Bibliothèque : La Magie des Egrégores – Vincent Lauvergne

Arnaud THULY avril 25, 2017 3
Bibliothèque : La Magie des Egrégores – Vincent Lauvergne
  • Lecture
  • Contenu
  • Prix
  • Disponibilité

Voilà bien longtemps que je n’ai pas eu l’occasion d’écrire un article pour le blog, et bien longtemps également que je n’ai pas écrit d’article de critique de livre pour la bibliothèque. Il faut dire que dans l’ensemble, j’ai beaucoup à faire entre la gestion de la maison d’édition, les recherches avec l’IFRP et l’écriture de mes propres livres, et donc peu de temps pour faire autre chose. Mais voilà, le thème de cet ouvrage m’obligeait à en parler.

Pour ceux qui ont déjà lu ce blog et qui suivent un peu mon parcours depuis les 15 dernières années (sur les forums puis les blogs), vous le savez, je suis un traqueur, c’est à dire que ma pratique magique tourne essentiellement autour des entités, des égrégores et de l’entéléchie. Cela m’amène deux à trois fois par an à participer dans des magazines anglophones et internationaux pour parler de ces sujets, mais si le sujet semble intéresser le public francophone, force est de constater que le sujet intéresse assez peu les magazines spécialisés, et qu’il en va de même côté bouquins. Cela fait ainsi des années (et je pèse mes mots) que vous êtes très nombreux à me demander de vous conseiller des ouvrages sur les égrégores, et force m’est de reconnaître que c’est, jusqu’à maintenant, quelque chose que je n’ai JAMAIS pu faire, simplement parce que tous les livres en français sur le sujet (et celui des formes-pensées) étaient tout simplement de purs navets, complètement à côté de la plaque (sauf peut-être quelques passages de Manoury). Aussi, je pense pouvoir aujourd’hui faire une critique « positive » d’un livre qui je pense peut être recommandé.

L’ouvrage dont nous allons parler aujourd’hui vient tout juste de sortir et s’intitule : La Magie des Egrégores, de Vincent Lauvergne, paru en avril 2017 aux éditions Trajectoire.

La Magie des Egrégores - Vincent Lauvergne

4ème de Couverture :

Toute réunion d’individus animés par un projet ou un objectif communs produit un ensemble d’énergies, une entité psychique appelée égrégore, qui témoigne du fait que nos pensées et nos croyances ont une incidence directe sur le monde. Dans cet ouvrage, Vincent Lauvergne livre les clés de compréhension d’un phénomène dont les interactions avec nos vies sont infinies.

Comme l’étude, en magie, est préalable à la partie opérative de toute entreprise, l’auteur entend avant toute chose nous familiariser avec les égrégores. Pour mieux appréhender leur fonctionnement, il convient de considérer les principaux plans de l’existence (physique, astral, mental, causal) au niveau desquels ils s’ancrent et évoluent. Divers moyens et motivations peuvent être mobilisés sous forme d’énergie pour alimenter les égrégores. Leur champ d’application est très étendu puisqu’il peut concerner la vie sociale (pour la réussite de tout type d’association), la vie personnelle (protection contre la maladie, amélioration de la vie professionnelle) comme tout autre domaine suggéré par l’imagination.

Dans la seconde partie de l’ouvrage, Vincent Lauvergne nous apprend à mettre en oeuvre un égrégore de façon pratique : construction des rituels (initiatique, de charge ou magique) et des éléments à leur service (bougie, encens, couleurs, sons, condensateurs fluidiques…). Sont ensuite abordés les différents supports dans lesquels doivent être incarnés les égrégores suivant leurs fonctions. Pour augmenter son efficacité et se prémunir, l’auteur propose à l’opérateur un entraînement psychique et physique et lui recommande le matériel requis. L’ouvrage se clôture sur des fiches pratiques pour la création et l’entretien d’égrégores usuels (le gardien, chaîne magique, ordre magique, familier et pierre de guérison).

