La Traque : Découverte & premiers pas

Arnaud THULY février 25, 2011 29
La Traque : Découverte & premiers pas

Voici le tout premier sujet de ce blog, sur une pratique magique assez peu connue, dont les bases ont été développées outre-manche par quelques chercheurs en la matière il y a une quinzaine d’années environ, et qui ne se transmet pour le moment qu’au sein de tout petits groupes qui n’hésitent pas à faire le plus souvent usage de silence au sujet de leurs travaux.
Rentrez dans le monde de ce que nous appellons…. « la traque ».

Tout d’abord il me parait important d’apporter une petite précision: il ne s’agit pas du tout du même concept que celui développé dans les pratiques chamaniques d’amérique du sud où le principe de traque (ou voie du jaguar) est de rechercher les comportements et les automatismes qui nous limitent dans notre vie. Il ne s’agit pas non plus d’une pratique inquiétante ou néfaste, même si le terme de « traque » peut faire un peu peur.

** Qu’est ce que la traque? **

L’internaute encyclopédie donne cette définition du mot traquer:
Poursuivre une personne ou un animal avec acharnement, serrer de près quelqu’un

Cette définition, normalement destinée à la chasse, est très proche de ce que nous appelons la traque. Nombreuses sont les entités qui tournent autours de nous sans que nous le sachions, ni que nous ne sachions réellement de quoi il s’agit. Les traditions, les religions, les certitudes et les légendes ont dépeint un grand nombre de ces entités, qui ont conditionné la plupart du temps ce qu’elles sont devenues, mais également le regard que nous portons sur elles. Qui n’a jamais entendu dire « j’ai rencontré tel ange ou tel entité, il était bienveillant, je me sentais bien, pureté, douceur etc… (ou le contraire) »?
Après une telle expérience, les gens ont la sensation de « savoir » puisqu’ils ont « vécu ». Mais pour autant, vivre ce genre d’expérience signifie-t-il connaitre ou savoir réellement à quoi on a à faire?
Trop souvent, ce n’est que s’attarder sur l’illusion qui se présente à nous, et prendre cette illusion pour argent comptant. Beaucoup à travers l’histoire s’en sont mordus les doigts.
Je voyais un documentaire l’autre jour sur l’arrivée de Cortes au mexique, où les aztèques, persuadés qu’il s’agissait de l’accomplissement d’une prophétie ancienne indiquant le retour des messagers du dieu Quetzalcóatl, leurs ont ouvert les bras et n’ont pas été capables de voir le danger. Ils permirent aux espagnols de pratiquer un massacre en toute liberté.
Ce petit parallèle historique qui pourrait paraitre sans rapport avec le sujet, montre pourtant à quel point nous pouvons être abusés par autrui, déjà lorsqu’il s’agit d’humains, alors je vous laisse imaginer pour des entités…
Et généralement, lorsque l’on s’en rend compte, il est déja trop tard….

La traque est donc la capacité de (pour)suivre une entité que l’on a approché pour découvrir sa nature profonde: son énergie, son origine, ses relations, ses buts etc…

L’objectif est donc simple: savoir à quoi on a à faire exactement, et mine de rien, par cette méthode on découvre énormément de choses.

Il est toutefois bon de préciser que la majorité des dites entités n’aiment pas être traquées, aussi ce genre d’exercice est à pratiquer avec parcimonie et à réserver à un public averti, qui a déjà l’habitude de manipuler directement les énergies, et qui sait se défendre en cas de besoin.

** Premiers pas du Traqueur **

Traquer n’est pas une chose aisée, surtout quand on débute, d’autant qu’il est difficile de donner une méthodologie précise pour y parvenir. Cela passe en grande partie par un ressenti énergétique qui reste très personnel, et il s’agit donc d’une démarche à entreprendre en sachant bien qu’en cas de mur sur la route, il est difficile de trouver quelqu’un pour nous aider à le franchir.

Tout d’abord, le mieux sera de s’entrainer sur des entités du « bas astral », proches de nous, comme des larves ou autres saletés présentes en quantité et facilement approchables (une simple libération d’une grande quantité d’énergie suffira à attirer à vous toutes les larves nécessaires à votre entrainement préalable… pensez néanmoins à vous protéger si vous ne voulez pas en subir les conséquences).

Une fois une larve présente, il vous faut alors commencer par la chercher et la sentir. Pour cela, fermez les yeux et concentrez-vous. Rentrez en état de vide mental en vous concentrant sur les battements de votre cœur et fermez un à un vos autres sens. Une fois dans cet état, concentrez vous pour ressentir le monde extérieur. Rapidement vous devriez ressentir la présence de la larve, être capable de la situer puis de la visualiser.

Lorsque vous êtes parvenus à cela, concentrez-vous d’avantage encore pour arriver à « saisir » (pas au sens attraper, mais au sens comprendre) l’énergie qu’elle dégage, à la percevoir. Une larve est un amas énergétique, rarement uni, il faut donc que vous parveniez à non seulement ressentir cet amas mais également à le distinguer.

Lorsque cela est fait, la traque peut commencer.

Au même titre que le monde est parsemé de mollécules odorantes que nous laissons sur notre passage et que des animaux ayant un odorat plus développé que le notre peuvent suivre, l’univers est parsemé de traces énergétiques laissés par tous les êtres vivants mais également par les entités des différents plans. Et lorsqu’on apprend à reconnaitre ces traces et à les « remonter », on devient capable de suivre les entités n’importe où, mais également d’identifier les énergies laissées.

