Article de magazine sur les égrégores

Arnaud THULY septembre 4, 2015 17
Article de magazine sur les égrégores

Paradoxalement, en France on me connaît principalement pour mon travail sur les comportements et les actions énergétiques (et pour mon caractère de merde, évidemment ^_^ ), mais à l’étranger, c’est surtout pour mes connaissances en Traque et donc en égrégores et autres entités que l’on fait appel à moi (notamment dans le milieu anglophone). Résultat je participe parfois à des dossiers ou interviews dans des magazines étrangers.
Mais pour la première fois, j’ai eu l’occasion de participer à un magazine grand public……… Lituanien……. comme quoi le monde éso n’a pas de frontière :-p
Magique ^_^

Quoi, vous comprenez pas?

Quoi, vous comprenez pas?

Comme j’ai cru comprendre que le sujet pouvait vous intéresser et que vous ne parliez pas tous le lituanien (ha ben bravo!) , j’ai donc pris le temps de vous traduire l’article. Je sais que cela a pris un peu de temps (1 mois et demi?) mais il m’a fallu tout traduire depuis l’anglais, puisque toutes mes conversations avec la journaliste s’étaient faites en anglais et que je n’avais pas fait de brouillon en français.

J’espère que le sujet vous intéressera!

ps: encore une fois, désolé pour la traduction parfois bizarre, j’ai essayé de coller au plus proche du texte original dans la version anglaise :-/

ps bis: oui, en lituanien on rajoute -as à la fin des prénoms masculins, ce qui fait que je m’appelle Arnaudas :p

TRADUCTION ARTICLE :

*En termes simples, qu’est-ce que le concept d’égrégore ? Comment naît un égrégore ? Est-il vrai qu’il s’agit d’un concept relié à l’occultisme ? Est-ce un concept ancien ?

En soi le terme d’égrégore est relativement récent, à peu près 2-3 siècles seulement, mais le concept auquel il se réfère se perd dans les méandres du temps. Egypte, grèce ancienne, chaldée, chine… on trouve les principes fondateurs du concept d’égrégore dans la pensée magique d’à peu près toutes les civilisations de l’ancien monde, adaptés bien évidemment aux diverses mythologies et croyances propres à chaque culture.

Pour faire très simple, un égrégore est une concrétion énergétique générée par la « puissance spirituelle » provenant de plusieurs individus agissant de concert. Il peut être généré volontairement grâce à un rituel pratiqué par des praticiens expérimentés, ou involontairement quand les pensées communes sont suffisamment fortes, précises et implantées inconsciemment chez les individus. Dès lors qu’ils pensent à ces « idées », ils émettent et libèrent alors involontairement une quantité plus ou moins grande d’énergie qui va venir se condenser. Lorsque cette énergie chargée des pensées et concepts qu’elle véhicule s’amalgame, elle peut, dans certaines conditions très spécifiques, « devenir vivante » dans une densité énergétique différente de celle dans laquelle nous vivons (C’est ce que nous appelons généralement « le plan astral »).

Il existe également une version “personnelle” de l’égrégore, que l’on appelle la “forme-pensée”. Elle naît du même processus, mais ne nécessite pas la participation de plusieurs personnes. La plupart des formes-pensées sont cependant beaucoup moins structurées et évoluées que ne le sont la majorité des égrégores, et sont donc à la fois moins puissantes et bien plus limitées dans leurs actions (et dans leur indépendance, bien que celle-ci soit toujours très relative).

*Certaines personnes pensent qu’un égrégore peut agir « magiquement », à la manière d’un puissant sort par exemple. Est-ce vrai ?

Oui tout à fait, on pourrait même aller plus loin en considérant que la plupart des rituels en magie fonctionnent directement ou indirectement grace à la participation d’un ou plusieurs égrégores. La magie évocatoire, qui consiste à utiliser les services d’une entité pour parvenir à la réalisation de ses objectifs, rentre typiquement dans ce cadre. On choisit alors généralement l’entité que l’on va contacter soit en fonction de nos affinités personnelles avec celle-ci, soit en fonction des croyances religieuses auxquelles nous adhérons (par exemple, les praticiennes ont plutôt tendance à faire appel à des entités de polarité féminine ou à des Déesses mythologiques).