Croyons en ce qui unit les gens pour engendrer le monde.
_
_

Sommaire :

CHAPITRE I – Qu’est-ce qu’un égrégore ?
Origine du mot égrégore
Fonction et influence de l’égrégore

CHAPITRE II – Comprendre un égrégore
Comment il se forme
La chaîne magique
Le blason familial – évolution du culte des ancêtres
Les familiers animaux : relation à l’esprit-groupe animal
Le génie familier et les statues dites « à miracle »

CHAPITRE III – Créer un égrégore
Dans la vie sociale (club, association, etc.)
Dans la vie personnelle (action magique, protection, maladie etc.)
Dans la vie professionnelle (thérapeutique, etc.)
Dans la vie initiatique (ordre magique, fraternité, etc.)

CHAPITRE IV – Bâtir son rituel
Le rituel : son rôle et son action
Les trois types de rituel
Les éléments de rituel (bougie, encens, couleurs, sons, condensateurs fluidiques, etc.)
La construction d’un rituel

CHAPITRE V – Les supports de l’égrégore
Egrégores avec support énergétique
Egrégores avec support physique

CHAPITRE VI – Entraînement magique de l’opérateur

CHAPITRE VII – La trousse à outils du magicien
Le journal magique
La dague ou l’épée
Le chapelet ou mâlâ
La cape
L’huile d’onction
Les élixirs spagyriques planétaires
La corne d’appel

CHAPITRE VIII – Exemples de créations d’égrégore
Fiche n°1 : Le gardien
Fiche n°2 : La châine magique au niveau personnel
Fiche n°3 : l’ordre magioque
Fiche n°4 : Le familier ou esprit servant
Fiche n°5 : La mandragore
Fiche n°6 : le familier tatoué
Fiche n°7 : La corne de dégagement
Fiche n°8 : la pierre de guérison

CHAPITRE IX – Se protéger d’un égrégore
Pourquoi et de quoi se protéger?
Comment de protéger?

Conclusion

Remerciements

Postface

Bibliographie

Table des matières

_
_

Mon Avis:

Avant de nous lancer dans l’analyse du livre, il me faut ici préciser certaines choses. Vincent Lauvergne est l’un de mes amis depuis plusieurs années maintenant et je pense qu’il faut que cela soit dit afin que personne ne se méprenne sur mon objectivité. Même si cela fait longtemps que je n’ai pas « commis » d’article pour la bibliothèque, on ne saurait m’accuser de complaisance à l’égard d’un ami (vous vous rendrez compte que ce n’est pas le cas). Soyons bien clairs avant de nous lancer, je suis un traqueur avant tout, et c’est en tant que tel que je critique cet ouvrage, à la fois dans ses points positifs et dans ses points négatifs.

Tout d’abord, posons le contexte. Vincent Lauvergne présente un paradigme très « traditionaliste » fortement empreint de magie occidentale et d’occultisme autour de la pratique magique et des égrégores au sein de l’ouvrage. Un paradigme auquel je n’adhère pas (je pense que ceux qui lisent le blog s’en sont déjà aperçus ^_^ ) car je le trouve beaucoup trop limitatif. J’y reviendrai plus loin.
La diversité des paradigmes sur ce sujet est la cause d’un débat de clochers depuis des années pour savoir ce qui relève ou non des égrégores, mais l’auteur pose dès les premières lignes de son livre le cadre de la définition qu’il accorde aux égrégores, et donc les bases du contexte dans lequel il s’inscrit. Ainsi toutes les objections classiques du « nan mais je suis pas d’accord, tel phénomène n’en fait pas partie » n’ont plus de raison de s’appliquer. Dès lors où un auteur pose le cadre et les limites qui jalonnent son idée, c’est au lecteur de s’adapter puisque l’auteur n’a alors pas la prétention de poser une vérité absolue, mais bien d’être correctement compris de son lectorat. J’ai trouvé ce retour vraiment appréciable et utile.
Pour autant, et c’est la le premier paradoxe, alors que l’auteur critique la tendance au « tout égrégore » (une critique que je partage également), il assimile à ce terme non seulement les égrégores de groupes, mais aussi les formes-pensées et la simple pensée collective… et finalement… tout devient égrégore.
C’est un peu le principal problème de cet ouvrage, qui à de nombreuses reprises fait face à des paradoxes de ce genre, jamais dramatiques en soi, mais qui malgré tout me posent quelques soucis. Nous y reviendrons.