C’est cette partie qu’il est particulièrement complexe d’expliquer, le langage étant très limité pour décrire des concepts aussi subjectifs. Essayons malgré tout.

Une fois que vous êtes parvenu à saisir l’énergie de la larve, il faut vous focaliser dessus et la garder en mémoire. Si elle reste là (en général les entités se sentent traquées, et soit elles deviennent belliqueuses, soient elles s’enfuient), alors vous pouvez pratiquer la traque sans avoir à la poursuivre. Il vous faut alors ressentir tout ce qui la compose, chercher à séparer les énergies qui la constituent, les ressentir une à une pour comprendre ce qui est réellement en face de vous. Ces traces énergétiques sont un peu l’équivalent de notre ADN, et en étant capables d’identifier ces traces, on peut retrouver toutes les personnes qui l’ont constitué, tous les êtres qui lui ont servi de repas etc… En clair, vous devenez capable de saisir la nature profonde énergétique de ce que vous avez en face de vous. Cela ne vous permet pas encore de connaitre ses objectifs, mais déjà de savoir si vous avez face à vous une création « humaine » ou bien quelque chose de « non humain ». Bien entendu dans le cas d’une larve on est dans un schéma extrêmement simple, pas la peine de s’interroger sur ses objectifs, ils sont connus d’avance.

Si elle s’enfuit, la véritable traque commence. A cet instant vous êtes parvenu à appréhender la pièce dans laquelle vous êtes, à y ressentir les énergies. La partie la plus dure consiste à aller au delà de ce petit monde qui vous entoure pour parvenir à suivre la larve où qu’elle aille. Pour cela il vous faut (dans l’absolu) parvenir à ressentir le monde et tout ce qui s’y passe.
Dans la pratique, à moins d’être parvenu à ressentir le tout et de communier avec lui naturellement, c’est tout simplement impossible (ou plutôt d’un niveau irréel…). C’est pour cela qu’il faut absolument avoir correctement saisi et mémorisé la trace énergétique laissée par la larve. En vous focalisant sur cela et sur rien d’autre, vous pouvez alors la suivre où qu’elle aille, sans avoir à appréhender le monde entier, mais juste le petit monde autour d’elle.
Plus elle s’éloigne plus cela devient complexe car il ne s’agit pas d’une sortie astrale, on ne la « suit » pas réellement, mais on continue à la percevoir hors du temps et de l’espace. Si vous venez à être déconcentré et à perdre sa trace, l’exercice est terminé, il est pratiquement impossible de retrouver alors dans cette immensité la trace de la larve (c’est comme de vouloir retrouver un grain de sable sur une plage)

Au fur et à mesure de votre entrainement, vous parviendrez à suivre la larve de plus en plus loin, votre esprit une fois dompté sera capable de rester focalisé pendant longtemps sur cette énergie, puis, avec le temps, vous parviendrez à ne plus la lâcher du tout et serez capable de la suivre où qu’elle aille et quoi qu’elle fasse tant que vous resterez concentré sur elle.

** La Traque dans toute sa splendeur**

Une fois parvenu à ce résultat, vous disposez désormais d’une capacité extrêmement utile et « redoutable ». Le travail sur les larves terminé, vous pourrez passer aux diverses entités qui parsèment les plans les plus proches (il est très difficile de suivre des entités capables d’évoluer « facilement » entre les plans « supérieurs » car les traces évoluent et se perdent, ce qui rend le parcours très ardu)
Traquez un égrégore et vous découvrirez qui le dirige, traquez une entité et vous parviendrez à découvrir ce qu’elle est réellement, qui a pu la constituer, si elle est indépendante etc…, traquez une entité qui vous poursuit et vous pourrez découvrir qui en est responsable, quels buts ont été définis, et disposerez donc de toutes les clés pour parvenir à la chasser facilement (il est d’ailleurs fréquent qu’une entité qui vous suive arrête de le faire suite à une traque, mon avis sur la question étant qu’elle est capable de se rendre compte du danger que cela représente pour elle de revenir sachant qu’elle a été percée à jour, ce qui explique probablement pourquoi les entités n’apprécient pas d’êtres traquées).

Enfin, la traque représente un magnifique outil pour comprendre et découvrir les plans proches et ce qui les constitue, d’une manière totalement différente de celle qui passe par l’exploration de ces plans (par voyage astral par exemple).

Je terminerai en faisant quelques rappels:
- tout d’abord, ne vous découragez pas, comme dit plus haut il faut trouver sa propre manière de traquer, cela prend du temps, ce n’est pas quelque chose d’aisé à réaliser même pour ceux qui ont l’habitude de ressentir facilement les énergies.
- attention quand vous le faites, beaucoup d’entités n’aiment pas être traquées.
- traquer une entité ne suffit pas à « savoir » tout d’elle dès votre premier essai. Il vous faudra des centaines de traques pour avoir pu ressentir des dizaines de « types » d’énergies différentes et pour pouvoir les assimiler à des choses précises (par exemple si vous traquez une larve, la première fois vous serez incapable de reconnaitre la marque « humaine », ce n’est qu’en ayant traqué un être humain que vous parviendrez à faire le rapprochement. Et comme chaque énergie est différente, y compris d’un humain à un autre, il vous faudra en ressentir beaucoup pour pouvoir apprendre à les reconnaitre avec certitude)
- Lorsque vous serez parvenus à traquer des quantités énormes d’entités, vous verrez qu’il y a des traces énergétiques qui reviennent souvent, et vous deviendrez capable de les identifier plus facilement. Néanmoins parfois vous tomberez sur des énergies totalement inconnues (cela reste rare). Il est bon de noter ces rencontres et de tenir un petit journal. Cela vous aidera à mieux mémoriser ces informations et les énergies ressenties. N’hésitez pas à être exhaustif en précisant ce que vous avez ressenti, comment cela s’est passé, comment l’entité a réagi etc…
- Dernièrement, comme les « noms communs » désignant les entités ne me convenaient plus en raison de tout ce mélange que l’on découvre derrière les apparences, j’ai en plus de ce petit journal, fait un petit tableau où j’ai commencé à donner des noms à ces entités dont les énergies sont différentes et qui sont parfois classées à tort avec d’autres entités. Quand j’en parle personne ne comprend, mais cela me permet de classer avec plus de pertinence mes découvertes et surtout de pouvoir me référer immédiatement à quelque chose que je connais, et donc savoir comment m’y adapter. Je pense que c’est également une bonne chose d’en faire autant.