*J’ai lu sur un site Russe qu’il était possible d’utiliser la puissance d’un égrégore pour réaliser un but très précis, comme gagner de l’argent, une voiture ou, par exemple, pour guérir. D’après ce site, vous auriez juste à le vouloir sincèrement, à l’imaginer et à visualiser l’objectif et cela serait suffisant. Qu’en pensez-vous ?

 Heureusement, les choses sont un peu plus complexes que cela. Si l’action “égrégore → personne” fonctionne naturellement par le simple fait de croire en l’entité, l’action “personne → égrégore” requiert davantage que le simple fait de “croire”. Il nécessite de la ferveur, de la foi, un lien qui va nous relier directement à l’égrégore de manière plus personnelle, et donc nous donner un certain contrôle dessus (qui se dilue donc à mesure que le nombre de participants augmente).

Prenons un exemple simple pour mieux comprendre:

D’un côté nous avons une personne qui va à l’église et répète des prières par pure habitude. On lui a dis qu’il devait le faire, donc il le fait. Il ne se pose même pas la question de savoir s’il a la foi, s’il croit en Dieu et s’il le fait par ferveur, il suit simplement les préceptes qu’on lui a appris, sans forcément les porter réellement au fond de lui. Il priera comme il fait la vaisselle ou comme il prend sa douche, sans que ce soit un acte de foi ni un acte religieux. Celui-là pourra bien passer sa vie entière à prier et aller à l’église, rien ne viendra jamais, car il n’y aura jamais de véritable lien entre lui et l’égrégore. Par contre il nourrira cet égrégore. La grande majorité des fidèles dans un culte sont de ce type.

Prenons un autre exemple, cette fois avec une personne qui vit sa foi, qui honore Dieu, qui y pense, qui fais de son mieux pour essayer de coller aux préceptes bibliques (ce n’est qu’un exemple), qui prend de son temps pour sa paroisse non pas parce qu’on lui a dit qu’il fallait le faire, mais parce qu’il se sent naturellement redevable envers sa foi et qu’il vibre pour cela. Ses prières seront efficaces, car le lien qui l’unie à l’égrégore sera fort. Bien sûr tout dépendra de sa demande, mais si elle s’avère raisonnable, il y a de fortes chances qu’elle se réalise très rapidement.

Savoir utiliser la puissance d’un égrégore requiert donc soit un lien permanent, créé par la foi et le respect des traditions auxquelles il se réfère, soit une capacité à créer temporairement un lien en sachant précisément comment se connecter à celui-ci, notamment au travers de rituels spécifiques. La magie évocatoire se fonde sur ce principe, mais la pratique qui a clairement appris le mieux à l’utiliser est la Chaos Magick, qui obtient par ce biais d’excellents résultats.

Quoi qu’il en soit, le simple fait de “vouloir sincèrement” quelque chose ne nous permettra pas forcément de pouvoir utiliser la puissance et l’énergie d’un égrégore. Dans une telle situation, trois scénarios peuvent potentiellement arriver:

  • Cela ne fera rien du tout. Notre volonté et notre énergie ne sont pas suffisantes pour obtenir quelque résultat que ce soit. Avec un peu de chance, une action sur nous-mêmes (psychologique et/ou psychosomatique) pourra néanmoins se faire, comme une sorte d’effet placébo en somme (la plupart des conseils que l’on trouve dans les livres de “magie” modernes sont de ce genre).

  • Une entité passant par là acceptera de faire le travail et s’occupera de réaliser la demande (si elle en est capable). En retour, elle prendra en général une bonne quantité d’énergie afin de se nourrir (il arrive qu’elle demande d’autres choses en échange, d’où l’importance de rester attentif).

  • L’action sera faite directement, ce qui signifie que consciemment ou inconsciemment nous allons changer l’ordre des choses afin d’obtenir le résultat désiré. Ce type de magie s’appelle l’Entelechie (prononcée En-té-lé-ki), et est utilisée pour agir à distance par soi même et se dispenser de l’usage de toute forme d’intermédiaire. Cela demande soit un gros potentiel naturel, soit un gros travail d’apprentissage et de maîtrise. Dans tous les cas, ce n’est pas le genre de pratique à la portée du premier venu.

* Est-ce que toutes les entités, dans la nature, sont des égrégores?

