Bibliothèque : Devenez Sorciers, Devenez Savants

Arnaud THULY mai 6, 2013 8
Bibliothèque : Devenez Sorciers, Devenez Savants
  • Lecture
  • Contenu
  • Prix
  • Disponibilité

Si il y a bien une chose qui m’exaspère dans notre milieu, ce sont tous ces charlots qui, pour donner un peu de crédit à leurs délires, s’appuient sur les découvertes scientifiques (venant le plus souvent de la physique quantique car mal connue du public) en n’hésitant pas à les dénaturer et les sortir de leur contexte, n’ayant ainsi aucun souci pour affirmer de manière la plus péremptoire possible que « la science prouve leurs propos ». Je ne vais pas faire une liste de tous ces gens, il suffit d’ouvrir quelques ouvrages ou d’écouter quelques discours: chaque fois qu’on vous dira: « la physique quantique prouve ci » ou « la physique des particules prouve ca » pour ensuite vous parler énergétique ou ésotérisme, vous pouvez être le plus souvent certain que vous êtes face à ce genre de personne.
Le plus souvent, ces mêmes personnages grandiloquents au possible et au charisme évident n’ont absolument aucune connaissance réelle en physique quantique, pas plus qu’en physique tout court d’ailleurs, mais ils savent pertinemment que la plupart de leurs auditeurs ont probablement encore moins de connaissances sur le sujet que ce qu’eux même ont pu acquérir en lisant « la physique quantique pour les nuls ». Et dans de tels cas, ce qui importe n’est pas de dire vrai, mais de faire paraître vrai. Car après tout, il est peu probable qu’il y ait dans l’auditoire un physicien quantique, et toute personne qui irait soulever le lièvre sans avoir un tel titre serait renvoyé dans ses pénates à coup de « c’est une question d’interprétation ». Et aussi incroyable que cela puisse paraître: cela marche très bien.

Mais si il est une chose qui m’énerve tout autant, c’est quand des scientifiques de renom agissent exactement de la même manière, en abrutissant le lecteur par leur statut de « ponte » tout en tenant un discours plus obscurantiste encore que celui de l’église au moyen-âge.
Et le livre dont nous allons parler est typiquement de ceux-là. L’ouvrage en question s’intitule aujourd’hui Devenez Sorciers, Devenez Savants de Georges Charpak et Henri Broch, publié en 2002 chez Odile Jacob.

J’ai acquis cet ouvrage il y a quelques temps déjà, suite aux critiques littéraires dont j’avais eu l’écho, très bonnes auprès d’un certain public, très mauvais auprès d’un autre. J’avais donc envie de me faire ma propre opinion sur le sujet…
Il faut bien avouer que ce livre avait fait grand bruit à sa sortie. Écrit par deux pontes scientifiques, l’un (Georges Charpak) étant prix nobel de physique de l’année 1992 et physicien au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire), l’autre étant professeur de physique mais aussi et surtout le directeur du laboratoire de zététique à Sophia Antipolis.
Bon, soyons sincère, du second on ne s’attend pas à grand chose vu que la zététique a pour seul et unique objectif non de comprendre mais de démonter toute croyance pour en prouver l’absurdité, quitte à être aussi obscurantistes que ceux qu’ils prétendent dénoncer. Henri Broch de son côté préfère désigner ca comme « l’art du doute », mais pour tous les zététiciens que j’ai pu rencontrer, je suis surtout tombé face à des gens dignes des scientistes du 19ème plus qu’à des adeptes du doute cartésien.

Voilà qui annonce la couleur….

4ème de couverture

« Nous ne prétendons nullement dans ce livre renverser le cours des choses. Nous espérons seulement, en proposant quelques expérience de sorcellerie banales, montrer comment un certain nombre de sorciers modernes abusent le pauvre monde!
En apprenant à berner les autres, vous serez mieux préparés à déceler les boniments des marchands d’illusions qui cherchent à vous persuader de leurs connaissances hors du commun, que ce soit dans les domaines touchant à la santé, à la vie sentimentale ou à la politique.

