La Magie : Don ou pas don?

Arnaud THULY mai 13, 2013 19
La Magie : Don ou pas don?

Il ne se passe le plus souvent pas une semaine sans que j’ai le « plaisir » de découvrir au tournant de ma boîte mail, caché et attendant son heure, un message appelant désespérément « à l’aide », avec cette question qui est désormais pratiquement devenue un refrain:

« Est-ce qu’il faut un don pour pratiquer la magie? » (valable aussi pour la voyance, le magnétisme etc.)

Bien entendu, cette phrase n’est que rarement envoyée toute seule (encore que, c’est arrivé ^_^). Elle s’accompagne le plus souvent d’un « car une voyante/un magnétiseur/un ami/un spécialiste/un magicien (rayez les mentions inutiles) m’a dit que j’avais des dons très importants » ce qui sous entend donc « je suis trop fort », ou à l’inverse, d’un « car on m’a dit qu’il fallait obligatoirement un don pour pratiquer« , qui sous-entend en ce cas que la personne qui leur a indiqué cette information se targue elle-même de posséder ce fameux don si exceptionnel (le chanceux!).

Bon… étant donné que ma réponse est à peu près toujours la même dans une telle situation, et comme je me suis dit que cela pourrait en intéresser quelques-uns parmi vous qui se posent peut-être la question sans avoir le courage de l’exprimer, j’ai décidé d’en parler ouvertement ici.

Avant de vouloir répondre à la grande question à 10000 points, il est tout d’abord nécessaire de reprendre les choses à la base. Commençons par le commencement.
Un don est une aptitude innée, un talent spécifique à un individu, il peut s’agir d’une sorte de transmission héréditaire potentiellement génétique, ou, comme certains le suggèrent, fruit d’une forme de rémanence des capacités développées au cours d’une vie antérieure. Il existe toute sorte de dons et nous sommes loin de nous limiter au strict cadre de la magie (ou plus largement de toutes les disciplines ésotériques). On entend ainsi régulièrement que telle personne a un don pour la musique, telle autre un don pour l’écriture (j’en rêve), telle autre un don pour la danse ou pour un sport quel qu’il soit etc.

On a nécessairement en tête des gens comme Mozart, capable de jouer du piano à 4 ans comme un professionnel, à Léonard de Vinci et à ses créations toutes plus surprenantes les unes que les autres, à Jules Vernes et ses troublants écrits prédictifs, à Einstein et son QI à faire pâlir 95% de la planète, Hemingway et sa plume célèbre et plus proche de nous, à des sportifs comme Messi, footballeur quadruple ballon d’or ou Usain Bolt recordman de vitesse en course. La mythologie elle-même est truffée de personnages aux dons extraordinaires et souvent « divins »: Héraclès et sa force divine, Arthur et sa capacité à retirer l’épée sacrée (don divin), Ulysse seul capable de bander son arc, les Dactyles et leur capacité quasi divine à forger le fer, Cúchulainn et ses pouvoirs etc.

Mais s’il est vrai que ces personnages ont marqué l’histoire (ou les histoires) par leurs aptitudes extraordinaires, cela implique-t-il pour autant qu’eux seuls soient aptes à les réaliser?
Nul besoin d’être Mozart pour jouer du piano, même très bien. Nul besoin d’être Jules Vernes ou Hemingway pour écrire des romans, même très bons, nul besoin de s’appeler Messi pour jouer au football, même très bien. Bien sûr, pour la majorité d’entre nous, il est inconcevable d’espérer avoir la prétention de nous approcher du niveau de ces personnages, mais pour autant nous pratiquons tous ces diverses disciplines, et les seules raisons qui nous poussent à ne pas en pratiquer certaines sont liées soit au fait que leur pratique ne nous intéresse pas, soit que nous n’y avons jamais été confrontés et n’avons donc pas l’opportunité de la pratiquer.
Par exemple, j’ai la chance de jouer du piano, ma mère m’ayant « forcé » à suivre des cours pendant plusieurs années lorsque j’étais plus jeune. Bien que mon niveau soit incomparable avec celui de grands virtuoses, il est des dizaines de fois meilleur que celui de quelqu’un qui n’aura jamais touché à un piano. Cela parait normal, mais dans l’absolu, cela ne m’empêche pas de jouer des morceaux, y compris des très beaux et très compliqués! A la différence d’une personne douée d’un don au piano, il me faudra des mois peut-être pour maîtriser correctement un morceau qu’il lui faudrait quelques jours pour maîtriser. Mais au final, tout est question de motivation et d’entraînement. Parmi les nombreux pianistes virtuoses que compte notre siècle, nombre d’entre eux n’ont pas nécessairement de « don » inné dans ce domaine, mais simplement une incroyable propension à travailler pour s’améliorer.