Bonne traque

29 commentaires »

  1. Robin Samedi 26 février 2011 à 14 h 55 min - Reply

    Vraiment intéressant, je m’aperçois qu’on a pas du tout vu la même façon de traquer c’est vraiment passionnant. J’ai vraiment envie d’apprendre cette méthode ça me serait plutôt utile !

  2. Laguna Dimanche 3 avril 2011 à 22 h 15 min - Reply

    Un grand merci pour cet article sur la traque , je test ce soir ;)
    encore merci =)

  3. Zoziau Mardi 5 avril 2011 à 20 h 49 min - Reply

    J’ai tenté hier soir ta méthode de traque, et suis rapidement parvenue à un résultat – du moins en ce qui concerne l’état qui permet une telle traque. Mais ce qui s’est passé fut tellement troublant, tellement étrange que je ne sais qu’en penser. Après coup, je me sens même très mal à l’aise. C’est déplaisant, même si sur l’instant ce fut plutôt agréable. C’est même difficile d’en parler. Je crois qu’il faudra que j’essaie encore, et que je reste focalisée sur mon but, sans m’en laisser détourner ou manipuler par… je ne sais quoi. Mais je ne sais pas si je parviendrai à quelque chose encore, je maîtrise tellement mal ces états et le chemin pour y parvenir…

    • Arnaud THULY Mercredi 6 avril 2011 à 8 h 58 min - Reply

      Débuter en traque n’est jamais aisé, cela demande une bonne maîtrise de son énergie pour éviter qu’elle ne fluctue trop dans le corps et ne provoque des perturbations qui peuvent devenir dérangeantes. Tout passe par l’entrainement, par la répétition. Cela ne doit pas t’effrayer, même si c’est plus facile à dire qu’à faire :-)
      N’hésite pas à prendre 5-10 minutes avant de t’y mettre pour bien t’ancrer, cela peut aider. N’hésite pas à nous faire part de tes avancées ou de tes soucis, si je peux t’aider je le ferai avec grand plaisir.

  4. Zoziau Mercredi 27 avril 2011 à 19 h 48 min - Reply

    Si tu es d’accord, je préfèrerais en parler en privé, sur facebook par exemple, où je fais partie de ton cercle de relations. En fait, j’ai toujours du mal à savoir si ce que je vis dans ces moments sont des simples rêves, des rêves lucides, ou un état intermédiaire entre la veille et le rêve, où le corps dort mais l’esprit reste éveillé. Je pense qu’il s’agit de ce troisième état, mais il est fragile et le rêve peut s’y mêler ou m’emporter sans que je m’en rende compte, c’est pourquoi il est difficile de faire la part des choses entre vécu physique, vécu mental ou astral, ou vécu onirique. Merci de ta réponse en tous cas… :)

    • Arnaud THULY Mercredi 27 avril 2011 à 20 h 12 min - Reply

      comme tu veux, mais comme je dis toujours, c’est dommage de pas en faire profiter tout le monde car on est rarement seul à vivre ca, et notre expérience peut aider d’autres à mieux comprendre ce qui leur arrive. Mais bon si tu préfères en discuter en privé aucun souci pour moi.

  5. Zoziau Mercredi 27 avril 2011 à 20 h 59 min - Reply

    Je t’ai envoyé un mp sur fb, mais j’ai reçu un message d’erreur et ne sais pas s’il t’est parvenu…

  6. Zëta Jeudi 19 juillet 2012 à 16 h 02 min - Reply

    Merci beaucoup pour l’article, je vais essayer cette méthode de traque au plus vite car c’est vraiment très intéressant , mais j’ai tendance à avoir le même souci que Zoziau, j’ai du mal à distinguer l’état véritable dans lequel je me trouve lors d’expériences comme celles-ci, car bien souvent mes rêves sont très forts et incroyablement proches d’une expérience réelle…alors comment être sûre de vivre une traque « consciente » sans que l’imagination onirique ne prenne le dessus…si tu as des clés pour cela je serais ravie de les connaitre. Merci encore pour ce partage!