Nous ne voulons en aucun cas imposer une pensée unique, nous militons au contraire pour le doute, le scepticisme, la curiosité et la science.

Restez Savants, devenez sorciers! »

Sommaire

CHAP I: Sorciers et Savants

 - Nos ancêtres les sorciers, les grands prêtres et les astrologues
- L’âme humaine est capable de repentance
- La Science boulverse le monde et peut menacer la vie
- Nos merveilleux ancêtres les hommes des cavernes
- Les Terriens, radioactifs de naissance
- Naviguons sur l’océan de l’ignorance

CHAP II : Les premiers stades de l’initiation

 - Vous êtes un initié
- La vérité sort du puits
- La précession des équinoxes
- Devenez télépathe
- Fakir sans peine et sans douleur
- La marche sur le feu
- Un « torsionnaire » en démonstration

CHAP III : Les coïncidences exagérées

 - Les prodiges de Dame Nature
- Psychokinèse? A vous de jouer!
- L’illusion du petit effectif
- Paradoxal? Vous avez dit Paradoxal?
- Séisme en astroland
- Prémonitoire
- Halo solaire, comète…signes du ciel
- La gradation du risque
- La recherche du sens
- Externe et/ou interne?

CHAP IV: Enquêtes à la Sherlock Holmes

 - Décidément mon cher Watson, vous êtes vraiment
- Pendule explorateur et baguette divinatoire : nihil novi sub sole?
- Le mystère du sarcophage d’arles sur tech
- La radioactivité ou le diable dans le bénitier
- Une drôle de thèse

CHAP V : Droit au rêve et à la lucidité

 - Une réaction épidermique
- De l’artisanat à la multinationale
- Rationalité et construction des croyances
- La montée de l’occulte
- Une situation paradoxale
- Raison et sensation
- Au péril de la démocratie

CONCLUSION : à l’aube d’un nouveau millénaire
- Un monde fécondé par la science et vérolé par les superstitions
- Tout ne se vaut pas
- Scientifiques et journalistes même combat!
- Il n’est jamais trop tard
- De puissantes armées peuvent se laisser berner
- Des choix cruciaux pour la planète sont en jeu

ANNEXES

Mon Avis

Alors, que dire…?

Tout d’abord que j’aime la science, la vraie science, pas celle des ésotéristes fumeux qui la dénaturent pour prouver leurs élucubrations. Mais la vraie science, oui. Je l’aime non pas parce que j’y trouve un parallèle dans mes pratiques, ou même dans l’espoir de m’en servir pour donner du crédit à mes travaux. Rien de tout ça. Mais parce que la science est liée à la volonté de comprendre son monde, celui qui nous entoure, qu’il soit visible ou invisible (au sens physique du terme). Cette démarche, n’en déplaise à nos deux auteurs, est celle qui a animée à la base nos ancêtres qui ont cherché des réponses dans la religion, la méditation ou l’étude ésotérique.
Loin de mourir au moyen-âge, période obscurantiste si il en est, cette démarche a su perdurer, non pas grâce à des « purs scientifiques », mais grâce à ceux qui, des siècles plus tard, se verront attribués ce titre post-mortem, là où eux-mêmes étaient pourtant avant tout alchimistes, spagyristes, prêtres parfois, mathématiciens, astrologues etc., mais dont on a préféré rayer ces mentions « inutiles » pour ne pas « décrédibiliser » leurs découvertes. Après tout, c’est tellement mieux de voir Newton & ses confrères comme des physiciens que comme des alchimistes! L’Alchimie? brr quel terme vulgaire!
Et finalement, en ce siècle qui est le notre, l’obscurantisme qu’on penserait disparu n’a fait que s’étendre. Il a juste changé de main. Là où la religion dominait d’une poigne de fer empêchant toute remise en question officielle au risque de finir sur les bûchers, la science a aujourd’hui su parfaitement reproduire le même schéma, et si on ne brûle plus les opposants, c’est uniquement parce que cela ferait mauvais genre. A croire que l’homme n’apprend jamais rien. Dès lors où il domine il semble se sentir obligé de maltraiter les autres pour essayer de se mettre en avant.
Pourtant, la science a-t-elle vraiment besoin de cela? Je ne crois sincèrement pas. Au contraire même devrais-je dire. Rabelais disait à juste titre « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». A vouloir à tout prix obtenir la suprématie au détriment d’une part de conscience et de spiritualité, la science est devenue ce qui, loin de sauver réellement la planète, l’exterminera. Ramener un peu de spirituel ne ferait probablement pas de mal…

