Le Mazdéisme : religion des anciens perses

Arnaud THULY avril 15, 2011 7
Le Mazdéisme : religion des anciens perses

zoroastre

Les origines

C’est sur les plaines iraniennes qu’autour du 2eme millénaire avant notre ère commenca à se développer une des premières religions que connue notre planète: le Mazdéisme.

A l’époque, les tribus d’une région septentrionale de l’Asie (nommés Aryens) décidèrent de se séparer. Les unes partiront envahir l’Inde (où elles développeront le fameux védisme), les autres partiront vers Sumer (Irak) et la Perse (actuel Iran), où elles fonderont les premières bases de ce qui deviendra l’une des religions les plus influentes du moyen orient (comme nous le verrons plus tard, il en reste encore de nombreuses traces).
(Il y a d’ailleurs de fortes raisons de penser que ce fut un désaccord sur le plan doctrinal qui provoqua cette séparation des tribus (et non une simple volonté d’élargir le territoire), ainsi, il est très intéressant de constater les énormes antagonismes entre la religion mazdéenne et la religion védique, qui pourtant découlaient des mêmes origines ethniques)

Revenons-en au Mazdéisme.
Le mazdéisme, du mot avestique Mazda, qui veut dire « sage », représente donc une religion au départ polythéiste, composée d’un univers hierarchisé (animaux, hommes, anges/archanges, divinités), qui tous, sont soumis à un dieu suprème: Ahoura Mazda (le dieu-sage). D’autres divinités, nées d’Ahoura Mazda, y sont également fortement vénérées, elles se nomment Mithra, dieu du soleil (qui plus tard donnera le mithraisme), Varuna, Mali, Anahita etc…
Cet hénotéisme à l’égard du dieu Mazda tendra à devenir un véritable monothéisme avec l’arrivée de Zoroastre.

Zoroastre et le Zoroastrisme

La légende veut qu’autour des -1000 av-JC apparaîsse le prophète Zarathoustra, que les grecs appelèrent Zoroastre. L’histoire raconte qu’il fut nommé par Ahoura Mazda lui même pour réformer l’ancienne religion mazdéenne.
C’est alors l’apparition du Zoroastrisme (auquel viendra souvent se mêler le terme de mazdéisme)

Zoroastre entreprend donc des réformes dans cet ancien culte. La légende veut que ce soit lui qui ait notamment instauré un texte sacré, nommé l’Avesta, qu’il aurait lui même écrit en partie (on nomme cette partie Gatha)
Sous l’influence de Zoroastre, le dieu Mazda devient l’unique divinité vénérée, seul représentant du bien, de la lumière, de la sagesse. Les cultes de Mithra, d’Anahita et de la plupart des autres divinités sont alors condamnés, et de grandes réformes sur la nature même de la religion et de ses symboles sont effectués (le feu qui avait auparavant une connotation divine chez les perses ne devient plus que le symbole de la lumière, comme émanent de Mazda).

Zoroastre développe également une notion fondamentale qui marquera le monde à jamais: le dualisme poussé.
En soi le dualisme n’était certes pas nouveau, mais la facon dont il apparait ici n’aura d’égal que le manichéisme (qui en est le descendant indirect). Zoroastre classe tout en chose pure et impure, en bien ou mal, sans effectuer aucune nuance, et instaure des prescriptions drastiques destinées aux humains afin que ceux ci puissent rester pur (ce qui n’est pas sans rappeller les actes purs et impures déterminants au destin de l’homme que l’on retrouve chez les akkadiens)

Bien sûr, de cette scission entre bien et mal va alors naître l’équivalent négatif de Mazda (aussi puissant que lui): Spenta Manyu (esprit du mal en avestique), aussi nommé Ahriman: le dieu du mal.
Les êtres purs étaient acceuillis au ciel par Mazda, les êtres impurs allaient directement en enfer avec Ahriman.
On voit ici le lien avec toute la religion judéo-chrétienne.
Ces transformations et cette importance majeure donnée aux actes que l’humain fait a longtemps donné l’illusoire impression que le mazdéisme ne prêtait aucun intéret à la valeur salvatrice de la connaissance.
Pourtant il serait faux de croire que c’est le cas, car en réalité l’importance donnée aux actes ne l’est pas tant sur la nature même de ces actes, mais plutôt sur l’importance qu’on leur attribue. Comprenez par là que la pureté mazdéenne signifie une participation au maintien de l’ordre cosmique, en collaboration avec les puissances intermédiaires, qui sont autant de degrés d’intelligence de plus en plus élevés, à partir du niveau humain jusqu’au plan divin.
On comprend donc que la morale prescrite par Zarathoustra se rattache à un ensemble vaste et complexe de notions théologiques, cosmologiques, liturgiques etc…

En conclusion de ces réformes, il me parait également intéressant de signaler qu’il n’existe que très peu de preuves réelles de l’existence de Zoroastre, et si bien des historiens ne remettent pas trop en doute l’existence d’un personnage assimilé à zoroastre, on pense néanmoins que la plupart des informations le concernant tiennent plus des légendes, et qu’il fut plus un modèle spirituel du prêtre réformateur qu’un vrai personnage de l’histoire (en réalité les réformes du système religion mazdéen se sont étalées sur plusieurs siècles/millénaires)

Apogée et Décadence

Au 3-2eme siècle avant JC, le mazdéisme connait son apogée, il devient alors religion d’état chez les perses, puis peu à peu son influence finira par décroitre et disparaitre sous les invasions à répétition des romains et des arabes.

