !… et sans parler des suites…
    ne pas faire n’importe quoi !
    est ce qu’il viendrait à l’idée de rentrer chez des vosins, leur poser des questions intimes, sans se présenter, un minimum de correction, de politesse !…

  13. milady Nadege Samedi 7 février 2015 à 11 h 15 min - Reply

    Le respect… c’est un notion qui s’ oublie. Nous le devons à nous même, à nos prochains, aux entités… c’est une vrai philosophie de vie universelle.
    Merci Arnaud pour ton article et pour l’ensemble de ton travail.
    Ton article rappelle implicitement que le respect vient également du mot respicere.

  14. Arthur Redning Dimanche 8 février 2015 à 17 h 50 min - Reply

    Je redécouvre cet article avec plaisir Arnaud.

    Certaines personnes qui ont choisi de se lancer dans une voie spirituelle avec un certain mépris pour les règles d’usages les apprennent souvent dans la douleur. Il suffit de croiser l’entité un peu colérique qui n’est pas tendre avec les irrespectueux et on ne reprendra plus ces messieurs-dames à refaire les princes face à des Êtres qui ont connu pour beaucoup tout le développement de notre monde.

    Le respect est fortement lié à l’humilité personnelle. Et beaucoup en manquent, alors que c’est une condition essentielle pour progresser. Gare aux pièges de l’égo Roi en ces temps troublés.

  15. Lsd2 Dimanche 15 février 2015 à 14 h 51 min - Reply

    Bonjour,
    Le manque de respect actuel envers les Esprits d une façon générale n est que le reflet effectivement de ce qui se passe globalement dans notre société. Enfin, a mon sens.
    Chacun le revendique mais si peu le pratique (à tous les niveaux. )
    Le respect c est aussi le respect de soi. Une discipline je pense. Mais le mot n est plus a la mode alors….
    Merci de votre article.
    Bonne journée.

  16. jejette3030win Jeudi 19 février 2015 à 5 h 30 min - Reply

    Bonjour je suis un novice, vous dite dans cet article que « certains reconnaîtront certainement l’entité en question à son temperament » voila donc ce n’est mon cas mais de qui parlez vous?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Samedi 21 mars 2015 à 12 h 25 min - Reply

      Ma boutade s’adresse justement à ceux qui la reconnaîtront, pour les autres il est inutile d’en dire davantage ;-)

  17. iris Mardi 17 mars 2015 à 0 h 28 min - Reply

    Le respect du aux entités…ou plutôt, pour ce qui me concerne, la connaissance de cette entité. Son histoire, son évolution via des livres d’histoire…Il faut s’instruire pour comprendre et pouvoir alors prétendre être en adéquation avec l’Ami. C’est un travail exigent mais qui est nécessaire.

  18. Inu Mardi 17 mars 2015 à 1 h 35 min - Reply

    « Si nous n’étions pas aussi dépendants d’eux, je leur arracherais moi-même la tête ! »
    Une réponse impétueuse qui trahit son identité ^^, et bien fou serait celui qui lui manque de respect à la croisé des chemins!

    Joli article qui traduit un essentiel! Merci.

  19. aloha lilly Jeudi 30 avril 2015 à 13 h 14 min - Reply

    Je n’avais pas encore lu cette article que j’apprécie beaucoup pour sa justesse (comme d’habitude) Pour ma part je fonctionne a l inverse. Si je décide de faire un rituel je regarde d’abord mes bouquins (ou carnet de note) sur les divinités afin de voir laquelle est la plus a même d’accepter d’écouter ma demande. Puis en fonction de cela je « construit » mon rituel autour de cette divinité (plutôt que d espérer que ce soit elle qui s’adapte a mon rituel) … et force m’est d’admettre que souvent je fini par me rendre compte que je n’ai pas besoin de déranger une divinité ou une autre mais juste besoin de me réaligner avec les énergies …

  20. Matt Jeudi 16 juillet 2015 à 1 h 49 min - Reply

    Bonjour, vous dîtes dans votre article que l’entité en question raconte qu’à son époque les choses étaient différentes. C’est étrange qu’elle choisisse de dire « A mon époque ». Oui car celà implique que cette époque n’est pas la sienne. Or une créature qui n’a pas de fin, ou du moins qui dure encore aujourd’hui aurait plutôt dit « à une autre époque ». Parce que peu importe le temps c’est toujours le sien non ? Puisqu’elle est intemporelle, ou en tout cas qu’elle traverse plusieurs époque. Je m’en excuse mais cette erreur me fait douter de la véracité de cette article et pardonnez-moi s’il est vrai mais avouez que ce choix inconscient de langage peut perturber.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Jeudi 16 juillet 2015 à 8 h 41 min - Reply

