Le nom magique

Arnaud THULY février 11, 2012 22
Le nom magique

Il y a quelques mois de cela, nous avions eu l’occasion d’aborder sur le forum la question du fameux nom magique, si cher à bon nombre de praticiens modernes qui voient en lui un moyen de signifier leur appartenance à « la communauté magique » et donc finalement un moyen de se revendiquer mage ou sorcier.

Il faut bien avouer que bon nombre d’ouvrages nous rabâchent sans cesse la prétendue importance majeure d’un tel nom, au fond sans vraiment trop savoir pourquoi, mais après tout, si les divers ordres initiatique le font, c’est surement que cela a un intérêt et donc qu’il faut le faire (n’oublions pas qu’une bonne grosse partie des auteurs éso n’ont jamais pratiqué un rituel de leur vie, alors ne leur en demandons pas trop… oui c’est affligeant mais avec plusieurs milliards d’euros annuel de CA à la clé pour le domaine de l’édition ésotérique, il y a de quoi susciter bien des vocations).

Bref. Je me suis donc dis qu’il serait vraiment bon de faire un point à ce sujet histoire de faire comprendre une bonne fois pour toute ce qu’est véritablement le nom magique, car ce que l’on peut lire sur internet ou dans bien des ouvrages modernes tient encore une fois de la vulgarisation et de l’amalgame dommageable des pratiques ésotériques.

Je n’ai rien contre le fait qu’on apporte des nouveautés et que l’on s’adapte à son temps, mais il faut faire les choses bien et surtout ne pas tenter de faire passer des vessies pour des lanternes, au risque de ne rien apporter d’intéressant, ou pire, de présenter un danger pour les praticiens qui s’illusionnent.

1) Le nom initiatique (similaire au nom de religion ou nomen mysticum) 

Au sein de bien des traditions initiatiques et ce depuis des milliers d’années, l’initié est invité à se présenter sous un autre nom que son nom d’état civil.
Plusieurs raisons à cela:
- La première est bien entendu de garder caché le nom véritable des membres d’un ordre. Aujourd’hui cela peut sembler anecdotique dans un monde où on prône la tolérance et la liberté de culte (avec plus ou moins de réussite avouons-le), mais dans un passé pas si lointain, il en allait très différemment, et l’appropriation d’un nom spécifique pour son statut d’initié permettait de protéger à la fois la personne mais également l’ordre lui même, en s’assurant que personne ne puisse être dénoncé involontairement ou sous la torture.
De nombreux ordres ont ainsi pu perdurer grace à cette précaution (ainsi que d’autres du même genre, visant par exemple à se reconnaitre entre initiés, à conserver secret les contenus des cérémonies etc…)

- La seconde raison, véritablement initiatique celle-là, vise à amener le futur initié à renaître sous un autre nom, afin que son cheminement initiatique se fasse dans tous les aspects de ce qu’il est, aussi bien intérieurement qu’extérieurement. Cela fait partie du processus de mort du profane pour renaitre initié. Parfois choisi par la personne, parfois « imposé » par l’ordre (cela varie selon le mouvement initiatique).
Tout l’intéret d’un tel nom est d’agir sur le mental de la personne, en lui permettant de laisser de côté tout ce qui fait de lui ce qu’il est dans la vie civile et ainsi le mettre dans un contexte mental propice à une évolution spirituelle.

2) Le nom magique moderne

Utiliser un pseudonyme, que ce soit en tant qu’auteur ou que praticien remonte à des temps lointains, mais depuis quelques dizaines d’années (et à fortiori depuis l’apparition d’internet), l’importance de se choisir un nom magique est très à la mode. Véritable pseudonyme choisi par le praticien selon diverses méthodes (on va de la numérologie à l’identification au nom d’un personnage de BD ou de manga, ou à des personnages issus des diverses mythologies), on vante partout son intéret pour se protéger, s’identifier en tant que mage, ne pas être la cible d’attaques magiques etc etc etc… Pire encore, on l’associe parfois (à tort) au nom de l’âme (que nous verrons juste après).
Le plus drôle est qu’un grand nombre de jeunes praticiens (qui sont les plus à même de vouloir se choisir un nom magique) l’utilisent également comme pseudonyme sur les divers forums auxquels ils participent tout en s’imaginant qu’utiliser un tel nom va les protéger dans leur pratique. Donc en gros, un nom magique SECRET, censé être inconnu d’autrui pour éviter qu’il soit utilisé à mauvais escient, se retrouve répandu sur la toile et visible par des milliers de personne. Un véritable paradoxe qui hélas est plus courant qu’on ne l’imagine.
Bon, on peut se dire que cela n’est pas une généralité, et fort heureusement c’est vrai. Néanmoins cette dérive est assez significative du sens réel que revêt le nom magique moderne, à savoir être avant tout un pseudonyme de plus qui permet au praticien de se vêtir d’un outil supplémentaire pour l’aider à s’incarner dans le personnage qu’il tend à être, à savoir le praticien/mage qu’il n’est pas dans sa vie de tous les jours.