    • Arnaud THULY Lundi 23 juillet 2012 à 21 h 29 min - Reply

      Bonsoir,
      Le meilleur moyen reste encore de ne pas prendre le risque de sombrer dans le sommeil. La traque, du moins telle que je la pratique, se réalise en pleine lucidité et en éveil constant. Bien qu’il s’agisse d’une concentration profonde et d’un état proche de la méditation, il n’en reste pas moins qu’il faut parvenir à rester lucide, afin de pouvoir réagir immédiatement à une situation donnée. Si tu ne parviens pas à conserver cet état sans t’assoupir et ainsi prendre le risque de tomber dans le rêve lucide et non dans la traque, le meilleur conseil que je puisse te donner est de limiter tes séances de traques à une dizaine de minutes. C’est court, mais pour acquérir la bonne maîtrise de la technique, je pense que c’est mieux de faire ainsi. De cette manière, il est évident qu’il te sera impossible de garder la trace très longtemps, mais en décomposant chaque partie (repérage, accrochage et tracage) et en commencant par bien maîtriser chacune dans une durée plus courte, tu acquèreras les réflexes qui te permettront de ne plus sombrer dans le sommeil :-)
      Pour faciliter ton travail, commences par traquer des larves, qui rappliquent généralement assez rapidement quand on déploie son énergie dans un périmètre large. Tu pourras ainsi profiter pleinement de tes 10 minutes. Mets ton portable avec une musique douce pour te signaler que les 10 minutes sont écoulées, ca te permettra de t’assurer que tu ne t’es pas endormie.
      Bon courage :-)

  7. Zëta Dimanche 5 août 2012 à 20 h 01 min - Reply

    Merci pour ta réponse! Je prends en note tous tes conseils, j’essaye de trouver le meilleur moment de la journée pour cet exercice, la fin de journée n’est pas mal pour moi, je suis un peu plus zen, et la fatigue n’arrive qu’en milieu de soirée. Effectivement 10 mn c’est court, donc je rallonge un peu car il me faut un peu plus de temps pour arriver à l’état idéal. Par contre, comment arrives-tu à savoir que tu as bien perçu une larve? Cela se ressens comment? Ce n’est pas évident car tu parles de « fermer les sens un à un », donc je me demande de quelle nature est la traque, « visuelle »? Je veux dire ce sont des images, des sensations qui nous arrivent? Cela diffère peut-être suivant les personnes…
    Donc lorsque l’on a le sentiment de ressentir quelque chose de spécial, pour rentrer dans la traque et poursuivre l’énergie, il faut se concentrer sur ce que l’on ressent alors et essayer de garder cette « sensation »?
    Après plusieurs tentatives, j’ai souvent des « images » enfin le mot est grand mais ce sont des flashs de lumière, plus ou moins figuratifs qui m’arrivent, les yeux fermés, accompagnés de petites sensations physiques, des picotements ou tremblements entre autre. Difficile de savoir si je suis sur la bonne voie, car je ne trouve pas ses sensations mauvaises, donc est-ce bien une larve? Mystère, mais je poursuis!

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Dimanche 5 août 2012 à 23 h 20 min - Reply

      Alors, quand je parle de fermer ses sensations une à une, j’ai oublié de préciser qu’il s’agissait d’un travail de focalisation sensorielle, ca vise à terme à mettre en exergue tous les sens dans ce qu’on appelle le ressenti global, qui est finalement une forme de double vue améliorée. Tu vois, tu ressens, tu entends. En fait, c’est comme lorsque tu ouvres les yeux en temps normal, sauf que ce que tu vois est une juxtaposition du plan physique et des plans subtils « proches ».
      En clair, tu sais qu’il y a une larve simplement parceque tu la vois à proprement parler.
      Bien entendu il s’agit du niveau final, les intermédiaires se font principalement par les sensations énergétiques, et tu as tout à fait compris de quelle manière il fallait procéder pour « poursuivre ». Cela implique non seulement de ressentir l’énergie, mais également d’appréhender l’environnement qui t’entoure. Ce sont deux sensations distinctes qui viennent avec le temps.

      Pour ce que tu ressens, il m’est difficile de te dire « oui » ou « non », chacun ressentant les choses d’une manière qui lui est propre. J’aurais tendance à penser néanmoins que si tu n’as pas cette impression de « nausée » alors tu n’est pas nécessairement confrontée à une larve. Peut être ressents-tu l’énergie présente dans la pièce, voire ta propre énergie, sans pour autant qu’il y ait d’entité extérieure.

      Un conseil toujours utile, travaille ta focalisation auditive, on y pense peu mais c’est un des meilleurs moyens de converser par la suite avec une entité, et cela permet aussi « d’entendre » (le mot est mal choisi) la présence de certaines entités. Cela sert de confirmation à tes sensations, surtout au début.
      Bon courage :-)

