Le Mithraïsme : Origine d’un culte qui marqua le monde

Arnaud THULY avril 27, 2011 3
Le Mithraïsme : Origine d’un culte qui marqua le monde

Les origines:

Comme nous avons pu le voir dans le sujet sur le mazdéisme, Mithra, dieu du soleil chez les mèdes (perses) est une divinité très ancienne, dont les premières apparitions remontent autour du 14eme siècle avant notre ère.
Mithra, dérivé du védique « mitra », signifie « ami », ou « contrat ». Il est notamment chargé de réguler le mouvement des astres dans le ciel, mais aussi de diriger la vie des hommes et des rois perses. Longtemps considéré comme l’égal d’Ahura Mazda, il sera cependant déclassé et en partie oublié suite aux réformes entreprises par zoroastre.
Pourtant, il est amusant de constater que quelques siècles après ces réformes, le polythéisme que zoroastre avait tant combattu, revint sur le devant de la scène, réintroduisant ces divinités jamais vraiment oubliées.

Sous le reigne d’Artaxerxès II (autour du 3/4eme siècle av JC), Mithra devient le dispensateur du pouvoir royal, son représentant, mais également le garant des traités et des serments. Il commence alors à revêtir également un aspect très important de sa personnalité: celui de protecteur des combattants. Ainsi, on commence à voir les armées perses vénerer Mithra et l’invoquer avant la bataille afin d’obtenir sa bénédiction dans l’espoir de survivre au combat.

  

De la perse à l’europe occidentale

Pendant des siècles, l’empire perse fut véritablement gigantesque (plus vaste encore je pense que l’empire romain!), sous les achemenides, il s’étendait de la Lybie aux bords de l’Inde! Ainsi, le mithraisme traversa les frontières de l’iran, pour se rendre notamment en égypte. Au 1er siècle avant JC, le mithraisme est ramené au cours des campagnes orientales menées par le général pompée, et les légionnaires romains introduisent alors les fondements du mithraisme en italie, qui se répendit alors en gaule puis en germanie et en espagne.
A travers tout l’empire, des lieux de pelerinage lui furent consacrés.
Beaucoup de personnes se demandent encore aujourd’hui pourquoi cette divinité avait supplanté sans difficulté le dieu Mars, dieu de la guerre chez les romains. En fait l’explication est simple, et se trouve dans les notions qui étaient inculquées par mithra: vérité, honneur, courage, fraternité et discipline.
A là vu de ces notions, on ne peut que remarquer les flagrantes ressemblances avec les notions inculquées par l’armée: courage, honneur, fraternité et discipline. Rien d’étonnant donc à ce que les légionnaires l’aient préféré à Mars (qui lui était plutôt considéré comme un dieu décadent, fourbe et vil, aimant le sang et le combat POUR le combat, ce qui était diamétralement opposé à la conception de Mithra)

Mais c’est principalement au cours du 2eme et 3eme siècle après JC que le mithraisme connaitra son apogée en occident, où il devient alors la religion principale des soldats de l’armée romaine. L’empereur romain Commode ira jusqu’à se « convertir » au mithraisme et à se faire initier afin d’accroitre son influence sur l’armée, et l’empereur Aurélien proclamera le mithraisme comme religion officielle de l’empire! A cette époque, rien ne laissait présager que le christianisme pourrait un jour prendre le dessus….
 

 Le mithraisme: saga d’un déclin annoncé

Après la nomination du mithraisme au rang de religion d’état sous le règne d’Aurélien, le christianisme ne fut plus persécuté, et très vite, il commenca à s’infiltrer dans les cours et les palais.
A cette époque, l’empereur Constantin, adepte de Mithra, chercha à dominer pleinement la vaste superficie de son empire. Il eu une « révélation » en comprenant que la religion serait pour lui le moyen d’asseoir son autorité. Il comprit alors que le christianisme qui commencait à prendre de l’essor, serait le meilleurs moyen pour lui de réformer le système.
Ainsi, en 312 ap JC, il se convertit au christianisme. Néanmoins, que personne ne se méprenne, Constantin n’a jamais abandonné sa foi en mithra, bien au contraire même. Son objectif était de réformer le système mithraique pour que le christiannisme évolue et se transforme progressivement en une vénération totale de mithra.
Ainsi, en 313, il rédige le fameux édit de Milan, qui proclama la liberté de culte, et la possibilité pour chacun de vénérer Dieu sous la forme qui lui plaisait.
Toujours dans son objectif d’élever mithra au rang de divinité suprème, il fit rédiger un édit qui fixa que le dimanche (jour du soleil, donc jour consacré à mythra) comme jour de fête obligatoire, et commenca la conversion officielle des fêtes mithraiques en fêtes chrétiennes.

Malheureusement, à la mort de constantin, sa volonté de réforme se perdit, et malgré tous les efforts réalisés par l’empereur Julien, plus jamais le mithraisme ne put se relever. Au 4eme siècle, il disparut progressivement de la scène et tomba dans l’oubli….