Il s’agit donc clairement d’un outil psychologique supplémentaire (similaire au nom initiatique mais sans en avoir la profondeur en général), qui peut avoir une véritable utilité, notamment quand on débute, au même titre que la plupart des autres outils dont le mage s’entoure au cours de ses rituels afin de faciliter l’effectivité de ceux-ci. Néanmoins, au même titre qu’il faut arrêter de croire que ce sont les outils qui sont magiques intrinsèquement, il est véritablement important de comprendre que le nom magique n’a aucun effet magique intrinsèque. Il n’y a donc aucune obligation à en choisir un, car pour celui qui vit pleinement sa vie au travers de son statut de mage/sorcier, le nom magique moderne n’apportera pratiquement rien, et surtout pas une illusoire protection face aux vicissitudes des pratiques magiques.

A ce sujet, je rappellerai juste, à ceux qui croiraient que l’utilisation d’un pseudonyme pour les cérémonies magiques les protège des attaques d’autrui, que l’utilisation du pseudonyme dans lequel ils s’incarnent quand ils participent sur des forums (et donc dans lequel ils finissent par se reconnaitre) est tout aussi efficace pour les atteindre que de connaitre leur nom civil. A méditer…

Quant au fait de faire cela pour satisfaire potentiellement les entités des « plans supérieurs », comme le disait il y a peu un de mes amis, franchement elles s’en tamponnent…

3) Le véritable nom magique : Le nom de l’âme

On en arrive enfin au Véritable nom magique, le fameux nom de l’âme ou anima nomen comme le nommaient les anciens (que l’on a conservé sous le nom de nomen). Il est intéressant d’ailleurs de noter qu’à l’origine, nomen vient de gnomen, dérivé de gnosco, qui signifie « connaitre ».
Toute chose, pour « exister », doit posséder un nom, et connaitre ce nom, c’est connaitre véritablement la chose en question. Votre nom civil est un nom que vos parents vous ont donné et qui, dans cette vie, sert à vous identifier, à vous re- connaitre. Le nom de l’âme est similaire dans le principe, il s’agit du nom véritable de votre essence profonde, celle qui survit à travers le temps, celle qui était avant que vous soyez et qui subsistera quand votre chair ne sera plus.
Ce nom est, selon bien des traditions magiques, votre NOM VERITABLE, celui auquel votre âme ne peut s’empêcher de réagir, celui dans lequel elle se reconnait, qui vibre en parfaite harmonie avec elle, et celui qui permet donc de la contrôler. Ceci est vrai pour la personne, mais c’est également vrai pour tous les êtres vivants qui nous entourent.
Il ne suffit pas de donner un nom à une chose pour la connaitre et pour posséder un pouvoir dessus, encore faut-il en posséder le nom véritable, sans quoi on ne fait que désigner les choses avec un pseudonyme temporaire (le temps d’une vie tout au plus) qui permet de les identifier, mais pas de les contrôler.

Ce nom de l’âme est difficile à obtenir (pour soi et encore plus pour les autres), il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les auteurs modernes aient préféré le laisser de côté pour satisfaire d’avantage les aspirations des praticiens modernes, quit à en oublier l’intérêt réel qui existe à connaitre un tel nom.

Voyons rapidement quelques méthodes pour découvrir son nom (je préfère ne pas aborder les moyens de découvrir le nom d’autrui, vous me pardonnerez ce choix délibéré).

_ la méthode la plus classique est le voyage intérieur, équivalent du voyage chamanique. Cette méthode est de loin la plus pertinente, mais également la plus intransigeante physiquement et mentalement. Elle demande une véritable maîtrise de soi et n’est pas appropriée aux débutants.

_ une méthode qui plait et qui est aisément accessible est la révélation en rêve. On réalisera pour cela un rituel adapté, néanmoins cette méthode reste moins pertinente que la première.