 Il s’agit d’une question complexe à laquelle il est dangereux de vouloir donner une réponse absolue dans la mesure où nous savons encore extrêmement peu de choses en ce qui concerne les plans subtils. Accordons-nous simplement à dire que la plupart des entités et des déités avec lesquelles nous travaillons sont des égrégores. Il n’est pas impossible qu’il y ait des entités qui ne le soient pas, mais la majorité de celles avec lesquelles nous interagissons sont effectivement des égrégores. Ou au moins des entités rattachées à des égrégores afin de bénéficier de la puissance qu’ils véhiculent, leur permettant ainsi d’évoluer plus aisément entre les plans subtils et notre plan physique.

Il est cependant important de ne pas se méprendre sur le sens de mes propos.
Concevoir une divinité comme étant un égrégore ne remet pas pour autant en cause l’existence d’un Dieu Primordial (ou d’une Force Primordiale) à l’origine de l’univers. Nous pourrions alors voir l’égrégore-dieu comme une forme d’avatar adapté aux conceptions et capacités humaines. Nos conceptions idéologiques, forcément limitées, en seraient responsables. N’oublions pas que certaines religions nous disent que Dieu est inconnaissable car l’homme ne pourra jamais en saisir pleinement l’essence et la portée. C’est un avis que je partage pleinement.

Egrégores et Dieu Primordial ne sont donc pas des paradoxes inconciliables.

*Est-ce à cause de la puissance de l’égrégore que les églises (religions) attirent autant de foules?

Il est difficile de répondre à cette question. Qui de l’oeuf ou de la poule est arrivé en premier. Est-ce parce que l’égrégore est puissant qu’il attire de nombreux fidèles, ou est-ce parce que de nombreux fidèles sont là qu’il est puissant? Un peu des deux à vrai dire. Si la puissance de l’égrégore joue un rôle, il est également vrai que le message que véhicule la religion ou l’état d’esprit dans lequel elle opère compte autant (voire davantage).

Selon comment est construit un égrégore à son origine, il n’est pas rare qu’en atteignant un certain niveau il se mette à vouloir s’émanciper partiellement de ceux qui l’ont créé. La technique la plus simple dont il dispose est de faire en sorte que le nombre de croyants augmente suffisamment pour que les créateurs d’origine perdent leur contrôle de l’égrégore. Plus il y a de “fidèles” et plus chacun apporte sa petite dose de “contrôle” de l’égrégore, supplantant un peu le contrôle des autres.
Mais à mesure que le nombre de fidèles augmente, l’égrégore gagne en puissance. Quand sa puissance devient supérieure au pouvoir de contrôle de chaque fidèle pris séparément (ou de groupes de fidèles ayant la même vocation) alors il devient celui capable d’exercer un contrôle direct (ou indirect par simple influence) sur ses fidèles.
Il est donc courant, fort de cette puissance et de cette indépendance, qu’un égrégore cherche à se développer toujours davantage, influant sur ses fidèles et leur donnant de “bonnes raisons” pour vouloir toujours convertir davantage de monde: argent, pouvoir etc.
S’il est vrai que les institutions religieuses semblent pleinement profiter d’un tel développement, au final le véritable gagnant reste l’égrégore qui derrière tire en quelques sortes les ficèles.

* Est-il vrai, par exemple, que l’égrégore Chrétien est un égrégore très puissant ? Si oui, pourquoi ?

 Le Dieu du livre est effectivement l’un des égrégores les plus puissants qui soit, probablement l’égrégore le plus puissant que la terre ait jamais connu (ma propre expérience à son contact me laisse des souvenirs impérissables…). Rien que de base, son pouvoir serait déjà considérable sachant qu’il représente encore aujourd’hui près d’un milliard de fidèles, auxquels se rajoutent les résidus énergétiques des milliards de fidèles des millénaires passés (l’énergie accumulée prend du temps avant de se dissiper même après la mort du croyant). Mais il est je pense trompeur de croire que l’égrégore chrétien soit différent de celui musulman ou juif au prétexte qu’en apparence les conceptions religieuses semblent différentes.