De nos jours encore, quelques communautés d’Iran (Guèbres, plus de 10 000) et d’Inde, notamment à Bombay (Parsis, près de 200 000) pratiquent encore le mazdéisme.
Tout ça pour montrer que le mazdéisme a joué un rôle important sur nos religions modernes. Il est très probablement à l’origine des anges et archanges tels que nous les connaissons, mais également de ce dualisme si présent dans la religion judéochrétienne.

Et les mages dans tout ça?

Les mages étaient une caste sacerdotale des peuples mèdique qui disposait chez les perses de nombreux privilèges à caractère religieux et politiques. Leur influence n’était donc pas rattachée qu’à la religion.
Les Mages acceptent le dieu Ahura Mazda comme dieu souverain, mais se refusent à abandonner le polythéisme antérieur qui caractérisait le mazdéisme dans ses premiers temps.
Ils célébraient les sacrifices du feu, récitaient les hymnes sacrés des Gâthas, interprétaient les songes et les prodiges.
Longtemps restés dans l’ombre, ils semblent avoir dominés les prêtres-rois à l’époque de la dynastie parthe.
Au temps des Sassanides, ils président la codification du mazdéisme, avec l’intention de restituer les traditions antiques, en s’appropriant la foi de Zoroastre et en y mêlant maintes influences juives, chaldéennes et assyriennes.
Ils donnèrent plus tard naissance à la fameuse légende des rois mages.

SI vous souhaitez approfondir le sujet, voici la liste de quelques ouvrages forts intéressants:
_Religions du moyen orient, de Francois Lenormant
_La Perse secrète, Aux sources du Mazdéisme, de Georges Teranipio
_Le Mazdéisme: origines et mystères

7 commentaires »

  1. Shams Mardi 21 juin 2011 à 12 h 25 min - Reply

    Juste une petite remarque: l’illustration ne représente pas Zoroastre, comme le dit la légende de l’image, c’est Ahura-Mazda ^^

  2. Louve Samedi 5 mai 2012 à 20 h 46 min - Reply

    Petite blague vaseuse du soir : je sais à présent d’où vient la marque de voiture « mazda »; plus sérieusement trés bel article (et bien écrit comme à chaque fois : félicitation) je ne connaissais pas le mazdéisme !

  3. azéma jean claude Dimanche 13 octobre 2013 à 17 h 23 min - Reply

    Très attaché aux Cathares du XII ème je cherche s’il y aurait une ramification avec le Mazdéïsme.
    Les Cathares ont été exterminés par la Papauté, la Royauté, et l’aide des Templiers. Personne ne parle de cette tragédie, aucune analyse !!!

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Dimanche 13 octobre 2013 à 17 h 51 min - Reply

      Mes connaissances sur les cathares sont hélas trop maigres pour pouvoir affirmer quoi que ce soit, j’en suis navré. Il me semble par contre qu’un historien (peut-être bayard?) a émis des parallèles entre le schisme cathare et le mazdéisme (ou, peut-être plus spécifiquement, avec le zoroastrisme). J’avais lu un document à ce sujet il y a quelques années, mais pas moyen de me souvenir où… j’en suis désolé…

  4. Rina Vendredi 31 janvier 2014 à 18 h 34 min - Reply

    Merci et bravo pour cet article. Difficile de faire clair et concis sur ce sujet, tant les sources et détails sont nombreux ^^
    Pour aller plus loin, il y aussi, la traduction et l’analyse de l’Avesta (en français) avec une grande (et longue) introduction sur le Mazdéïsme et le Zoroastrisme, si ça peut vous intéresser :) : http://archive.org/stream/avestalivresacr00harlgoog#page/n335/mode/1up

  5. Koenig Christian Mercredi 12 février 2014 à 15 h 12 min - Reply

    Bonjour,

    Je suis en train de creuser la question de la relation qui pourrait existé entre le christianisme primitif et le Mazdéisme.
    Dans les textes gnostiques chrétiens trouvés à Nag Hammadi en Egypte en 1945. Il se trouve un manuscrit important, un des plus long, il parle du Mazdéisme et de Zoroastre.
    La relation qui existe entre les cathares et le Mazdéisme n’est pas direct. Mais la Perse est le berceau du manichéisme, du Mazdéisme et du Judaïsme et du christianisme, donc forcément il y a des liens avec les premiers chrétiens, donc par déduction logique avec les Cathares qui disaient descendre des premiers apôtres.
    Les rois mages qui viennent voir le Messie étaient probablement des mages gnostiques Perse adeptes du Mazdéisme.

    Christian Koenig

  6. Heldrake Mercredi 24 décembre 2014 à 1 h 51 min - Reply

    Les seuls parallèles entre Catharisme et traditions Zoroastriennes … Sont peut être la dualité entre les fils de la lumière et ceux des ténèbres, rapportées également par les philosophes du désert, communément appelés Esséniens par le rouleau d’argent retrouvé à Qumran … Un savoir ancien a peut être migré via les Nestoriens en Asie Mineure puis c’est transmis lors des croisades ? Toute la lumière reste a faire … Bises Heldrake

Leave A Response »