Que dire donc de cet ouvrage? Que le mot obscurantiste est celui qui lui conviendrait clairement le mieux. Sous le prétexte de vouloir faire tomber les charlatans de tout poil (ce qui dans le principe parait assez noble), cet ouvrage nous sert finalement un illustre condensé de l’ignorance crasse et de la mauvaise foi absolue qui peuvent aussi régir le monde scientifique dès lors où on sort de son carcan de connaissances. L’un des exemples les plus flagrants à mon sens et qui se voit dès les premières pages est que pour les auteurs, l’astrologie se résume à l’horoscope d’Elisabeth Thessier que l’on trouve dans n’importe quel magazine de presse féminine ou télévisuelle. « Les phrases sont adaptables à n’importe qui, donc tout le monde peut se reconnaitre dedans donc c’est bien la preuve que c’est n’importe quoi« . Ce n’est certes pas dit tout à fait en ces mots, mais le fond est précisément celui-là.
Certes, le phénomène des horoscopes généralistes est bien connu et on sait qu’il n’a aucune valeur, mais pourquoi se limiter à cela si ce n’est par pure mauvaise foi?

Tout du long de l’ouvrage, c’est ce même genre de clichés dignes des plus mauvaises émissions de télé qui nous est ressorti en permanence. Tout est expliqué par de la prestidigitation ou par de la superstition dont on prouve qu’elle est fausse en revenant à la prestidigitation. A chaque thème son lot de réponses toutes faites: si 2 praticiens ne sont pas d’accord sur la méthode à employer, c’est la preuve que tout est faux (on ne parlera donc pas des milliers de théories scientifiques contradictoires les unes avec les autres…). Si un tour de passe-passe existe, alors c’est que le phénomène lui-même n’existe pa (O_o) . On nous servira ainsi tout au long du livre des astuces d’illusionnistes du siècle dernier (du genre du bras traversé par un couteau, de l’homme décapité, des tours de télépathie à réaliser avec un complice au téléphone etc..), bref, un mauvais livre de prestidigitateur…

Pas une recherche contradictoire sérieuse. Rien. Les seules enquêtes « en profondeur » visent à parler de démystifications de phénomènes qui n’ont rien de sorcier, mais qui ont fait couleur de l’encre chez les journaleux en manque de sensationnel.

J’ai beaucoup apprécié le passage (loin d’être petit) qui cherche à nous faire comprendre à quel point le nucléaire c’est trop cool, pas dangereux du tout pour la santé, que c’est l’énergie de demain et que les blaireau écologistes/ésotéristes sont vraiment idiots de se faire du souci. Bien que je ne sois pas un anti-nucléaire, faut quand même pas se foutre de la gu**** du monde. Je pense que nos amis japonais seront ravis de lire l’avis de ce représentant éminent du lobby nucléaire en France.

En clair, cet ouvrage s’adresse précisément à un public déjà d’accord avec les auteurs, qui ne réfléchira pas un instant au fond de ce qui est dit mais qui se contentera d’acquiescer en riant à leurs exemples tous plus risibles les uns que les autres, ce qui est assez paradoxal pour un livre qui prétendait avoir la volonté d’inviter le lecteur à réfléchir… Un grand raté en somme.