Comme nous l’avons dit, un égrégore se nourrit de la croyance et de la foi de ceux qui croient en lui. Cela passe à la fois par le nombre de ses fidèles, mais aussi par la ferveur de ses fidèles. Or l’affrontement interreligieux amène à une certaine forme d’extrémisme idéologique qui, d’un point de vue technique, n’est rien d’autre qu’une ferveur et une dévotion portées à leur paroxysme. Sachant que ces trois religions qui représentent à elles seules plus de la moitié des humains sur terre descendent des mêmes textes d’origine, tout porte à croire qu’il s’agit du même égrégore en toile de fond, ce qui expliquerait son incroyable puissance. Cela expliquerait également la permanente tendance du monde à la guerre de religion et le réveil par sursaut des extrémismes radicaux dans tous les groupes religieux. Mais il ne s’agit bien entendu que d’une simple supposition.

*Un égrégore peut-il devenir plus puissant ou plus faible pour certaines raisons?

Bien sûr. Tout est essentiellement lié aux croyants. Un égrégore qui voit son culte disparaître comme cela a été le cas des anciens mythes, perd progressivement toute l’énergie accumulée et retourne peu à peu au tout dont il provient. A l’inverse, un égrégore qui voit le nombre de ses fidèles augmenter récupère par là même de l’énergie, et devient ainsi non seulement plus « fort », mais aussi plus apte potentiellement à agir sur le plan physique, donc à convertir de nouveaux fidèles. La ferveur et la prière sont également des éléments très importants dans cette évolution.

*Est-ce qu’un égrégore peut être utilisé pour faire par exemple de la magie noire? Est-il vrai que certains puissants égrégores peuvent se trouver sur des champs de bataille? Peut-on créer des égrégores non seulement “d’amour” mais aussi de guerre et de destruction?

Comme nous l’avons dit précédemment, un égrégore est une concrétion éveillée de pensées communes. Par conséquent elles peuvent être bénéfiques et tournées vers l’amour, la guérison etc. ou être orientées vers la guerre ou la destruction. Mais la réalité est souvent moins manichéenne. La plupart des égrégores sont des entités construites avec leur part de bonté et leur part d’ombre. Comme les humains qui les ont créé en somme. Nous sommes nous-mêmes constamment déchirés entre “le bien et le mal”, nous projetons donc nos propres fonctionnements durant la construction des égrégores. Le Dieu Biblique (pour prendre cet exemple) est très significatif de cela: Par moment soucieux de ses fidèles, les protégeant comme un père protège ses enfants, il est également colérique et destructeur, n’hésitant pas à éradiquer tous ceux qui refusent de se plier à sa suprématie.

*Si vous avez répondu “Oui” à la question précédente, alors êtes-vous d’accord pour dire que les égrégores doivent être traités avec beaucoup de précaution et de respect, en pensant toujours aux conséquences, sans quoi cela pourrait finir par dégénérer et entraîner des innocents dans la tourmente?

Nous devrions toujours être prudents dans notre usage des égrégores, mais nous pourrions aller plus loin et dire que c’est avant tout à nos pensées à aux conséquences qu’elles peuvent avoir qu’il faut faire attention. Elles ne font pas que façonner les égrégores et contribuer à leur construction, mais elles façonnent parfois notre réalité et nos pensées les plus fortes peuvent avoir de très sérieuses conséquences, parfois dramatiques. La gestion de ses pensées et de ses émotions devrait être une base enseignée à tous. Le Dalaï Lama disait que si nous enseignions la méditation aux enfants, en l’espace d’une génération il n’y aurait plus de violence. Il a parfaitement raison à ce sujet.

*Etes vous d’accord avec l’idée selon laquelle chaque famille, chaque communauté, chaque groupe (politique, sportif etc.) aurait un égrégore ? Peut-être avez-vous des exemples ?