Il est d’ailleurs bon de rappeler que bien souvent, c’est à postériori qu’on attribue un « don » à quelqu’un, considérant à tort un talent comme inné alors qu’il a en réalité été acquis au terme d’efforts considérables, de sueur et de larmes versées. Il suffit de regarder les pianistes chinois d’aujourd’hui pour se faire une petite idée de cet aspect méconnu du « don ».

Tout ça pour dire quoi? Un don n’a RIEN d’indispensable pour pratiquer quelque domaine que ce soit. Magie, voyance, radiesthésie, piano, football, écriture… nous ne sommes certes pas tous égaux, mais nous avons tous la possibilité de pratiquer ce que nous souhaitons, à notre petit niveau, et de le faire évoluer par la force du travail que nous réalisons. Il ne tient qu’à chacun d’entre nous d’ouvrir des portes plus ou moins closes d’un individu à l’autre, mais tout le monde est apte à le faire.

Un don, c’est une longueur d’avance, une sorte de cadeau. Comme dans la course. C’est un bonus de quelques mètres dans une course qui ne se termine jamais véritablement. Celui qui possède un don exceptionnel partira potentiellement avec des centaines de mètres d’avance, mais si il se laisse dévorer par sa faculté innée et s’en contente en s’épargnant de la travailler, alors le lièvre sera rapidement battu par la tortue qui n’avait aucun « don » de base. Dans une course interminable, ce n’est que quand on se compare à son voisin qu’on a l’impression d’être « en retard ». Mais en vérité, ce qui compte ce n’est pas ce que fait le voisin, mais bien ce que nous faisons NOUS.

Ne vous focalisez pas sur les « dons ». Si vous en avez, tant mieux, cela vous aidera mais ne résoudra rien à votre place, cela vous facilitera la vie mais ne vous épargnera pas de travailler. Et si vous n’en avez pas, sachez que c’est par votre travail et votre persévérance que vous acquerrez les compétences qui vous permettront de pratiquer correctement.

Aucun don n’est obligatoire dans la vie pour faire ce que l’on aime. La magie (pas plus que la voyance et autres disciplines éso) n’échappe pas à cette règle.

La seule chose qui compte véritablement, c’est votre volonté. Le reste ne sert qu’à gonfler les chevilles de ceux qui s’en vantent.

19 commentaires »

  1. Zoziau Dimanche 26 mai 2013 à 15 h 06 min - Reply

    Amen !

    C’est valable aussi pour l’intellect : si on répétait cela aux enfants doués, au lieu de les admirer béatement et leur laisser croire que leur réussite scolaire est un don (de Dieu / des dieux / des fées), ils apprendraient le prix de l’effort, et ne seraient pas complètement démunis le jour où ils se retrouvent face à leur première vraie difficulté…

    Si on m’avait dit cela…

  2. Marine Dimanche 16 juin 2013 à 17 h 53 min - Reply

    C’est simplement, et purement une question de volonté et de rigueur. L’ennui étant que la phrase se fait simplette à force d’être répétée à des gens qui veulent progresser. Quand j’explique un chapitre de Papus à une copine qui essaie d’apprendre beaucoup en magie, elle se bloque sur son incapacité, ou plutôt la croyance de son incapacité, et du coup ne m’écoute plus.
    Vous savez quoi? Cet article me fait beaucoup penser à votre livre La Voie du Mage, qui m’a redonné confiance et volonté dans la progression de quasi tous les domaines. Et pour cela, sincèrement je vous en remercie, je viens de découvrir votre blog et j’ai bien l’intention de le lire !!! *ambition et curiosité mode ON* ^^

    • Lochouarn Alexandra Vendredi 20 septembre 2013 à 17 h 13 min - Reply

      Pour l’instant, je n’ose pas essayer la magie, mais le fait d’être assidue dans la pratique, je le vis, puisque je suis flûtiste amateur, et parfois, on me donne des morceaux accompagnés au piano…
      J’ai un jour presque crié après ma tante, parce qu’elle m’a raconté qu’étudiante, elle et ses copains jouaient parfois à « faire parler les tables » ! Heureusement, il ne s’est jamais rien passé…
      Bonne continuation.