      Bonjour,
      Tout d’abord je me permets de vous rappeller ces quelques mots que j’avais mis au début du texte: « m’a dit, voilà bien des années maintenant et à peu près en ces termes« .
      Soyons sincères, cela fait près de 7 ans maintenant, alors vous me pardonnerez pour l’inexactitude potentielle des termes utilisés… si on devait douter de n’inexactitude de tout au prétexte qu’on ne se souvient plus exactement des termes utilisés par la personne il y a une dizaine d’années, alors on pourrait douter de nos existences mêmes. (déjà que j’ai du mal à me rappeler des conversations exactes d’hier :-p ) Bref.
      Pourtant, sauf erreur de ma part, ce sont pourtant bien les termes qu’elle a utilisé (ça m’avait moi aussi frappé). Hécate est une divinité très fière, je pense qu’en disant « à mon époque », elle faisait simplement référence à son âge d’or, celui où elle était vénérée et respectée, et où sa puissance était à son paroxysme.
      Une entité n’a rien d’intemporelle au sens propre du terme (même si on peut avoir cette impression), elle vit et évolue en fonction de ceux qui la vénèrent. Inutile de dire que sa puissance aujourd’hui et celle d’hier n’ont plus rien en commun… :-(

  21. Matt Jeudi 16 juillet 2015 à 23 h 47 min - Reply

    Merci beaucoup pour votre réponse. Je suis quelqu’un qui doute facilement mais me voilà rassuré. Je ne suis pas pratiquant mais je suis de ces hommes qui ont vécus certaines choses et qui cherchent à les comprendre. Vous parlez d’Hécate est-ce que tous les magiciens sont liés à Hécate, maîtresse de la magie et de l’énergie lunaire (il me semble) ? On ne parle pas de sacrifice humain à Hécate dans l’Histoire pourtant. Excusez encore une fois mes interrogations mais séduit par la rapidité à laquelle vous m’avez répondu je me permets de profiter un peu de vos sciences. Et voyez-vous réellement les entités ? Quand vous parlez de dialogue est-ce une transmission d’esprit à esprit ou une conversation audible ? Veuillez m’excusez pour l’indiscrétion de mes questions et merci à l’avance que vous choisissiez ou non d’y répondre.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Vendredi 17 juillet 2015 à 8 h 12 min - Reply

      Non tous les praticiens en magie ne sont pas liés à Hécate. En ce qui me concerne c’est une histoire un peu particulière, mais ce n’est pas vraiment l’endroit pour en parler :)
      Pourquoi parlez-vous de sacrifice humain? Jamais il n’a été question de ce genre de sacrifice.
      Oui il est possible de voir « physiquement » l’entité, soit sous la forme sous laquelle elle se présente (mirage), soit sous sa véritable forme. Quant à la conversation, elle se fait d’esprit à esprit, mais une personne ayant développé ses facultés de ressenti global l’entendra également s’il se trouve dans la pièce. Par définition c’est plus une vraie conversation « audible », mais pas audible à l’oreille telle qu’habituellement.

  22. Matt Vendredi 17 juillet 2015 à 12 h 19 min - Reply

    Merci beaucoup pour toutes ces précisions. Permettez-moi de vous embêter encore avec une dernière question : lors d’un rituel, tous les composants sont-ils réellement nécessaire ? Parce que si l’athamé est faite pour ce protéger, a t-on réellement besoin d’une bougie d’une couleur spéciale, d’un chaudron et de tous ces objets pour faire venir une entité ? Ne peut-on pas tout simplement la croiser dans une ruelle ou même pour un praticien l’invoquer simplement en envoyant son énergie vers elle ?