  

 Les traces du mithraisme

Le mithraisme a énormément influencé le christianisme, non seulement grace aux réformes de constantin, mais aussi par volonté des papes successifs d’adapter leur religion pour que le peuple l’accepte mieux.
L’élément qui à mon sens est vraiment le plus marquant, est Noël.
La fête la plus importante dans le mithraisme se situait au jour du Solstice d’hiver, car il s’agissait du jour de naissance de Mithra et la victoire de la lumière sur les ténèbres. Ce symbolisme trouve racine dans le fait qu’à partir du solstice d’hiver les jours s’allongent de plus en plus avec la montée du Soleil vers le Nord.
Vous vous dites alors: « mais pourtant, le solstice d’hivers est le 21, non le 25! »
En fait, l’attribution du 25 décembre par les Romains pour le solstice d’hiver est le fruit d’une erreur dans la réforme du calendrier romain. Comme vous le savez, Jules César fait créer autour de -40 je crois un nouveau calendrier, le calendrier Julien. Ce calendrier avait fixé le début des saisons comme suit:
_le printemps le 25 mars
_l’été le 24 juin
_l’automne le 24 septembre
_l’hiver le 25 décembre
Mais à chaque fois, ces dates étaient erronnées de quelques jours. On attribua donc le 25 décembre au solstice d’hiver, et donc à la naissance de Mithra. Ce fut le pape jules 1er qui fixa la naissance du christ au 25 décembre (dans la bible, aucun passage n’indique la date de naissance du christ, et les textes de Luc prouvent que dans tous les cas il est impossible que jésus soit né en décembre)

 

 

 

 

 

 

 

Je terminerai rapidement en citant le fameux mystère du feu, très fortement lié au mithraïsme ainsi qu’au mazdéisme mais qui, avec l’arrivée de zoroastre, s’était un peu perdu. Ce mystère, au sens ésotérique du terme, fait partie intégrante du mithraisme, mais le sujet étant vaste, j’aurai l’occasion d’en parler ultérieurement dessus, dans un autre sujet.

 

Bibliographie intéressante :

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous conseille ces quelques ouvrages:
_Les mystères de Mithra, de Frantz Cumont, Editions d’Aujourd’hui
_Mitraisme et émancipation, de Hassan Pirouzdjou
_Religions du moyen orient, de Francois Lenormant
_Recherches sur le culte public et les Mystères de Mithra en Orient et en Occident, de Félix Lajar

3 commentaires »

  1. Robin Mercredi 27 avril 2011 à 13 h 23 min - Reply

    Super article, vraiment intéressant. Moi je me pose juste une question pour ce qui est des dates. En gros il y a un lien entre Noël et la naissance de Mithra, mais on retrouve les mêmes dates dans les Sabbats et les fêtes Païennes, est-ce le culte de Mithra qui les a influencés ? Parce que c’est un univers un peu plus lointain tout de même.

    • Arnaud THULY Mercredi 27 avril 2011 à 13 h 39 min - Reply

      A proprement parler, ce nest pas le culte de mithra qui a influencé les dates paiennes dans le monde. La plupart des fêtes païennes sont toujours aux mêmes dates partout dans le monde, parcequ’elles correspondent aux évènements majeurs de la course du soleil et de la lune. Même des peuples qui ne se cotoyaient pas ou pratiquement pas avaient des fêtes similaires en date, mais parfois différentes en cultes.
      Ce qu’il faut comprendre simplement avec cet article, c’est que les chrétiens romains se sont inspirés notament d’un culte pour transposer leurs dates sur le calendrier païens, en utilisant LE culte païen en vogue de l’époque qui était le plus facilement détournable pour se rapprocher du christianisme: le mithraisme. Cette précision a de la valeur simplement parcequ’aujourd’hui beaucoup de gens pensent que les chrétiens ont fait coller la nativité avec yule, or si en apparence effectivement c’est le cas, dans la pratique c’est une grosse erreur historique que de croire cela, la véritable fête copiée est le sol invictus.

      J’ai parlé de noel car c’est LA fête la plus importante du christianisme, et que certains symboles qui accompagnent jésus lors de sa naissance sont facilement reconnaissables car ce sont les mêmes que ceux qui accompagnent mithra, mais plusieurs autres fêtes ont également été plagiées au culte perse.

  2. Ko'chka Jeudi 28 avril 2011 à 16 h 28 min - Reply

    J’ai réalisé, il y a un an environ, une peinture de Mithra. Je m’étais donc penchée sur ce qu’il représente mais j’avoue qu’avec quelques unes des informations de ton article (et si je n’avais pas troqué la peinture, hihihi) je pourrais la retravailler, la modifier. Car grâce à toi ma vision de lui me semble un peu plus…complète?!
    Bref : Merci.

Leave A Response »