  3. Rhi-Peann Mercredi 2 octobre 2013 à 17 h 51 min - Reply

    Voilà des années que j’attribue cette citation à Victor Hugo, mais en fait, c’est Thomas Edison qui l’a dite :

    « Le génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration »

  4. Strégo Jeudi 3 octobre 2013 à 6 h 43 min - Reply

    J’ai également eut l’occasion d’avoir à répondre a ce genre de question, certes il est vrai que c’est une question de pratique et non de capacités (même si quand on en a ça aide seulement a « piger les bases un peu plus vite c’est tout). Je répond souvent que petite je priais « petit Jesus » pour avoir des bonnes notes… mais voyant que je n’en avais pas plus.. je me suis fâchée, c’est là que mes parents m’ont expliquer, qu’il « m’aiderait » seulement si moi aussi j’y mettais du mien… bon ok, j’ai finis par appliquer la leçon que très/trop tard.. mais une fois décidé ça à payé ! En gros, même si j’avais un soit disant « don » pour dessiner, cela ne me donnait pas de meilleurs notes que les autres tant que je n’avais pas suivi les consignes et pratiqué!
    Malgré cela.. je sais qu’on aura encore et toujours ce genre de questions… notre génération et celle d’après ont été bercé de film/animé/jeux vidéo/livre ou les gens se découvre des « pouvoirs immenses » et on constate encore et toujours cette affreuse « recherche du nouveau messie », ouvrant la porte à toutes sortes de dérives… Croisons simplement les doigts pour que les piqûres de rappelles, faites par des gens censés puissent toucher et ouvrir l’esprit .. ou la modestie d’un maximum.
    Vous devriez mettre les premières pages de votre dernier livre dans lequel vous explique que vous n’aviez pas de « don » particulier ou de capacité magique/médiumnique etc, mais simplement un intérêt et une curiosité suffisante pour vous pencher sur l’eso, c’est déjà une très bonne explication.

  5. Kaktee Mardi 29 octobre 2013 à 21 h 44 min - Reply

    Dans « le mauvais sujet repenti », Brassens a dit : « sans technique, un don n’est rien qu’une sale manie » et il avait parfaitement raison.
    Nous naissons avec des « propensions » ou des goûts à effectuer telle ou telle chose et ensuite, il y a le TRAVAIL, qu’il soit dans le physique ou l’esprit et souvent les deux.Les capacités peuvent et doivent être développées dans tous les domaines et la magie n’y échappe pas.
    Un seul auteur a ma connaissance, Piobb, a mentionné dans un de ses livres les configurations astrales signant les aptitudes à la magie. Encore faudrait-il définir ce que chacun cache sous cette appellation…

  6. yvette schockert Mardi 10 décembre 2013 à 14 h 21 min - Reply

    oui ces vrais aucun don n,est innée mais quand ont est elevée ds ce sens cest 1 + car quelqun qui doit tt apprendre ces des x fastudieux et encore ,, meme ds ce dernier cas ,, sur 5 enfants ds 1 fraterie il y a ,etre que 2 qui vont aprendre et continuer et sur ses 2 p,etre 1 va le faire serieusement l,autre va p,etre etre avide d,argent ouse croire superieur allez savoir pour moi un don sa se donne sa se vend pas !!! meme si ont me reproche de casser le commerce lol j,ai ma conscience tranquille !! pouvons ns aborder une prochaine x la reincarnation svp merci yvette

  7. leila Mardi 10 décembre 2013 à 20 h 05 min - Reply

    en lisant cet article, que de connerie j’ai pu lire, surtout vers la fin
    déjà la notion de course, course à quoi
    au pouvoir
    pouvoir de quoi
    un don impose une responsabilité le plus souvent et il arrive que celà soit un fardeau quand il est donné à quelqu’un qui n’est pas dans le milieu adéquate
    en outre la magie c’est de la manipulation et quelqu’un qui a un minimum de conscience et d’éveil ne s’y prête pas
    au lieu de savoir si il est question de don ou de travail, l’important est de connaitre l’intention, sa sincérité, sa finalité

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mardi 10 décembre 2013 à 22 h 58 min - Reply

      Et si vous preniez la peine de lire et de comprendre l’article avant de poster une réponse « réac »? Parce qu’entre les « déja la notion de course, course à quoi » prouvant que vous avez lu en diagonale l’article et les « la magie c’est de la manipulation » prouvant que vous parlez d’un sujet auquel vous ne connaissez rien, cela donne clairement l’impression que vous faites typiquement partie des gens qui se targuent d’un don pour pouvoir se mettre en avant…

  8. Rhapsodia Jeudi 12 décembre 2013 à 11 h 33 min - Reply

    Article très bien construit et véridique à mon sens. Etonnant que cela provoque des réactions épidermiques de la sorte, si le domaine de la magie n’intéresse pas à la base…

  9. Meunier Eric Dimanche 15 décembre 2013 à 17 h 02 min - Reply

    C’est un très bel article qui redonne à chacun son pouvoir et sa responsabilité. Il faut travailler. L’absence de don n’est plus l’excuse à la paresse. Et il est vrai que les génies étaient en fait souvent de grands bosseurs.
    Merci.