Bref, un ouvrage inutile, terriblement frustrant par la pauvreté d’esprit de ses écrivains qui se cachent finalement derrière leur nom pour faire vendre du livre qui n’apporte aucune réflexion, aucun élément véritablement capable de permettre de s’interroger sincèrement sur le bienfondé des propos tenus par les pour ou les anti-paranormal et tout ce qui s’y rattache. Ce genre de logique est véritablement navrante. J’ai acheté ce livre avec l’espoir d’un véritable travail pour démystifier ou expliquer certains phénomènes, et on se retrouve avec un livre vide de contenu, se contentant d’affirmations péremptoires rabâchées en boucle pour combler des pages.
Cela dit, j’y ai appris quelques tours de passe-passe bien sympathiques, que j’aurais néanmoins pris plus de plaisir à découvrir dans des livres spécialisés que dans un ouvrage censé être « scientifique » mais qui n’en a ni l’odeur ni la saveur.
Je ne peux donc pas le conseiller, à moins d’avoir envie de voir un peu l’envers du décors de la pensée scientiste (et non scientifique, car je me refuse à croire que tous soient aussi fermés d’esprits et enfermés dans un carcan de pensée aussi étriqué…) de notre temps… ou plutôt des siècles derniers…

A l’attention de tous ces obscurantistes modernes, si prompts à juger de la véracité (ou non) d’un phénomène au regard du simple détournement qui peut en être fait par quelques charlots, je citerai pour terminer cette phrase que j’aime tant, écrit par un VRAI scientifique dont le nom, lui, restera éternellement connu:

« Le doute est une preuve de modestie, et il a rarement nui au progrès des sciences. On n’en pourrait dire autant de l’incrédulité. Celui qui, en dehors des mathématiques pures, prononce le mot impossible, manque de prudence. La réserve est surtout un devoir quand il s’agit de ce que l’on ignore.« 
Antoine Lavoisier, en 1783 à propos du magnétisme animal (tant critiqué de nos jours…).

8 commentaires »

  1. Marie Mardi 7 mai 2013 à 8 h 08 min - Reply

    J’ai aussi lu ce livre, prêté et chaudement recommandé par un collègue.
    Tout dans ce livre n’est pas à jeter, loin de là. Car en effet ils existent, les faux horoscopes, les charlatans de tous poils qui sont prestidigitateurs et veulent faire croire que « c’est pour de vrai ». Si les gens cessaient de les écouter et de croire à des conneries, ça laisserait un peu de place à des chercheurs de bonne foi et éventuellement, peut-être, on découvrirait des choses dans les domaines considérés comme des pseudo-sciences? Comme tu le sais, personne ne pense plus transmuer le plomb en or, mais les alchimistes ont fait de vraies découvertes!

    Merci pour cette critique.

    Et, à part ça, révise tes connaissances historiques lol, plus aucun médiéviste ne décrirait le Moyen-âge comme une période obscurantiste (pour ne citer qu’une chose: amélioration des techniques agricoles)

  2. Gérard MANTION Samedi 11 mai 2013 à 15 h 31 min - Reply

    Cher Arnaud, je suis complétement d’ accord avec toi en ce qui concerne le livre de Charpak et de Broch. Je ne suis pas un scientifique, ce que je regrette beaucoup parfois car cela m’ empêche de dammer le pion à ces lamentables représentants d’un scientisme que l’on croyait mort. Je me limiterai donc à déplorer le sectarisme imbécile de nos deux auteurs. En fait je crois que celui-ci dissimule la peur inconsciente que l’ ésotérislme – je parle de l’ authentique ésotérisme – ne contiennent des vérités qu’ils se trouvent incapables d’ affronter , a fortiori d’ anéantir , en raison des limitations que leur impose un rationalisme furieusement étroit , aussi déplorable que peut l’ être l’ ésotérisme de pacotille qui deshonore la cause de l’ ésotérisme sérieux.