  8. au coeur de la vie Lundi 5 novembre 2012 à 13 h 53 min - Reply

    Et les dangers de telles traques, tu n’en parles pas!!! L’être humain tente de s’élever au-dessus des énergies dites » négatives », c’est en tout cas son but ultime, progresser vers plus d’harmonie, de conscience et de créativité pour dire le principal. Dans le monde du subtil, tout autant que dans le monde matériel, tout ce qui se ressemble s’assemble, ça s’appelle la loi d’attraction, bien vulgarisée depuis quelques années maintenant. Il faut être un véritable, pour faire court, »guerrier de lumière » pour pouvoir traquer des entités du bas astral et autres démons, implants, égrégores et et j’en passe ! Car si on n’est pas impeccable, dans les termes castanediens, par exemple, ou purs, selons une terminologie religieuse, ou clean, ou tout ce qu’on veut comme terme qui explique qu’on se connaît soi-même et qu’on est soi-même libéré de ces influences, et bien, grand est le risque d’une part de se faire abuser par ces entités, qui adorent se dissimuler sous d’autres formes trompeuses au niveau subliminal, puisque leur but est de nous subtiliser de l’énergie à notre insu. Et d’autre part, même si la curiosité est une bonne qualité, qui peut être sûr qu’il n’a plus aucune faille psychologique ou énergétique, par laquelle l’aspect négatif qu’on traque ne puisse entrer ou se coller à soi, et rester!!! Le développement personnel est un long chemin, la plupart des humains sont phagocytés par toutes sortes d’énergies et influences étrangères, c’est cela ne pas être « libéré », et le chemin est long pour identitifer ces énergies négatives en soi- même et les faire partir.
    On peut avoir énormément d’expériences spirituelles d’entités très élevées ou de conscience lumineuse, tant que tous nos aspect n’ont pas été nettoyés de leurs « valises », c’est-à dire des résidus d’expériences passées qui limitent notre potentiel :blessures, traumas, craintes, souffrrances, tendances négatives, faiblesses etc…et bien, il reste toujours des failles par lesquelles ces énergies peuvent entrer .Je crois que plutôt que de les traquer aux confins de l’uunivers, une fois qu’on les a éloignées, on peut s’estimer contents, car certaines de ces entités résistent beaucoup à nous quitter! Et plutôt que de les traquer, même si ces entités font partie de la vie, au même titre que nous- mêmes et tout ce qui vit, on peut parfois, surtout dans le cas de personnes décédées, les amener à nous quitter en les aidant à se libérer de ce qui les attache à nous et les aider à passer à un autre plan, moins troublé, où ils ou elles n’ont plus besoin de notre énergie et ne restent plus bloquées à un niveau de bas astral répétitif et sans liberté d’évoluer au stade suivant.
    Quant à moi, je ne conseillerais à personne de faire de telles traques, à part s’il est extrêmement stable psychiquement, et surtout pas s’il ou elle a des tendance médiumniques, car il faut beaucoup de discernement pour savoir qui nous entre dedans par le canal médiumnique.
    Et il est assez connu aussi dans la médecine ésotérique que bien des gens considérés comme médicalement « fous », sont en fait des gens qui ont des failles énergétiques squattées par des entités négatives non désirées. Cela est bien connnu dans les traditons ancestrales d’autres pays, sous le terme général de chamanisme,et dans l’église comme personne devant être « exorcisées ».
    Quant à moi, je conseillerais de plutôt traquer les entitiés positives, comme son ou ses anges gardiens–(faire connaissance, les reconnaître, dialoguer, se faire conseiller), les entités spirituelles au sens large,les fées, les forces de la natures, l’esprit des animaux et des plantes, etc sous son dénominateur commun : « l’inspiration »! Nous somme à une époque où nous avons besoin de ces inspirations amenées par l’aspect lumineux de la conscience. De la négativité , il y en a suffisamment :)
    Par contre, bien sûr que si on se rend compte qu’on est squatté par une entitié négative, là la trasque, et le discernement qui va avec, sont d’une grande utilité…mais une fois que l’entité est partie, je conseillerais de ne pas s’en préoccuper, ne pas la suivre ,c’est sa vie!!!
    Car sinon, on ferait comme elle, on s’agglutinerait, ce qui n’est pas le but!!
    Ce que je retiendrais de très positif dans la traque, c’est la capacité de discerner,élaborer des critères de reconnaissance, qui est essentielle pour toute personne qui s’aventure dans le domaines des mondes subtils. Ne pas s’illusionner soi-même et être très mesuré, ne pas en faire un « sport » pour se valoriser l’ego, mais en faire un outil d’évolution pour soi-même d’abord,et les autres si on a suffisamment mûri la chose.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Lundi 5 novembre 2012 à 19 h 47 min - Reply

      Bonjour,
      Les idées reçues ont définitivement la vie dure, et votre commentaire est hélas l’exact reflet d’une société incapable de voir le monde autrement que de manière manichéenne, en négatif et positif, sans se rendre compte que rien n’est aussi simple dans la vie, et encore d’avantage en ésotérisme.
      Le simple fait de parler de « traque d’entités positives comme les anges » prouve que vous parlez d’un sujet que non seulement vous ne pratiquez pas, mais que vous ne connaissez pas non plus (ou alors de manière extrêmement superficielle), sans quoi non seulement de tels termes auraient depuis longtemps disparus votre langage, mais vous n’iriez pas aussi facilement associer le mot « positif » et le mot « ange ». Le christianisme a lissé fortement les personnalités de bien des entités « angéliques » et la plupart des groupuscules new-age tendent à aller plus loin encore en les présentant comme des fluffy bunny, mais dire qu’elles sont « positives » est juste une belle illusion comme vous en parliez si bien….

      Oui la traque est dangereuse, tout comme toutes les pratiques magiques faisant appel à des entités sur lesquelles on a un contrôle limité et où les choses peuvent rapidement déraper. Le besoin de maîtrise de soi et de son esprit ainsi qu’une parfaite connaissance de soi par un long travail d’introspection préalable sont les bases des pratiques magiques, quelles qu’elles soient. Ceux qui ne le font pas s’exposent de toute manière au danger, même en évoquant la plus gentille des entités. Quant à savoir les raisons qui motivent certains à pratiquer la traque, ceux qui font ca pour le sport ou pour se valoriser l’égo perdent leur temps car ils n’y trouveront rien de ce genre là.