Il s’agit d’une vision assez courante en effet, mais non, c’est une idée que je ne partage absolument pas. Cette idée est le résultat moderne d’amalgames (ou de simplification abusive) entre “égrégore” et “pensée de groupe” dans leurs aspects sociologiques, psychologiques et ésotériques, et est issu du fait que la plupart des spécialistes auto-proclamés qui parlent aujourd’hui d’égrégores, surtout aux USA, n’ont qu’une compréhension très approximative dans le domaine de la création d’entités et de ses tenants et aboutissants, quand bien même ils ont parfois un peu de pratique derrière eux. Il y a 10-15 ans personne ne connaissait ce terme d’égrégore, ce n’était qu’un mot utilisé par quelques praticiens qui avaient l’occasion d’explorer le monde des entités. Aujourd’hui, tout le monde l’emploi à toutes les sauces, en permanence et pour tout. Le terme d’égrégore est devenu un véritable fourre-tout pour s’épargner d’avoir à comprendre. Quoi qu’il en soit, une telle vision oublie la principale constituante de ce qu’est un égrégore: la notion d’éveil, c’est à dire la confluence idéologique, le véritable souffle, qui amène à donner littéralement vie à une entité.

Tout d’abord la plupart des pensées communes ne permettent absolument pas cela, essentiellement parce que le sentiment qu’elles génèrent en nous n’est pas suffisant pour nous impacter profondément au niveau énergétique. La plupart des pensées que nous émettons chaque jour dans nos vies n’ont qu’un impact extrêmement limité sur nous et notre environnement. Elles sont une constituante de qui nous sommes mais n’activent pas nécessairement quoi que ce soit autour de nous (heureusement!). Par conséquent, elles ne peuvent en aucune manière nourrir un égrégore, et encore moins contribuer à le créer.
Quand bien même un petit groupe de personnes viendrait à créer volontairement une telle entité, il leur serait impossible d’utiliser les pensées communes de la communauté pour la nourrir. Soit le petit groupe serait obligé de nourrir l’égrégore lui-même, soit ce dernier finirait par disparaître et cela ne servirait donc à rien. (certains groupes ont trouvé la parade et utilisent le principe de vampirisation énergétique pour nourrir leur égrégore, que la communauté soit consciente et consentante ou non). Il n’est d’ailleurs pas rare de constater de nos jours la tendance incitant à fabriquer des égrégores créés volontairement au sein de petits groupes  avec comme intention affichée de simplement unir plusieurs individus dans une démarche commune, et qui s’avère en réalité servir un tout autre dessein, à savoir de nourrir une entité utilisée ensuite par son fondateur pour ses propres travaux. Une forme de vampirisation semi consentante en somme. J’ai eu l’occasion de constater de tels phénomènes sur plusieurs forums au cours des 10 dernières années mais je pense que cela se fait un peu partout désormais (les groupes sur les réseaux sociaux étant des lieux parfaits pour ce genre de manipulation).

Pour en revenir à votre question de départ, redisons-le, dans le cadre des créations naturelles (donc inconscientes) seules les pensées communes qui créent de puissantes émotions en nous peuvent générer une entité (dans un contexte d’égrégore ou de forme-pensée), à la condition que ces émotions puissent ensuite avoir un cadre pour se matérialiser. Sans cette émotion très forte et sans ce cadre de matérialisation (de visualisation), cela mène à la création d’une pensée collective, mais cette pensée collective n’est pas “vivante”, pas éveillée, et n’agit pas par elle-même de manière « indépendante ». Elle peut néanmoins avoir un impact sur la collectivité (un peu à la manière d’un lac d’encre dans lequel chacun des participant plongerait et ressortirait teinté), ce qui amène souvent à penser que, partageant quelques caractéristiques communes avec l’égrégore, elle est un. Mais c’est, de mon point de vue, un dangereux raccourci.

Si vous souhaitez faire un parallèle, c’est comme de vouloir comparer un livre de codes avec un programme informatique. Un livre contient toutes les informations que vous pouvez également trouver dans un logiciel informatique. Mais le programme pourra réaliser des tâches s’il est programmé pour cela, alors que vous pourrez toujours demander à votre livre de se classer différemment ou de s’ouvrir de lui-même à la bonne page, il ne bougera pas d’un millimètre par lui-même. C’est précisément ça la différence entre un égrégore et une pensée collective.

Précisons toutefois qu’une pensée collective peut cependant être exploitée volontairement (par des praticiens par exemple) pour devenir un égrégore qui se servira de ces pensées communes pour affecter les individus, potentiellement les radicaliser et s’en nourrir (les partis extrémistes en sont un bon exemple, et le nazisme un souvenir pas si lointain de cette réalité..)

*J’ai pu lire qu’à cause de cela, il était important de purifier régulièrement son environnement/maison? Comment peut-on faire? Les prières peuvent-elles aider?