Après nous avoir présenté le cadre qu’il donne aux égrégores, l’auteur poursuit sur les différents plans et différents corps avant de présenter les différents types d’égrégores au travers d’exemples pour mieux illustrer ses propos. J’ai été surpris de ne pas retrouver certains des égrégores les plus classiques issus de l’inconscient collectif (comme les créatures de légendes par exemple, nourries par les mythes enjolivés et la peur qu’elles pouvaient susciter. La bête du Gévaudan est un cas d’école particulièrement intéressant de ce point de vue), mais je présume que c’est simplement parce qu’il n’a pas voulu faire une liste exhaustive.

Il attaque ensuite les éléments de création des égrégores, que ce soit dans ce qui va constituer l’égrégore (nom, forme, sigil d’appel, influence, nourriture etc.), dans ses attributions et objectifs et dans les rituels pour le constituer. Encore une fois, au sein du paradigme de l’auteur, c’est sobre mais bien expliqué et assez complet. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié d’y voir une liste de quelques matériaux présentés comme condensateurs fluidiques. Alors il y a de petites erreurs sans gravité dans les mécanismes énergétiques de certains d’entre eux (dans les capacités d’isolation ou de conduction énergétique) mais rien de dramatique (je précise qu’il n’est pas ici une question de paradigme, les propriétés énergétiques des matériaux sont intrinsèques et mécaniques, les considérations personnelles et les croyances n’ont donc pas leur place).
Quoi qu’il en soit, ça me fait plaisir de voir même quelques courtes pages sur le sujet car c’est un sujet BEAUCOUP trop délaissé en général (ceux qui me suivent savent que je prépare un livre depuis 3 ans sur le sujet) et pourtant absolument indispensable.

Arrive ensuite l’une des parties les plus intéressantes du livre à mon goût (dommage qu’elle ne fasse qu’une dizaine de pages), le chapitre V consacré aux supports physiques utilisables pour créer son égrégore. Même s’il n’y a là rien de bien « novateur » diront certains, les informations y sont intéressantes et pertinentes, et l’auteur n’hésite pas à s’aventurer sur un terrain miné qui est celui des supports fixes & mobiles vivants, c’est à dire de l’intégration d’une entité au sein d’un être vivant. Sincèrement, rien que pour en avoir parlé, ce livre mérite d’être lu ! C’est un sujet que peu d’auteurs ont vraiment pris la peine d’aborder, et j’avoue que n’ayant jamais eu l’occasion de tester certains des exemples cités (notamment sur les chats), j’ai trouvé cela vraiment intéressant, et je suis finalement déçu de voir que l’auteur a tout juste survolé le sujet (pour se consacrer à d’autres moins pertinents) alors qu’il y avait clairement matière à explorer beaucoup plus le sujet et que cela aurait été vraiment passionnant. Mais bon c’est peut-être mon côté un peu trop « chercheur », peut-être qu’il n’y a que moi que cela intéresse ^_^ .

Nous parvenons ensuite au chapitre 6 consacré à l’entraînement magique de l’opérateur. J’ai été très agréablement surpris de constater que Vincent y a repris la modèle de semainier que j’ai créé dans la voie du mage en l’adaptant aux exercices que lui-même propose, et qui pour beaucoup ressemblent d’ailleurs à certains exercices de ce dernier. Néanmoins si j’ai trouvé cela très sympathique dans le principe, j’avoue avoir été un peu « gêné » de trouver ce genre de passages dans un tel ouvrage. Clairement, l’auteur nous livre ici un travail qui épaissit le livre, mais qui n’apporte pas grand chose. Il est bien moins complet qu’un livre d’initiation magique ou énergétique et ne saurait en aucune manière s’y substituer. Il pose aussi le gros souci de s’adresser plutôt à des débutants (ou à des gens qui n’ont pas suivi d’entraînement)… or le sujet du livre traite d’égrégores et de rituels, non pas dans un cadre théorique mais dans un cadre pratique, ce qui le rend finalement mal adapté à des « débutants ». Comme j’aime à le répéter, chaque chose en son temps. Enfin bon ce n’est pas dramatique, mais cela m’a surpris.