      Cependant, pour ceux qui ont déjà acquis cette sérénité mentale et ce contrôle d’eux même, alors contrairement à vous je leur conseillerai de ne pas hésiter à explorer en profondeur la traque, en ne se limitant pas aux entités que certains appellent « positives » simplement parce qu’ils ignorent tout de la nature profonde de ce qu’ils évoquent. Bien des entités considérées comme négatives par la religion et pire encore par ceux qui la dévoient, sont bien moins dangereuses que certaines classées dans l’autre bord. Mais pour s’en rendre compte, encore faut-il le faire.
      Les gentils monsieurs qui donnent des gentils bonbons aux gentils enfants à la sortie des écoles ne sont pas toujours des gens bien. Il en va exactement de même au niveau énergétique. Mais en ésotérisme, pour peu que la gentille entité donne des gentils bonbons, une fange entière de population chante ses louanges avec béatitude sans se rendre compte de ce qui se cache derrière.

      Faire fi des préjugés, des certitudes, des filtres et des illusions, voilà le but de la traque.
      Le reste n’est que blabla.

  9. Z69 Mardi 28 mai 2013 à 21 h 27 min - Reply

    La traque peut il être d’un intérêt formateur ? Je traque, sans savoir à quoi consistait réellement l’exercice, un humain. C’est une sorte de jeu de cache-cache.
    Pour me mettre en condition j’expliquerais ainsi les choses : je prends un ascenseur mental, c’est ainsi que je le conceptualise le mieux et c’est très pratique, parce qu’il est possible de noter les étages de stase et de s’y rendre comme d’appuyer sur un bouton. Il n’y a pas d’effort, je ferme les yeux et je monte dans l’ »ascenseur ».
    Parfois la traque est faite d’attente de quelque instants, je me mets en position juste à l’extérieur de moi et j’attends comme de prendre mon envol, sans rien faire, sans bouger, l’échos de la trace est totalement silencieuse. Et tout à coup je file. Jamais d’angoisse dans ce « jeu » et de retrouver la trace me mets en général un sourire aux lèvres.
    Avant, au début, je suivais une voie tracée et la trace a commencé à bouger, à se « cacher ».
    Maintenant je change d’étage pour la traque, ca devient plus riche en « dimension », mais tout cela se passe très vite.
    La traque parfois ne commence pas : le traqué me tombe dessus.
    J’ignore ce que sont des « larves’, mais tout ce avec quoi j’ai pu être en contact lors de voyances ou autre, je pourrais le traquer maintenant, je le réalise en écrivant.
    Reste à savoir : quel intérêt dans cet exercice ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mercredi 29 mai 2013 à 9 h 24 min - Reply

      « quel intérêt dans cet exercice ? »
      Il en existe plusieurs.
      Le premier et à mes yeux le plus valorisable: comprendre. Traquer est la clé pour voir ce qui se cache par delà le voile. C’est l’une des rares techniques qui permette potentiellement d’appréhender correctement au delà de nos filtres et de ceux imposés par les entités traquées. C’est la base permettant de s’extraire des divers systèmes de croyances sur ce qui passe sur les plans invisibles et donc l’une des clés de la compréhension de notre monde.
      Le second: remonter aux origines des énergies traquées. Dans le cadre d’un égrégore par exemple, cela permet de remonter aux sources de l’énergie accumulée, et donc potentiellement de pouvoir retrouver qui est responsable. C’est particulièrement utile lors d’envoutement égrégorique.
      Le troisième: Traquer une personne permet de pouvoir suivre une grosse partie de son réseau énergétique. Sur une personne lambda cela n’a aucun intérêt, mais sur des praticiens en magie, cela permet potentiellement de savoir qui participe à quoi (énergétiquement parlant s’entend). Dans bien des situations cela peut s’avérer très pratique.

      • Z69 Mercredi 29 mai 2013 à 22 h 02 min - Reply

        Ouh là, c’est un vrai travail de dissection çà ! Je traque une trace, je trace une signature (s’il faut appeler cela ainsi, je ne vois pas comment expliquer qu’on retrouve sinon la trace de quelqu’un ou quelque chose) mais pour le moment cela s’arrête là.
        Tu veux dire que s’il y a des réseaux on peut tracer les liens ?
        Y a t’il automatiquement des réseaux (est on automatiquement connectés à quelque chose) ou des « solo » existent-ils ?
        Hmm les « praticiens en magie », ne se protègent-ils pas de ces détections de réseaux en ou se faisant furtifs ou en rendant furtives les connections ?
        Un conseil alors stp : *comment* faut-il « regarder » pour rentrer dans les détails de la signature ?
        Et j’imagine que des « faux semblants » existent aussi dans ce domaine….

  10. Z69 Mardi 28 mai 2013 à 21 h 36 min - Reply

    ps : je croise durant ces « voyages » des « visages » qui défilent mais comme de marcher dans une foule je ne m’y attarde pas, ils ne m’intéressent pas.
    C’est peut être une illusion… quand je monte en étage avec mon ascenseur mental, j’ai l’impression qu’il y a moins de monde, que l’air est plus « pur » et il y a un étage (je n’ai pas vu la nécessité d’aller plus « haut ») ou je flotte il n’y a rien de visible mais il y a une densité très agréable et il est bon d’y être, même s’il et plus difficile de s’y maintenir. ^^

  11. Emy Lundi 23 juin 2014 à 15 h 07 min - Reply

    coucou arnaud

    - Si lors de la traque tu perçois la signature de l’entité et tu peux la suivre partout, qu’est ce qui l’empêcherait de faire de même ? surtout si c’est une larve et que le traqueur est un met succulent, elle doit aussi exceller dans le radar et la traque. Si le lien est établi, elle peut revenir se nourrir quand tu deviens plus inattentif ou quand tu dors ?