A défaut de créer des égrégores, nous sommes effectivement générateurs de formes-pensées et de petits vampires énergétiques, c’est à dire d’entités que nous créons inconsciemment et qui se nourrissent de notre énergie vitale. De telles créations sont courantes, tout spécialement pendant des périodes de vie difficiles (pendant une dépression par exemple) car notre état énergétique couplé avec des pensées difficiles, douloureuses voire malheureuses, contribue à l’accumulation énergétique nécessaire à la création d’une forme-pensée.

Il est donc très important de régulièrement purifier sa maison, mais aussi de travailler sur soi, à l’aide par exemple de méditation, qui peut aider à être moins impacté par une difficulté émotionnelle passagère et à calmer ses pensées négatives.

*Est-il possible d’éviter l’impact d’un égrégore? Ou peut-être qu’il nous affecte tous même si nous tentons de nous isoler?

Bien que cela soit possible (notamment grace à des protections non basées sur l’usage d’entités), cela reste extrêmement compliqué et ce pour une raison assez simple: la religion est partout. Dans la culture, dans l’éducation, dans la politique etc. Nous nous construisons sous la houlette religieuse, même au sein d’états laïques. La religion étant la principale pourvoyeuse d’égrégores de grande ampleur, nous sommes donc toujours plus ou moins influencés par eux.

Certains espèrent que la science viendra à bout des religions et, par voie de conséquence, d’une partie des égrégores de taille importante. Mais de mon point de vue, le fait de ne pas avoir de “religion” ne change rien au problème. Le scientisme actuel qui se développe est également un cadre propice à l’émergence d’égrégores car il s’agit également d’une forme de religion, avec une vision tout aussi fanatique. La religion et l’Anti Religion sont les deux facettes d’une même pièce.

La boucle semble donc bien compliquée à briser….

 Magazine Būrėjos magija – Mai/Juin 2015

 

17 commentaires »

  1. Nadia Lars Vendredi 4 septembre 2015 à 23 h 09 min - Reply

    Bonjour Arnaud,

    C’est un article super intéressant !

    Tu parles des confusions qu’il y a autour des égrégores. J’ai en effet souvent entendu parlé de « l’égrégore de peur généré par les médias »… Je suppose que c’est de cela dont tu parles ?
    Mais on dit aussi qu’on appartient à l’égrégore français (ici en France), ou à l’égrégore de notre entreprise, de notre club de poterie… Selon toi ce serait une idée fausse ? Il s’agit plutôt de pensée de groupe ?
    Pourtant plusieurs personnes nourrissent une même idée, travaillent de concert vers un même but… ? (Bon certes, certain avec plus d’entrain que d’autre…)
    De plus j’ai constaté lors de concerts que l’énergie cumulée de nombreux fans semblaient « nourrir » les personnes sur scène, capables du coup d’être plus performants que sans public… Penses-tu aussi qu’il s’agisse d’une pensée de groupe ?

    Bon ça fait beaucoup de questions, c’est un sujet qui me turlupine ;o) J’essaye de comprendre !

    Merci en tout cas pour cet article,
    N.

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Jeudi 12 novembre 2015 à 0 h 30 min - Reply