Le livre traite ensuite de quelques outils utilisables dans le cadre des rituels proposés par l’auteur pour la création des égrégores (je tiens d’ailleurs ici à signaler sur si, il est possible de faire un athamé en argent pur, le fait qu’il soit un peu malléable n’a guère d’importance puisque l’athamé n’a pas à rentrer en contact avec une surface physique dure, ce sont les propriétés énergétiques du métal qui sont recherchées ^_^ ), avant d’aborder l’avant dernière partie, très intéressante, proposant diverses fiches pratiques d’exemples proposés par l’auteur. J’ai trouvé très intéressant que Vincent nous partage ici ses expériences personnelles au travers de fiches explicatives qui viennent nourrir à la fois ses propos et donner des méthodes que le lecteur pourra lui-même adapter à sa pratique. J’ai apprécié le côté très « pratique » de ces fiches, qui permettront au lecteur d’avoir une base de travail pour réaliser leur propre rituel de création d’entité en fonction du but auquel on la destine.

Le livre se conclue sur la partie qui, je dois bien l’avouer, m’a le plus déçu et déconcerté. Consacrée à « se protéger des égrégores », je m’attendais à y trouver de vrais techniques de défense et de protection, même basiques mais concrètes, à l’image du reste du livre. Au lieu de cela, des raccourcis un peu trop simplistes, quelques rituels d’exécration longs comme le bras (voire les deux bras) que je vous mets au défi d’utiliser en situation réelle. C’est pour moi la principale déception de l’ouvrage, car si la plupart des critiques faites jusque-là peuvent s’attribuer à la simple différence de points de vue à l’égard du sujet traité (et là-dessus chacun est libre d’adhérer ou non), force est de reconnaître qu’en tant que traqueur, les informations de cette partie sont lacunaires, à moins d’être simplement confronté à un égrégore très vaste auquel vous êtes rattaché et dont vous voulez simplement limiter les effets.
Bon, il est vrai que c’est peut-être moi qui en attendait trop, « se protéger des égrégores » peut avoir de multiples significations, mais je m’attendais vraiment à y voir une partie consacrée à la défense concrète, et ce n’est hélas pas le cas.
Je relativiserai toutefois ma critique en me disant que la plupart des praticiens travaillant avec des égrégores n’auront jamais l’occasion de vraiment explorer plus profondément leur nature, ni de travailler directement « au contact », se contentant d’appels n’engendrant qu’une réponse énergétique sommaire ou des liens réciproques avec l’égrégore. Dès lors, des techniques de défense plus avancées n’auraient été d’aucune utilité pour la majeure partie du lectorat de l’ouvrage, a fortiori si l’on prend en considération la tournure très traditionaliste et occultiste de l’ouvrage.

Points positifs
- des explications du paradigme très claires et donnant un très bon aperçu des idées de l’auteur.
- un livre bien écrit, simple d’accès même sans aucune connaissance de base sur le sujet.
- des fiches de création très intéressantes, trop ancrée « magie rituelle occidentale » à mon goût, mais intéressantes et bien construites.
- Des informations passionnantes sur les supports vivants pour égrégores.
- Une vision d’occultisme occidental qui éclairera et donnera des éléments de pratique intéressants pour les adaptes de cette tradition magique.

Points négatifs
- Le livre a souvent du mal à cibler correctement le public auquel il s’adresse, s’adressant parfois à des praticiens plus ou moins aguerris puis donnant l’instant d’après des éléments pour débutants. En voulant s’adresser à tous sans faire de distinction nette pour guider le lecteur dans un cheminement, on s’y perd parfois un peu.
- Le paradoxe de mettre un entraînement magique basique dans un livre dont la plupart des pratiques et des éléments ne s’adressent pas à des débutants complets.
- une vision trop limitée du phénomène, trop ancrée dans l’aspect « traditionaliste » de magie occidentale qui malheureusement amène à une vision trop parcellaire du phénomène. Le sujet, pour être abordé correctement, doit être dépersonnalisé au maximum de nos considérations personnelles, mais aussi de nos « habitudes » théâtrales dont se nourrit énormément la pratique rituelle.
- Plusieurs passages qui épaississent le livre mais n’apportent que très peu au sujet étudié, voire desservent parfois les propos de l’auteur qui à plusieurs reprises se « contredit » un peu dans ces passages.