    - Si le lien est établi dans le plan physique, est ce que quand on quitte notre corps (sortie astral, sommeil, mort, coma…), le lien reste ? On pourrait avoir une petite surprise de retrouver toutes les entités traquées à ce moment là et être moins lucide pour faire face au groupe ?

    - Carlos Castaneda a pratiqué un peu la même méthode pour trouver ce qu’il appelle des alliés, il s’est retrouvé dans des combats et il a plusieurs fois échappé de peu à la mort ou à l’épuisement total de son énergie quand il perdait le combat. De plus, quand il les poursuivait, elles l’égarait dans leur monde pour l’affaiblir et il s’épuisait à en sortir. Est ce de même ici ? Si oui,pourrais tu donner des moyens de restauration énergétique ?

    Merci beaucoup :)

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Vendredi 25 juillet 2014 à 7 h 47 min - Reply

      Bonjour Emy,
      1) Dans l’absolu tu as tout à fait raison, fort heureusement une personne qui traque prend ses dispositions en permanence pour se prémunir de ce genre de phénomène. Tout d’abord les liens créés (quand il y en a, ce qui n’est pas impératif pour traquer) sont coupés après traque afin de limiter ce genre de problématique. Ensuite parce que l’une des bases du traqueur est d’apprendre à se protéger. Dans la mesure où toute personne pratiquant la traque a obligatoirement développé énormément ses réserves énergétiques, la meilleure solution pour cela reste le principe d’invisibilité énergétique, c’est à dire de créer une bulle dite « parfaite » et de la restreindre à quelques cm au delà du corps. Rien n’émane plus de la personne et il devient impossible de la sentir même à un mètre d’elle. De cette manière, aucune entité ne peut revenir vers celui qui l’a traqué. Cependant une telle pratique n’est pas sans conséquences pour le corps, c’est aussi pour cela qu’on ne la met pas en permanence en général. Après la plupart des entités ayant été traquées n’ont pas particulièrement envie de revenir. Même si le lion te donne faim tu évites quand même de rerentrer dans sa cage, même s’il dort, surtout quand tu as d’autres proies possibles bien que moins attrayantes.

      2) S’il n’est pas nettoyé alors oui, le lien reste. Plans physique et énergétiques sont les mêmes en quelques sortes, c’est juste une vue de l’esprit qui veut les séparer :-) Pour autant même en cas de voyage astral on est pas confronté à tout ce que l’on traque, et ce pour une raison somme toute assez bête. Une entité véhémente avec un traqueur n’est généralement plus là pour s’en prendre à lui. Les seules qui restent sont celles qui ont été plus neutres ou plus agréables, et en ce cas elles ne cherchent pas à poser de souci.

      3) Carlos Castaneda est un romancier, pas un praticien ^_^ La plupart de ses propos sont le fruit de son imaginaire et de ce qu’il a pu entendre et lire de grands auteurs dont certains ont abordé les principes de la traque. Tout au plus il s’en est inspiré, mais non personne n’est jamais resté « bloqué » à cause d’une entité :-) Du moins pas de son vivant (il faudrait pour cela que le lien unissant le corps physique et le corps astral soit coupé, ce qui implique la mort).

  12. valerie Vendredi 19 septembre 2014 à 15 h 28 min - Reply

    bonjour Arnaud,

    je ne pratique pas car je ne sais pas par quoi commencer. j’ai juste fait un peu de radiesthésie en amatrice.
    Ce que j’aimerai le plus c’est connaître le monde des entités , les connaître et un jour pouvoir communiqués avec eux ou les traqués comme ici. j’ai 40 ans et je c’est que ce n’est pas un jeu.Cela a toujours été un univers qui me plait. Donc pour une novice de novice par quoi doit on commencer.
    La méditation ? une référence sur un livre ? Afin de connaître tout ce qu’il y a savoir avant ?
    Ou alors carrément une formation ?
    Pareil Pour la divination on dit que tout le monde peut apprendre . Comment sans se ruiner ?
    En tout cas ton sujet m’a plu et tu explique très bien c’est plaisant.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Dimanche 21 septembre 2014 à 9 h 55 min - Reply

      Bonjour Valérie,
      Pour la traque, il s’agit d’une pratique qui demande déjà des grosses bases en magie et un bon niveau général de pratique. Le mieux est donc de ne pas commencer directement par là mais de suivre des chemins de traverse dans un premier temps pour ensuite basculer dessus. Dans tous les cas, le mieux est de commencer par un entraînement complet permettant de développer certaines des perceptions spécifiquement nécessaires à la traque. Aujourd’hui le seul ouvrage à le faire vraiment est La Voie du Mage, le livre que j’ai écris il y a quelques années de cela. Il découle directement des besoins qui furent les miens et contient donc un cheminement sans équivalence. Après tu peux aussi te diriger vers le programme de franz bardon (chemin de la véritable initiation magique), très complet dans son genre mais orienté évocation, donc restreint côté développement des aptitudes de fond requises pour la traque.
      Pour la divination, oui tout le monde peut apprendre, le mieux est de te diriger vers des ouvrages correspondant à la divination qui te plait : radiesthésie, voyance, taromancie etc. A toi de voir, il existe beaucoup de livres à ce sujet et parmi eux, beaucoup de livres pas mauvais :-)
      Bon courage

  13. valerie Lundi 22 septembre 2014 à 0 h 07 min - Reply

    bonjour Arnaud,
    après avoir lu tes articles je m’était dit justement commencer avec ton livre la Voie des Mages. je te remercie de ta réponse. Pour la divination je choisirai la voyance et la radiesthésie , je ferai des recherches dans ce sens.