      Bonsoir Nadia,
      Je délimite l’usage du nom « égrégore » à une pensée de groupe ayant pris vie et capable d’interagir avec ceux qui y participent. D’autres se limitent à considérer simplement toute pensée de groupe comme étant un égrégore. C’est un problème de vocable. Dans le principe ce qui m’ennuie c’est qu’il y a déjà le mot « pensée de groupe » alors qu’il n’y a rien d’autre qu’égrégore pour désigner cette même pensée de groupe ayant pris vie. C’est pour cela que je parle de confusions.
      Selon ma définition, il n’y a pas d’égrégore « français », et rarement des égrégores d’entreprises ou autre, qui ne sont que des pensées de groupe générés par un sentiment commun d’appartenance à un ensemble, mais ces pensées de groupe ne sont pas « vivantes » (au sens capables d’agir par elles-mêmes).
      Dans l’exemple du concert, nous ne sommes pas en présence d’un égrégore puisqu’il n’y a pas de « vie », mais bien d’un cumul énergétique dont peuvent se nourrir certains. Paradoxalement, il n’y a pas forcément de pensée de groupe à cet instant, juste une sorte d’extase énergétique provoqué par l’accumulation de personnes vibrant à l’unisson.
      Pour comprendre: un égrégore est la réunion d’une pensée de groupe ET de cette accumulation énergétique, ainsi que d’une direction que l’on donne au mélange des deux. A ce moment là seulement (pour simplifier) peut naître une entité autonome à laquelle on donne le nom d’égrégore.
      Sinon il s’agit d’une accumulation énergétique ou d’une pensée de groupe et non d’un égrégore.
      Mais encore une fois, c’est un problème de vocabulaire, le souci étant que certains donnent le nom d’égrégore à cette accumulation comme à cette pensée de groupe, considérant finalement que toute forme de réunion (mentale ou énergétique) peut être désignée sous le nom d’égrégore. Dans l’absolu ce n’est pas plus erroné que mon propre point de vue sur la question, le véritable problème de fond étant que cela crée de nombreux amalgames, et que les gens finissent par voir des entités autonomes partout là où il n’y a finalement rien du tout, simplement parce que le mot utilisé pour les désigner revêt différents sens. C’est le problème des mots à sens multiples.

  2. jeremy Lundi 7 septembre 2015 à 20 h 02 min - Reply

    Bonjour.

    Je découvre avec joie ce site qui peux éventuellement m’aider avec les questions que je me pose.
    Questions que je pose sur mon blog et auxquelles je réponds avec difficultés mais surtout avec franchise, au travers de ma vie et de mes expériences.

    Rationnaliste, je ne peux echapper à mes dons et cela à faillit me rendre fou.
    Merci pour votre site.
    J’apprécierai beaucoup communiquer avec vous.

    Cordialement.

  3. Jeanne Vendredi 18 septembre 2015 à 18 h 40 min - Reply

    Bonsoir, je suppose que tout ceux et celles qui font partie de l’ombre sont egalement tres puissants comme Lucifer, satan, lilith…

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mercredi 11 novembre 2015 à 21 h 04 min - Reply

      Tout est relatif en fait. Dans la mesure où le pouvoir dont ils disposent est directement dépendant de la croyance qui les entoure, au final les entités que vous citez sont certes puissantes (car anciennes), mais restent malgré tout d’une puissance relative.

  4. UNVERZAGT Jeudi 22 octobre 2015 à 11 h 00 min - Reply

    Bonjour,

    Je vous suis récemment sur FB et sur votre Blog.
    J’ai lu votre livre sur le vampirisme énergétique.
    Je viens de prendre connaissance de votre article sur les égrégores et votre article sur le doute qui rejoins bien ce que je ressens en ce moment.
    Je me pose beaucoup de question sur tout ce qui touche le monde astral et j’aurais aimé savoir si vous avez une biographie à conseiller sur l’égrégore.
    Vous remerciant par avance de votre réponse.
    Cordialement, claudine

  5. Azael Lundi 2 novembre 2015 à 17 h 28 min - Reply

    Je me demandais, si on essaye de créer un lien avec un égrégore, par exemple d’un ancien dieu païen (la liste est longue) qui n’est plus vénéré que par une toute petite minorité du peuple et qu’on réussi donc à créer ce lien, l’égrégore sera t-il faible de par son peu de fidèle actuel ou gardera t-il une certaine puissance passé lié au empreinte des anciens croyant maintenant défunts ? Et quel contrôle aurions-nous alors sur cette même entités ?

    • Arnaud THULY
      Arnaud THULY Mercredi 11 novembre 2015 à 20 h 56 min - Reply

      Bonsoir,
      En général, des égrégores « oubliés » ou délaissés perdent une grande partie de leur pouvoir avec le temps. Ce n’est pas toujours le cas, mais le plus souvent l’énergie dépensée pour continuer à subsister fait que l’égrégore finit par se dégrader. Néanmoins, il ne perd pas tout, dans le sens où la déperdition d’énergie reste relativement faible quand il est en sommeil (ou en semi sommeil). Si l’entité a été particulièrement vénérée par le passé, on peut tout à fait envisager qu’elle dispose encore de réserves suffisamment conséquentes. Toutes proportions gardées, bien entendu.
      Quant au contrôle, tout dépend. Le problème peut se résumer assez simplement:
      Une entité faible ayant peu de fidèles fait que chaque fidèle aura beaucoup de poids sur son existence, et donc beaucoup de contrôle sur elle.
      Une entité forte ayant beaucoup de fidèles fait que chaque fidèle aura peu de poids sur son existence, et donc peu de contrôle sur elle.
      Une entité forte ayant peu de fidèles aujourd’hui mais en ayant eu beaucoup par le passé fait que chaque fidèle moderne n’aura que peu de poids sur son existence et ses réserves actuelles, donc peu de contrôle sur elle.