  23. Walko Jeudi 13 août 2015 à 17 h 59 min - Reply

    J’ai regardé récemment un documentaire sur la sorcellerie au Mexique. La magie est au quotidien pour les mexicains qui utilisent la magie pour tout et n’importe quoi.
    Les mexicains pratiquent surtout une magie cérémonielle et invocatoire/évocatoire, avec un mélange de Christianisme et de macumba/vaudou.
    Lorsque le journaliste a filmé divers pratiquants de sorcellerie, je les ai trouvé peu respectueux dans le sens où ils évoquent/invoquent n’importe quel saint ou entité pour n’importe quelle demande de clients et pour eux-même (parfois ils passent de la vierge Marie à Satan…c’était assez troublant…).
    Je trouve ça un peu irrespectueux d’appeler l’énergie de n’importe quelle entité et n’importe quand au motif que le client demande un retour affectif ou demande la mort de son voisin parce qu’il ne l’aime pas. (le documentaire ne montrait pas ce genre de client mais on voyait les travaux effectués dans les sanctuaires sur ce genre de demande)
    Et pourtant, les divinités acceptent ces demandes et je ne comprend pas pourquoi. Avez-vous une réponse à ma question ?

    J’ai pensé au fait que peu-être ce n’est pas l’énergie de l’entité elle-même qui agit mais juste l’énergie personnelle du praticien qui agit inconsciemment sur la demande (un peu le principe de la prière en fait). Cette solution me semble plausible. Maintenant, je ne suis pas expert en magie/énergie.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Samedi 15 août 2015 à 12 h 12 min - Reply

      En fait, il faut voir que dans les syncrétismes, il est courant de faire appel à de nombreuses entités qui sont finalement des amalgames des entités des cultes déjà présents par le passé et des saints que l’on appose par dessus. Comme je le disais dans l’article, la plupart des entités, aujourd’hui peu vénérées et donc oubliées, vont se plier aux demandes qui leurs sont faites simplement parce qu’il s’agit de leur meilleur moyen de se nourrir et donc de continuer à vivre. La « faim » justifie les moyens :-p

  24. Wlad Dimanche 29 novembre 2015 à 3 h 12 min - Reply

    Bonsoir,
    j’ai deux questions concernant ce domaine
    .
    Y-a-t-Il une technique particulière pour évoquer une entité ? Je ne sais pas pourquoi mais contrairement à des énergies plus « naturelles » comme le feu, l’eau les plantes ou même les pierres j’arrive mieux à ressentir leurs énergies. Mais lors de quelques rituels j’ai essayé d’évoquer l’énergie d’une déité pour appuyer ma demande en plus d’autres énergies que je « dirige mieux » mais sans succès, je ne ressentais rien et j’avais comme l’intuition qu’il ne se passait rien, ce qui est inhabituel compte des tenues des rituels que je fais sans évocation et où je sent qu’il y a un résultat qui m’attend et que tel est le cas quelques jours plus tard. Je ne comprends pas pourquoi ça ne marche pas.

    D’autre part, (peut-être devrais-je plutôt mettre cette question dans votre article où vous traitiez de l’invocation et évocation ? si c’est le cas je m’en excuse.) j’aimerai comprendre comment fonctionne une prière. Est-ce le même travail énergétique que lorsque l’on évoque ? On m’a déjà dit que évoquer c’est prendre une partie de l’énergie de l’entité pour la diriger nous même vers notre intention alors que prier c’est l’inverse, on amène à l’entité notre énergie personnelle où autre avec notre intention et c’est l’entité elle-même qui se charge de diriger l’énergie mais dans ce cas avec son accord.
    Quel est votre point de vue sur cela ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Samedi 27 février 2016 à 13 h 37 min - Reply

      Bonjour,
      1) Disons le clairement: la plupart des évocations ne fonctionnent pas. Une entité ne se déplace pas toujours, et la plupart du temps, ce n’est qu’une petite part de son énergie qui est dépêchée sur les lieux d’un rituel et non l’entité elle-même. Par ailleurs, les énergies plus « naturelles » viennent du plan physique, directement je veux dire. Elles sont donc ici et maintenant en permanence d’une certaine manière, à l’inverse des entités qui, bien que pas très éloignées, restent sur des plans moins denses. Etablir un contact entre les plans est donc toujours plus compliqué, et demande plus d’entraînement et de focalisation mentale afin de parvenir à ce contact.

      2) A vrai dire évocation et prière fonctionnent de la même manière, la première étant simplement une version plus aboutie de la seconde, cette dernière étant une sorte de version dénaturée, délaissant les divers éléments permettant la réussite d’une évocation. C’est en grande partie la raison pour laquelle une prière est par définition moins efficace qu’une évocation.