_ Une méthode qui fonctionne parfois: utiliser le pendule comme révélateur de notre être intérieur. Un dialogue est possible entre les diverses « couches » de notre être. Cette méthode possède le défaut d’être facilement faussée et il est fréquent que le nom donné ne soit pas le nom véritable mais simplement un ensemble de lettres ou un pseudonyme inconsciemment choisi par le praticien.

Ces quelques méthodes sont loin d’être exhaustives, mais elles font partie des méthodes les plus couramment utilisées.

Quel est le véritable intéret du nom magique?

Le nom de l’âme doit rester définitivement secret, il ne doit jamais être révélé et en conséquence, il ne devrait jamais être noté ailleurs que dans votre tête (et encore, dans un espace bien scellé tant l’esprit est facilement « perçable ») au risque de le voir tomber entre de mauvaises mains. Comprenons-nous bien, posséder le nom de l’âme d’une personne, c’est connaître l’équivalent d’un mot de pouvoir à la puissance considérable sur cette personne. A contrario, connaitre le nom de l’âme d’une entité par exemple, c’est s’assurer de sa docilité.

Mais alors, quel est l’intérêt pour soi de connaitre son véritable nom magique si au final c’est de connaitre celui d’autrui qui s’avère réellement important? Et bien tout simplement pour pouvoir réellement se protéger (d’où l’amalgame qui est fait avec le pseudonyme magique). Le mage qui prend le risque d’évoluer dans les diverses « sphères » sans connaitre son nom magique, prend le risque de tomber sur quelque chose ou quelqu’un qui l’aura découvert, et qui pourra l’utiliser sans même que le mage s’en apercoive (puisqu’il sera incapable de reconnaitre son propre nom).
Le nom de l’âme n’est pas un « témoin » que l’on utilise n’importe comment, l’utiliser en rituel n’a que peu d’intéret par exemple, pour la simple raison qu’il y a peu de chance que l’entité à laquelle on fait appel soit en mesure de faire le rapprochement entre un individu incarné et son nom véritable, mais sa simple prononciation correctement vibrée au contact de la personne suffira pour entrer en résonnance avec l’essence de celle-ci, permettant une autre forme de magie, plus insidieuse si il en est (mais que l’on utilise également régulièrement en magie rituelle en dominant certaines entités grace à leur nom. Les noms véritables des entités, quand ils sont découverts, se transmettent souvent entre praticien grace à l’oral ou dans les écrits, vous en avez déja forcément croisé certains au cours de vos lecture et de votre apprentissage).

J’espère que cet article vous aura éclairé un peu sur les différents « noms » qui existent. Le but n’est pas de vous dissuader d’utiliser un pseudonyme magique, mais bel et bien de savoir de quoi il retourne réellement afin d’avoir toutes les cartes en main pour faire votre choix non pas en fonction de ce que vous aurez lu à droite à gauche ou de ce que certains vous auront dit qu’il FAUT faire mais bel et bien en fonction de ce que VOUS déciderez de faire, selon vos envies et pas selon celles des autres.

22 commentaires »

  1. Aline Samedi 11 février 2012 à 20 h 06 min - Reply

    Intéressant cet article Arnaud, merci pour ce partage.
    Je pratique le pendule, peut-être que je tenterais de trouver mon nom véritable. ^^

  2. Alice Bell Samedi 11 février 2012 à 20 h 21 min - Reply

    Merci pour cet éclaircissement, très intéressant et bien construit. Au plaisir de te relire prochainement :)

  3. Rhi Dimanche 12 février 2012 à 11 h 03 min - Reply

    Salut Arnaud !!!
    Merci pour cet article très intéressant, qui répond à un question latente chez moi pour plusieurs raisons.
    Au même titre que le pendule (c’est à dire avec les limitations que cela impose puisqu’il peut tout simplement révéler quelque chose de choisi inconsciement), des techniques telles que l’écriture automatique ou autres pratiques artistiques visant à mettre l’esprit sur un autre mode vibratoire peuvent-elles s’avérer pertinentes ? Bien que ce terme soit mal approprié, puisqu’on l’a vu plus haut, la seule technique veritéblement pertinente car véritablement fiable reste celle du voyage astral.

    Merci d’avance pour ta réponse.

    • Arnaud THULY Dimanche 12 février 2012 à 12 h 11 min - Reply

      Oui tout à fait, l’écriture automatique peut tout à fait être un révélateur, mais au même titre que le pendule, c’est aisément influencable donc potentiellement sujet à erreur. Attention par contre, j’ai parlé de voyage chamanique, pas de voyage astral. Le premier est tourné vers l’intérieur, le second vers l’extérieur.