      Néanmoins, il reste plus simple de reprendre le contrôle d’un égrégore peu vénéré aujourd’hui, même encore fort, que d’une entité moyennement forte mais vénéré par un grand nombre de personnes.

      • Clavi Eabha Lundi 28 mars 2016 à 22 h 33 min - Reply

        Bonjour Arnauldas,
        Tout dabord merci pour de travail de fond sur tout ce qui a trait au pratique occulte.
        Pour résumer ton poste, est-ce a dire qu’un fidèle chrétien aura par exemple moins de chance de voire exaucé ses prière qu’un croyant wiccan qui aurait pourtant la meme ferveur religieuse mais s’adresserait a un egregore plus petit et de moindres sources?

        Bien a toi

        • Arnaud THULY
          Arnaud THULY Samedi 23 avril 2016 à 9 h 39 min - Reply

          Pas nécessairement car la « puissance » de l’égrégore compte également, mais dans le principe oui, un égrégore moins soumis aux requêtes multiples en raison de sa moindre reconnaissance est plus à même de pouvoir répondre à une demande. Reste ensuite le problème de sa puissance, puisque par extension, un égrégore oublié ou peu connu sera moins fort et donc pas forcément apte à remplir les taches qu’on lui affecte. C’est là tout le souci. Mais dans le principe oui.

  6. otton Samedi 12 décembre 2015 à 2 h 23 min - Reply

    Merci pour cet interessant article très complet, je réagis par rapport à votre citation :
    « Une entité passant par là acceptera de faire le travail et s’occupera de réaliser la demande (si elle en est capable). En retour, elle prendra en général une bonne quantité d’énergie afin de se nourrir (il arrive qu’elle demande d’autres choses en échange, d’où l’importance de rester attentif). »
    Ma question est que peut demander l’entité d’autre en échange ?, et vous dites de rester attentif, comment être attentif et se protéger de ce phénomène?
    Bav

  7. Fred B. Lundi 14 décembre 2015 à 16 h 22 min - Reply

    Bonjour Arnaud,

    On sait que le nazisme, et en particulier Himmler, s’est appuyé sur tout un occultisme germanique et nordique en l’occurrence (si on peut appeler ça comme ça) pour développer ses théories et son hégémonie.
    On sait aussi que ces pratiques ont perduré et qu’il existe des groupes d’occultistes « néo-nazi ».
    Considères-tu qu’il s’agisse d’une forme d’égrégore ?
    Amicalement
    Fred

  8. wassila Jeudi 4 février 2016 à 23 h 43 min - Reply

    En ce qui concerne la definition de l egregore faite par certains au USA, on peut commencer a introduire une definition approximative ou non et commencer a parler d egregore de l egregore?

  9. Toupie Vendredi 4 mars 2016 à 10 h 27 min - Reply

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant!
    J’ai une question:
    quelle est la différence entre une entité et un égrégore?

  10. Alaskagene Vendredi 2 décembre 2016 à 18 h 14 min - Reply

    Bonsoir et merci pour cet article vraiment très instructif , :)

  11. Stance Vendredi 27 juillet 2018 à 11 h 57 min - Reply

    Bonjour et merci pour cet article précis, rigoureux et instructif !

    Je suis à la recherche d’une traduction en anglais et je ne l’ai pas trouvée malgré quelques heures à fouiller les internettes. En auriez-vous une traduction à partager ?
    J’ai vu que vous faisiez référence à une version originale en anglais dont cet article serait la traduction.

    Merci par avance !
    Et encore merci pour cet article,
    Belle journée :)

Leave A Response »

Cliquez ici pour annuler la réponse.