  3. eric leclerc Dimanche 12 mai 2013 à 17 h 14 min - Reply

    Je partage votre analyse sur ce livre. Je suis physicien de formation et j’ai essayé de le lire, mais un tel déballage scientiste m’a laissé pantois et surtout perplexe de la part d’un Nobel. Je ne comprends pas la motivation des auteurs, sinon une peur comme vous le dites. Donner le gout de la physique ne devrait pas passer par le dénigrement de choses qui sortent de son cadre. Mais plutôt par une analyse critique des conditions expérimentales qui sous-tendent l’approche de la physique et leur mise en regard des conditions qui s’appliquent à la matière ou à l’objet des connaissances ou approches ésotériques. Bon je m’arrête ici car à la vérité n’ayant pas réussi à me motiver pour le lire jusqu’au bout je pourrais m’emballer!

  4. Pétrella Antoinette Lundi 13 mai 2013 à 16 h 01 min - Reply

    Je suis d’accord avec toi, la suprématie de l’Eglise qui était bien heureuse d’avoir la main mise sur les biens et les pensées de leurs ouailles en les maintenant dans une ignorance complète de tout ce qui fait notre force aujourd’hui : l’écriture, la lecture, et surtout le droit de réfléchir par soi même et donner son opinion.
    Celle ci en ses temps là était mal venue. Bon nombres de personnes se sont retrouvés sur le bûcher ou écartelé, juste pour ne pas être d’accord avec les dogmes répandus.
    Quand à la roue, l irrigation,non seulement les romains, les grecs, les égyptiens, mais nos ancêtres les gaulois vivaient de la terre aussi, même les Mayas, de l’autre côté de l’atlantique savaient.
    Ils savaient tellement qu’ils se soignaient avec des plantes. Cela ne veut pas dire qu’il faut bazarder la médecine actuelle, sinon des choses comme une transplantation n’aurait pû se faire à l’époque. En cela la médecine est un réel progrès dans certains domaines.
    Je déplore simplement que l’on n’ait plus d’Ecole d’Herboristerie en France (encore un interdit) alors que d’autres pays d’Europe en ont. Et que les personnes pourvues de dons, vont travailler de pair avec les médecins pour certaines opérations.
    un hypnotiseur pour éviter l’anesthésiste ou un coupeur ou barreur de feu pour ce qui subissent une chimiothérapie.
    Je voudrais ajouter un petit commentaire sur le Rei-ki, art millénaire asiatique, il y a un engouement pour ces gens là, c’est du Maître Rei-ki par çi et par là.
    Mais nos guérisseurs, magnétiseurs, les vrais ceux qui vous endorment pas avec des salades, sont aussi valables que ces gens là, et on ne vas pas sortir un diplôme de magnétisme, car c’est un héritage, dont parfois on aimerait bien se passer comme les ressentis.
    Je suis coupeur de feu, je n’ai pas de gadgets, de phrases ampoulées. Je parle, j’explique avec des mots simples, comme beaucoup que je connais.
    Ce que les gens ne savent pas c’est qu’on en retire une grande fatigue même si on se protège avec des pierres, ou autre chose.
    Et pour revenir au livre ne l’ai pas lu. Les alchimistes sont des personnes curieuses qui ont à un moment crée et construisent leurs idées, ne sont pas toujours des scientifiques, ils sont des utopistes, mais il en faut bien pour faire avancer les choses Des gens qui sortent des sentiers battus et se battent pour leurs idées.
    L’exemple dont je me souviens, là de suite, Galilée, le grand Galilée qui dit que la terre est ronde à une époque où pour tous , elle est plate.. L’Eglise de l’époque lui a demandé de se renier, sinon, prison, torture peut être bûcher, allez savoir.
    Alors pour conclure, des scientifiques il en faut mais faudrait qu’ils soient un peu plus ouvert car une théorie chasse l’autre, et des gens qui rêvent aussi.
    L’homme a rêvé reproduire le mythe d’Icare, voler comme un oiseau, nous avons des avions etc etc
    C’est peut être un peu décousu, je vous prie de m’excuser

  5. Marine Adèle Mardi 23 juillet 2013 à 13 h 18 min - Reply

    Même sans lire ton avis, lire la table des matières et la 4ème de couverture… Mais c’est très grave de publier un tel ouvrage!