  14. Jeanne Vendredi 18 septembre 2015 à 18 h 56 min - Reply

    Bonsoir, personnellement, je n’essaierak pzs de « traquer » ce qui est venu me vour dans plusieurs de mes rêves et attaques nocturnes, je vous assure que c’était terrifiant, savoir j’aimerai beaucoup vraiment mais ce que j’ai eu et vu n’était pas très engageant….et le mot « traque » n’est il pas trop fort?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mercredi 11 novembre 2015 à 21 h 03 min - Reply

      Il est courant que nous soyons bloqués par nos peurs et nos craintes. C’est en général la première chose à apprendre à maîtriser avant de travailler avec des entités :-) Je vous invite à la lecture de mon livre « La Voie du Mage », vous y trouverez tout un chapitre consacré à l’importance de la maîtrise de ses peurs et des exercices pour y parvenir.
      Pour ce qui est du terme « traque », il s’agit simplement d’un mot évoquant la notion de pistage et de poursuite. Il peut paraître un peu fort mais en terme de vocable il est le mot qui a le sens le plus proche, et c’est la traduction du mot anglais « stalking magick » (puisque la discipline est née en terre anglophone)

  15. Euzkoryd Vendredi 22 juillet 2016 à 9 h 49 min - Reply

    Bonjour,
    j’ai eu plusieurs fois des attaques nocturnes dont une assez traumatisante ( un personnage ressemblant à un vieillard assis sur le bord de mon lit et me dévisageant durant de longues minutes de son regard perçant), j’étais incapable de bouger; cependant je n’ai pas paniqué et lui ai « fait face » en récitant des prières. Je ne suis pas restée bloquée par la peur, pourtant cela était assez terrifiant.

  16. Linotte Hope Samedi 23 juillet 2016 à 17 h 46 min - Reply

    Je l’avais raté cet article là. J’en ai apprécié grandement la lecture.
    J’avoue que j’avais une idée de cette pratique quelque peu… Ok je voyais ça comme un truc infâme. Chez moi le harcèlement ça mérite la taule lol.
    Mais j’apprécie vraiment ton article et sa clarté parce qu’il m’a permis de voir ça autrement, plus de l’ordre de la protection de soi. Au final à mes yeux ça en revient à la même chose que ce que je fais avec les humains, voir ce qu’ils sont pour m’en protéger. Et tout simplement voir qui s’approche de moi. Savoir ce qui nous entoure, et juste ça. Je fais personnellement un travail d’identification, mais pas de traque. On ne travaille pas de la même façon mais je retrouve des trucs parfois dans ce que tu dis.
    Merci en tout cas, je me sens plus à l’aise face à cette pratique :)

  17. Lumpinee Dimanche 24 juillet 2016 à 10 h 24 min - Reply

    Bonjour Arnaud,

    Merci pour ce sujet super intéressant.

    Je voudrais reprendre le sujet sur les entités, le mot « ange » ne te plait guère. Je suppose que le mot « démon » doit te déplaire tout autant.

    Je ne sais pas si tu nies leurs existences (tout est une histoire de degré), mais j’ai eu des expériences avec des entités, et elles ont souvent été extremement désagréables, ignobles memes. Comment ne pas les appeler « démons »?

    Pour toi, les entités « positives » n’existent donc pas?

    En tous cas, continue ce que tu fais :)

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Dimanche 24 juillet 2016 à 11 h 05 min - Reply

      Bonjour,
      En fait il existe des entités foncièrement néfastes, tout comme il en existe des foncièrement bonnes, mais il faut se garder de croire qu’elles correspondent aux traditionnels « anges » et « démons » ou que foncièrement bon veut pour autant dire tout blanc (toute entité nécessitant de survivre). La plupart des « démons » sont d’anciennes divinités païennes reconverties en démon par les diverses religions qui ont voulu s’implanter. Elles ne sont donc pas foncièrement mauvaises. A l’inverse, les « anges » sont à l’origine pour beaucoup des entités guerrières et souvent belliqueuses, surtout contre l’homme. On est loin de l’amour et de la bienveillance que l’on nous vend aujourd’hui.
      Ce n’est donc pas tant les termes qui me déplaisent, mais plutôt l’usage fallacieux qu’on en fait.
      Il faut toujours être prudent vis à vis des croyances culturelles et des impressions liées aux entités, le fond étant parfois différent de l’image qu’elles nous renvoient. Je te renvoie à ce sujet à l’article que j’ai écris sur l’évolution des entités :-) (dans l’onglet traque, deuxième article)

  18. Lumpinee Lundi 25 juillet 2016 à 10 h 47 min - Reply

    Merci de tes réponses.

    Pour ce qui est des anges belliqueux, peut etre, mais n’oublions pas qu’il existe tout un tas d’entités qui nous veulent vraiment du bien, ne serait ce que nos proches qui sont partis et qui nous aimaient (j’ai la chance de ne pas en avoir).

    Sinon, une autre question plus importante me taraude. Tu dis que la traque n’est pas une sortie de corps. Alors comment allez dans un autre monde (pour la suivre) sans sortir de son corps?

    Je te demande ça, car pour ma part, je ne sors pas de mon corps, mais pourtant je perçois tout un tas de choses qui me semblent ne sont pas de ce monde, j’ai meme souvent l’impression de voyager, mes visions ont l’air très très réelles, et j’ai meme des sensations liées à l’environnement de ces mondes, alors que je sais très bien que je suis dans ma maison.

Leave A Response »