  4. Mme Blanche Dimanche 12 février 2012 à 17 h 00 min - Reply

    Les articles clairs sont difficilement trouvables sur le net. Nul doute que l’AM en tant que maison d’édition sera à la pointe de l’ésotérisme dans sa culture, sa tradition initiatique.
    Merci encore, pour ce réajustage nécessaire.

  5. Amina Lundi 13 février 2012 à 14 h 06 min - Reply

    J’ai reçu plusieurs nom, l’un par un maître Tibétain il y a bien et bien des années quand je pratiquais le Dzog-Chen, c’était un nom Tibétain.
    Et un nom que j’ai reçu spirituellement il y a des années aussi mais pas par l’intermédiaire d’ un humain et directement.
    Et ce nom est dans la « langue-mère », en même temps que ce nom m’était livré celui de deux autres personnes de ma famille présentes à ce moment là, toujours dans la langue-mère qui ressemble au Sanscrit ancien et plus ancien encore que le Sanscrit ancien, et en même temps m’était livré le sens exact de chacun de ces noms, et pourtant, je ne suis pas mage, ni sorcière, je ne pratique rien de l’occultisme et je ne suis pas channel, je suis reliée, tout simplement et c’est constant, et pourquoi le cacher, je suis exactement la plus banale et la plus ordinaire des « nanas de Dieu » !

    • Arnaud THULY Lundi 13 février 2012 à 17 h 31 min - Reply

      Bonjour,
      Le nom que vous avez recu par ce maître tibétain était l’équivalent du nom initatique abordé dans la première partie de l’article.
      Pour le nom ancien que vous avez recu d’une entité, il est impossible de savoir ce qu’il en est simplement en en parlant comme ca. En effet, ce n’est pas parcequ’une entité vous donne un nom, même dans une langue vieille de plusieurs milliers d’années, que ce nom a pour autant un quelconque rapport avec l’anima nomen (c’est peut être le cas, mais il est fort probable que ce ne soit pas le cas, il est très courant que des entités donnent des noms (qui peuvent correspondre au nom d’anciennes de vos incarnations)). Vous seule pouvez savoir si oui ou non c’est le cas.

      Pour ce qui est de le révéler, chacun est libre de faire ce qu’il souhaite de son nom d’ame quand il le connait, de le révéler ou de le cacher, le but de mon article n’est pas de dire ce que chacun DOIT ou ne DOIT PAS faire, mais bien de donner les infos sur le sujet pour bien avoir conscience des implications de ses choix et d’agir ainsi en toute connaissance de cause.
      Je me permettrai néanmoins une petite métaphore en rappellant simplement qu’on a aussi le choix d’aller faire un câlin à un lion qui n’a pas mangé depuis 3 semaines, mais pour autant ce n’est peut être pas la meilleure idée qui soit, même quand on est pas chasseur et même si on est végétarien. Il en va de même pour ce qui est de révéler son anima nomen, même si on ne fait que suivre une voie spirituelle et de développement personnel, le monde qui nous entoure, lui, n’en fait pas toujours autant…

  6. Rhi Lundi 13 février 2012 à 16 h 09 min - Reply

    ahah désolée pour l’amalgame, qui ne se fait pourtant pas dans ma tête. Merci pour la rectification !

  7. onirys-medium Jeudi 8 mars 2012 à 21 h 40 min - Reply

    Sujet très interessant et fort bien écrit.
    Personnellement je connais ce que vous appelez -à juste titre- mon « nom magique »,c’est aussi comme cela que je l’appelle.Et je crois que cela n’est pas si fréquent; et cela n’a en effet rien à voir avec un nom initiatique.
    Merci donc pour ce texte plein de discernement (qualité qui n’est pas si commune).
    Si ce sont là vos « délires » Arnaud-comme l’indique le titre de la rubrique-, je souscris totalement à ce genre de « folie »; folie que,personnellement, je nomme « sagesse ».
    Excellente continuation à vous.

  8. Sylvain Vendredi 9 mars 2012 à 3 h 43 min - Reply

    Je possède trois noms : celui que mes parents m’ont donné. Celui – secret- que les dieux m’ont donné. Nul ne doit le connaître. Enfin, mon nom encore inconnu et imprononçable, pareil à une note de musique parcourant l’univers, que seul me confère le Mystère et qui ne me sera révélé qu’après ma mort. Mais ce nom-là est le fondement des deux autres. Ils ne tirent leur pouvoir que de celui-ci – invisible et inconnu.