  10. Meunier Eric Dimanche 15 décembre 2013 à 17 h 07 min - Reply

    Est-ce que le don ne serait pas en fait la faculté de travailler par passion sans fin sur un sujet? De ne pas compter ses heures et sa peine par amour de ce que l’on apprend?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Dimanche 15 décembre 2013 à 17 h 07 min - Reply

      C’est très probablement là le plus beau don qui soit effectivement :)

  11. Marie Dimanche 13 avril 2014 à 12 h 48 min - Reply

    Je suis tout à fait d’accord avec Eric !
    Je suis également heureuse de lire dans l’article qu’il y a un potentiel génétique car cela confirme ce que mon grand père (89 ans) m’a raconté l’été dernier lorsque je lui ai rendu visite pour trouver quelques réponses à ce sujet.
    La vie, la passion m’a conduite choisir un métier proche de ce que les dons de mon grand-père pouvaient réaliser (enfin je pense car je ne sais pas jusqu’où exactement portent ses dons). Mais je n’ai pris connaissance de ces dons que bien après avoir été diplômée et en avoir bien bavé pendant 6 ans de formation puis 5 ans de travail à mon compte. depuis cet été je sais que j’ai 2 dons et je sais à peine me servir de l’un d’eux. Donc ma conclusion revient à dire que d’avoir un don c’est bien beau mais encore faut il savoir quoi en faire et comment s’en servir. Rien ne vaut des bases solides apportées par l’apprentissage et auxquelles on doit se confronter pour trouver le bon chemin.
    Il est facile de fantasmer mais le « concret » c’est quand même mieux !
    parenthèse : j’en profite pour poser une question au cas où car mon grand père est hélas décédé il y a 1 mois (90 ans c’est honnorable ;)) et ne peut donc plus me répondre de vive voix.
    Quelqu’un pourrait-il m’expliquer pourquoi il m’ a formellement dit de ne pas pratiquer le don de déshabiller/rhabiller les nerfs et le don de penser sur les animaux ? pourquoi travailler avec les animaux pourraient éventuellement être un risque pour eux ou pour moi ?
    (voyez que le don soulève de très nombreuses questions et ne donne aucunes certitudes. on a toujours besoin d’apprendre. en tous cas moi ca m’a plus paumée qu’autre chose)

  12. christophe zanardi Dimanche 8 juin 2014 à 12 h 22 min - Reply

    je viens de lire votre livre purification principes et méthode,il est vraiment très précis,il m’a apporté de nombreuses informations et est devenu un livre de chevet depuis bravo continuer comme cela

  13. Angellyca Mercredi 27 août 2014 à 10 h 44 min - Reply

    Je n’aime pas le terme « don » en fait. Je préfère, pour la magie et le reste (voyance etc), parler de « capacités ». Les capacités n’étant, selon moi, pas forcément des dons.
    Je crois que nous avons tous des capacités et ensuite, seul le travail, la volonté permet de les faire grandir.

  14. Oriane Mardi 16 septembre 2014 à 12 h 12 min - Reply

    tout a fait d’accord, puis il faut arreter a tout de vouloir un don, un pouvoir ou quoi que ce soit, c’est un avantage dans plein de domaines mais c’est aussi une responsabilité (oui oui comme il dit l’oncle de spiderman lol) puis surtout y a pas que des avantages c’est comme tout en ce monde y a le coté ombre et le coté lumiere. le don de medium par exemple ça implique de capter tout le temps plein de trucs et pas que les choses qu’on veut bien percevoir, egalent plein de trucs qui peuvent saouler, ça peut autant nous rapprocher des autres que nous en isoler. on ne pense jamais a ce qu’implique le don en question, ça peut aussi susciter de la jalousie comme c’est mon cas avec l’une de mes soeurs…

  15. iris Mardi 17 mars 2015 à 0 h 34 min - Reply

    Un don ne sert à rien s’il n’est pas connu, travaillé, appréhendé…Un don laissé à l’abandon ne sert à rien. Il peut même encombrer sérieusement la vie d’un individu. Il ne suffit pas d’être doué pour parvenir à des résultats probants !!! Nous en sommes tous là !

  16. franck89 Lundi 8 février 2016 à 11 h 07 min - Reply

    Merci pour cette article sa fait des années que je chercher une réponses. Maintenant je peu évoluer personnellement.

    Merci Arnaud pour cette article

Leave A Response »

Cliquez ici pour annuler la réponse.