      • Wlad Jeudi 31 mars 2016 à 1 h 18 min - Reply

        Ok, il faut vraiment avoir un bon contact de base avec une entité pour faire un rituel en lui demandant son aide.
        Du coup, pour être sûr de réussir son rituel, à moins d’avoir un bon contact avec une entité, mieux vaut alors utiliser des énergies déjà présentes sur le plan physique en appui de notre énergie personnelle (à la limite, on pourrait juste énoncer le nom de la déité pour mieux visualiser) ?
        Je me pose cette question car un sorcier qui propose ses services fait des rituel basés uniquement sur des évocations de Dieux, déesses, esprits loas, etc…(A la manière d’un pacte/contrat : l’entité fait quelque chose et en échange le sorcier lui donne de l’énergie par les offrandes) en appui avec un rituel à côté (dagyde, boite à souhait, etc…).
        Qu’en pensez-vous ? Faudrait-il fuir ce genre de professionnel ?

  25. Clavi Eabha Lundi 28 mars 2016 à 23 h 48 min - Reply

    Quand je lis ce post et ces commentaires
    j’ai foi en l’humanité pour la première fois depuis longtemps.
    Puisse les dieux vous venir en aide
    Et merci a Arnaud d’ouvrir la voie aux mages.

    Sincèrement votre

  26. Yannick Mercredi 28 décembre 2016 à 19 h 53 min - Reply

    Salut Arnaud, j’ai lu ton article avec intérêt. Selon mon expérience, la logique du respect s’impose d’elle-même dans la mesure où l’on récolte ce que l’on sème. Il me paraît impossible d’avoir un contact authentique et pur avec une forme de conscience, égrégore ou être spirituel sans trouver en soi-même les vertus qui lui correspondent. Chaque être humain, s’il souhaite évoluer, doit apprendre le respect. Mais la « charge magique » d’un rituel réside dans les vertus et la grandeur du praticien (patience, ferveur, humilité, amour, pouvoir, connaissance de soi en profondeur…). À mon sens aucune entité pourvue d’une essence spirituelle ne pourrait s’offusquer d’une profanation. Ceci dans la mesure où le fait-même de s’offusquer est typiquement humain. Dans le cas que tu exposes, ne s’agirait-il pas partiellement d’un jeu de miroir au sein de ta propre conscience…? Un contact authentique peut-il vraiment avoir lieu sur un plan mental ordinaire ? Comme l’entité le suggère dans ton expérience, les anciens érigeaient des temples et effectuaient des sacrifices. Je doute que cette ferveur monumentale dans la magie produise des résultats uniquement dans le domaine du mental ordinaire ou de quelque apparition de formes énergétiques. Ne s’agirait-il pas plutôt de résultats transcendants, comme la prospérité et la pérennité d’un peuple, ou bien encore des connaissances créant des civilisations (comme dans le cas de l’Égypte antique par exemple)…? Dans ce dernier cas, il y a une différence entre des prêtres qui incarnent et manifestent une essence spirituelle « ou dieu » dans une forme, et une personne non initiée qui demande une guérison ou un mariage heureux. Les premiers maintiennent la structure par un lien de nature sacrée, les seconds bénéficient de cette structure dans leurs offrandes aux divinités. Les premiers sont des mages, les seconds des croyants. Mon avis est qu’un magicien authentique transcende sa nature psychique ou égotique pour accéder à l’être pur. Dans l’ère actuelle, j’ai l’impression que certaines personnes, même dotées d’intentions pures, confondent un acte magique avec un acte psychique ou mental ordinaire (éventuellement agrémenté de quelques facultés énergétiques). Si en plus ces personnes sont dotées d’intentions « mitigées », leurs rituels ressembleraient davantage à des petits enfants jouant à un jeu de poupée qu’à une expérience magique… C’est sur ce point que je rejoins dans mon opinion celle exposée par l’entité dans ta propre expérience, ainsi que les « déviances » modernes au sujet de la magie. Les déviances engendrent le désordre, la magie engendre les civilisations car elle est l’essence-même de toute création. Enfin, c’est simplement un point de vue…

Leave A Response »

Cliquez ici pour annuler la réponse.