    Sont-ce trois êtres ? Non : trois positions sur l’échelle cosmique.

    Le troisième seul me représente et il travaille sans cesse. Il agite mes songes et trompe mes gardiens. Il se balance – invisible – comme une lampe ardente.

    Vincent La Soudière

  9. France Lundi 26 mars 2012 à 22 h 21 min - Reply

    Bonjour, j’ai fait un rituel pour obtenir le nom de l’âme en rêve. J’ai vu un ange me l’apporter sur un morceau de papier avec beaucoup de crainte. C’était un nom que je n’ai jamais entendu de ma vie. Le lendemain, j’ai vu dans un livre que ce nom est le nom d’un archange de la Kabbale hébraïque. Pouvez-vous m’expliquer?
    Je précise que depuis ce jour, je vois tout le temps des archanges dans mes rêves (j’ai vu chacun des 7 archanges planétaires et d’autres encore) mais ils ne m’expliquent jamais à propos du nom de l’âme car nos conversations sont très très brèves. Je voudrais juste vos opinions (même erronées ou incomplètes) à propos de la question du premier paragraphe, n’hésitez pas à répondre.

  10. Jean Jeudi 31 mai 2012 à 11 h 13 min - Reply

    Bonjour France, bonjour Arnaud et bonjour à tous,
    Permettez-moi de résumer ce que je sais, pour l’ Archange; Ou du moins ce que je crois savoir.
    Tout d’abord les noms des anges, des archanges sont tous « déduits » de la cabbale hébraïque.
    Pourquoi déduits: parce que l’ hébreu, comme toutes les langues sémitiques, n’ont pas de voyelles. Révéler le nom véritable d’un archange… Ce n’est pas rien. Ce sont des entités de grands pouvoirs.
    J’ espère qu’ Arnaud sera en accord avec moi, quand je vous conseille de vous référer aux écrits d’ Haziel, un spécialiste de l’ angéologie.
    Je m’ en sers comme références dans mes études.
    Fraternellement.
    Jean

    • Arnaud THULY Jeudi 31 mai 2012 à 11 h 41 min - Reply

      Bonjour Jean :-)
      J’avoue qu’Haziel ne fait pas partie de mes auteurs favoris. Son travail, bien que très conséquent, n’en reste pas moins superficiel et à mes yeux beaucoup trop commercial (cherchant à donner au public ce qu’il souhaite entendre et pas véritablement à explorer les tréfonds du sujet qu’il aborde). Après ses livres restent des références, dans le sens où il a fait beaucoup de choses et peu d’auteurs ont fait un aussi gros travail. Mais à mes yeux il existe bien d’autres auteurs sur le sujet qui me paraissent de meilleure qualité.
      Après ce n’est que mon avis, je ne suis pas un expert ni en angéologie ni en kabbale chrétienne.

  11. Glana Samedi 4 août 2012 à 11 h 11 min - Reply

    Bonjour Arnaud :-)
    Je découvre avec un grand plaisir ton site qui est rempli de sagesse et de découverte !
    Concernant le nom magique, je suis entièrement d’accord avec toi… Pour ma part je porte trois noms : un nom païen public (Glana) qui sert pour les forums et aussi les associations. Un nom d’initiée donnée par la GPS du coven où j’ai appris ce que je sais et qui n’est connu que de celles et ceux qui en font partie. Et enfin mon véritable nom magique et très secret, connu que de mes ancêtres et de moi-même, révélé lors d’une transe réalisée avec mes frères et soeurs du coven sous haute surveillance. Car il est imprudent de s’aventurer seul dans les voyages chamaniques, il vaut mieux avoir avec soi quelqu’un de confiance qui te « ramènera » si quelque chose tourne mal. Et d’ailleurs j’ai ramené aussi de ce voyage un autre nom qui s’est révélé être celui de mon jumeau et que j’ai mis 50 ans à retrouver ! bizarrerie de l’âme ^^

  12. dorinda Dimanche 5 août 2012 à 19 h 13 min - Reply

    j aurais aimer y etre malheureusement a l heure actuel on m interdit de me servir ce pour quoi j ai ete faite j aurais bien aime connaitre mon nom magique et surtout rencontre un vrais chaman
    bravo

  13. alex Lundi 20 août 2012 à 14 h 00 min - Reply

    Bonjour tout le monde :)

    Bien, alors je ne sais pas si c’est en rapport avec l’article, peut-être que oui, peut-être que non, j’espère que l’un d’entre-vous pourra m’en apporter la réponse.