    Ici je ne parle que par impression, je n’ai pas lu le livre. Mais l’usage de l’ironie dans les titres de chapitres me déplaît, et fait preuve d’une mauvaise fois et d’un mépris envers le lecteur qui se fait « berner » comme l’auteur le dit sur la quatrième de couverture. Je garde le titre de ce livre histoire de prévenir, ou du moins en discuter avec d’autres.

    Merci en tout cas pour cet article.

  6. Marine Adèle Mardi 23 juillet 2013 à 13 h 19 min - Reply

    Pardon, je voulais dire, « en lisant seulement la quatrième de couverture et la table des matières »

  7. Marine Adèle Mardi 23 juillet 2013 à 13 h 47 min - Reply

    Une seule chose m’a dérangé, ou plutôt gêné dans ton article, c’est la comparaison du Moyen Age avec ce terme repris avec tant de plaisir par beaucoup, l’Obscurantisme.

    Cette époque richissime (je sais de quoi je parle, j’ai terminé ma double licence histoire de l’art / Anglais) ne mérite pas une telle comparaison. La puissance était dans un pouvoir différent d’aujourd’hui, une période difficile, cela est certain par rapport à notre temps. Mais nous ne jugeons que par rapport à notre époque, et quoi d’autre? (dans 1000 ans que dirons les gens de notre époque?) Les anciennes époques sont différentes tout simplement. La juger obscurantiste, horrible ou difficile, reviendrait à étudier chaque cas vivant qui a vécu dans ces siècles reculés. Etudions les différences, remettons-nous en question, avant de juger ce que l’on a si peu connu.

    Cependant réduire 1000 ans de civilisation au mot obscurantiste, je trouve cela un peu décevant de ta part. J’ai toujours compris et su que le pratiquant en magie se doit d’être objectif et curieux dans sa recherche.
    Et je sais qu’il n’est nul besoin d’être médiéviste grand diplômé pour savoir que le Moyen Age (même le terme est à revoir) n’est pas une période obscure, comme il n’est pas nécessaire d’avoir fait de grandes études pour remettre en question son point de vue, ou apprendre toujours plus en autodidacte. C’est même ton livre La Voie du Mage qui m’a fait prendre conscience de notre volonté de contribuer à l’évolution de notre intellect et de notre pratique magique (et tout le reste bien entendu.).

    Je dis cela sans me mettre en colère, et j’espère ne pas t’avoir offensé dans ce commentaire. Je te souhaite une excellente fin de journée.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Jeudi 25 juillet 2013 à 14 h 54 min - Reply

      Je n’y vois nulle offense, pas de souci :-)
      Réduire le moyen-âge à une période purement obscurantiste n’est nullement mon objectif, bien au contraire, mais cette période (et celles qui suivirent) reste marquée en occident par plusieurs périodes à laquelle on a assisté à une forte propension de l’église à se prévaloir sur la recherche (qu’elle soit scientifique ou historique par exemple) au détriment de celle-ci, obligeant ceux qui souhaitaient « chercher » à le faire dans l’ombre ou à taire certains de leurs résultats de peur des conséquences qu’ils pourraient avoir. Nombre de grands scientifiques furent bannis, d’autres emprisonnés ou condamnés, pour leurs idées. Par digression il est devenu de langage courant de considérer le moyen-âge comme « obscurantiste », même si cela est nécessairement biaisé en de nombreux points. L’époque moderne n’est guère meilleure que cela en bien des aspects au demeurant, je te l’accorde ^_^

Leave A Response »