Verdict final :
Malgré les lacunes abordées (quel livre n’en a pas ?), ce livre reste à mon sens le premier livre français consacré au sujet qui ne parte pas dans tous les sens et ne soit pas du grand n’importe quoi, et en conséquence, est de loin le meilleur ouvrage sur le sujet. Pour autant, son aspect trop traditionaliste, trop ancré dans les rituels interminables de magie occidentale (qui brassent beaucoup d’air mais avec peu d’effectivité intrinsèque), dans une vision finalement assez « classique », me laisse sur ma faim. Si l’auteur connaît clairement bien le sujet des égrégores (même si à mon goût il y inclue trop d’éléments, mais ce n’est que mon point de vue et en aucun cas une vérité), un tel paradigme est beaucoup trop limitatif dans son approche et dans ses considérations. Pour faire une métaphore, un tel paradigme me donne le sentiment d’une approche trop livresque, trop « estudiantine » si classique des praticiens occidentaux qui passent les 2/3 de leur vie dans des bibliothèques à étudier, au détriment du contact réel (en allant « au casse-pipe » comme on dit ^_^ ). Pour donner une autre métaphore, cela me donne trop le sentiment du « on regarde de loin une peuplade, on note ce qu’ils font, on essaye de baragouiner avec les mots que l’on entend de loin et on prend des photos sans trop s’approcher pour ne pas les déranger ».
Pour rester sur cette dernière métaphore anthropologique, si une telle démarche apporte les premières bases (indispensables !) à la compréhension et à l’étude de la peuplade, cela fait aussi que l’on passe à côté de la majeure partie de la profondeur de la culture de la peuplade, que l’on n’assiste pas à leurs rites ancestraux car on ne peut pas approcher, et que finalement on n’apprend pas grand chose sur leur histoire et leurs origines. Il manque donc à mon sens la seconde phase qui représente, de loin, la partie la plus intéressante (enfin, de mon point de vue, que je suis peut-être seul à partager :-D )

Bref, l’écriture d’un tel livre était clairement une nécessité dans le paysage francophone, parce que nous sommes clairement à la bourre comparé à ce qui existe en langue anglaise, et de ce point de vue j’encourage vraiment les lecteurs qui sont intéressés par le sujet à le découvrir. Mais voilà, il y a encore beaucoup à en dire et on ne saurait limiter le sujet à ce qui est ici abordé, au risque d’en avoir une vision trop parcellaire.
Peut-être l’auteur a-t-il simplement cherché à présenter les bases en prévision d’un prochain livre pour pousser plus loin (comme j’aime à le faire moi même, pas à pas), ça pourrait être très intéressant de ce point de vue. En tout cas c’est là tout ce que j’espère et s’il se décide à le faire, j’aurai grand plaisir à lire la suite :-)

3 commentaires »

  1. Hei_KAfei Mardi 16 mai 2017 à 15 h 12 min - Reply

    Bonjour Arnaud,
    j’aimerais te poser une question : que penses tu de la part éthique et du positionnement de l’auteur dans cet ouvrage ? Bien à toi

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mercredi 24 mai 2017 à 23 h 08 min - Reply

      Bonsoir,
      A quel sujet (ou passages) pensez-vous en particulier?
      Bonne soirée
      Arnaud

  2. Hei_KAfei Jeudi 25 mai 2017 à 13 h 21 min - Reply

    Bonjour,

    Comme je n’aime pas trop l’idée de s’appuyer sur des petits groupes consciemment pour que l’auteur puisse se servir à sa guise de l’égrégore sans en prévenir les membres en préalable (m’étant retrouvé invité dans un de ces groupes sans objectif précis défini préalablement).

    Si je vous pose la question, c’était justement pour savoir si la dimension éthique était précisé dans cet ouvrage… et ainsi si ça valait le coup de le lire (en ce qui me concerne évidemment) !

    Merci pour votre réponse,
    une bonne journée à vous

Leave A Response »