    Il y a quelques années, alors que je faisais une sieste d’après-midi en plein mois d’août, je me suis réveillée en sursaut (genre en passant de la position couchée à la position assise trèèès brusquement. je n’ai, au passage, aucune idée de ce dont je pouvais bien être en train de rêver.), et j’ai dit 2 mots (qui vont ensemble) en même temps que je me réveillais. Sauf que ce n’est pas une langue que je connais, et, d’après la google-isation que j’ai faite immédiatement après ce réveil, c’était de l’hébreu. Je ne suis pas de culture/croyance/affiliation juive, je ne parle pas un traître mot d’hébreu.

    Est-ce que ces 2 mots peuvent être le nom de mon âme ? Etait-ce juste un message que je-ne-sais-pas-qui/quoi m’aurait envoyé pour je-ne-sais-pas-quelle-raison ? Ou encore, était-ce juste une sorte de « résurgence » d’une vie antérieure ?

    Pouvez-vous éclairer ma lanterne ?

  14. alex Mercredi 14 novembre 2012 à 2 h 11 min - Reply

    *Se sent mal aimée*

    J’aurais vraiment aimé une réponse à ma question (commentaire précédent). Ce n’est pas parce que c’est une histoire qui semble plutôt invraisemblable (je le conçoit parfaitement) qu’elle ne mérite pas de réponse.

    (Je suppose qu’on a du me prendre pour une « kévina j’ai 14ans1/2 et j’suis mage élémentaire foudre possédé par l’archange pétaouchnoque venant de la planête 3X20d investi d’une mission divine mais j’peux pas vous dire quoi ». Bah s’trouve que non, j’suis pas ça. J’suis juste une pauv’tite wicca éclectique de 20 -et quelques années***- qui ne cherche qu’à vivre en harmonie)

    ***l’âge d’une dame ne se donne pas ^^

    • alex Jeudi 22 novembre 2012 à 0 h 17 min - Reply

      Merci pour la réponse, m’sieur !

      J’espère que votre déménagement c’est bien passé alors :)
      Pour la mémoire, il parait qu’il faut manger du phosphore (je dis ça, mais j’ai moi-même tendance à oublier pleins de trucs, genre les papiers de la CAF, de la CMU et autres)

      Même s’il ne peut y avoir de réponses objectives, je trouve que certains éléments de votre réponse me donne quelques voies à explorer, la seule que j’écarte totalement étant « le rêve tout simple » parce que j’connais pas un traître mot de cette langue (que je n’avais jamais entendue avant, d’ailleurs ) ^^

      Pour me parler, pas vraiment, sachant que la traduction approximative de ces mots donnent un truc qui « ne sonne pas » du tout comme « ma voie » dans cette vie (jusqu’à présent, en tout cas). Paradoxalement, ça ne sonne pas non plus comme de bêtes mots tout con. Ils ne me laissent pas indifférente (la preuve, je m’en rappelle encore comme si c’était hier, alors que ça c’est passé y a quelques années, en 2006 ou 2007, je crois. Au mois d’août, en tout cas).

      Il ne me serait jamais venue à l’esprit que ça puisse être un mot de pouvoir (quand je le dis, que votre réponse m’apporte de nouvelles voies d’exploration*** ! Surtout qu’en lisant ça dans votre réponse, j’étais en mode « késako ». Google-my-friend m’éclaira… Ça à l’air assez intéressant, dans tout les cas ! )

      Donc, encore merci pour votre réponse, m’sieur !

      *** Imaginez-moi déguisée en Indiana Jones. :p

  15. Khiam Mardi 10 septembre 2013 à 19 h 48 min - Reply

    Bonjour.
    Un ami m’a dit que les noms publics c’est pour se reconnaître entre sorciers. Toute a fait d’accord mais comment je fais pour savoir son nom public a part lui poser la question ????

  16. Claudy Jean Gilles Jeudi 15 octobre 2015 à 2 h 16 min - Reply

    Comment puis je choisir un nom pour mon initiation?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mercredi 11 novembre 2015 à 20 h 58 min - Reply

      Dans l’absolu, comme il ne s’agira jamais que d’un pseudonyme, le mieux est encore de choisir librement en fonction de ce qui vous inspire. Certains vont se tourner vers les noms de divinités ou de personnages anciens, d’autres vont utiliser un sigil sous forme de nom en procédant à une sorte d’abréviation etc. Il n’y a pas de norme à ce niveau :-)

Leave A Response »